Ethique Info

Accueil > Politique > Un hôte mécontent

Un hôte mécontent

vendredi 13 juin 2008

Le Guide libyen avait été reçu en grande pompe par l’Elysée, la France et Paris où il avait installé son quartier général qui avait pris, à cette occasion l’allure sympathique d’un spectacle pour enfants avec des tentes, des éléphants, de jolies accompagnatrices ressemblant à des fées sorties d’un conte des mille et une nuits. C’était une fête permanente qui avait enchanté les petits et les grands et s’était prolongée pendant tout un long week-end. On ne sait pas si les augmentations d’une année sur l’autre des frais de l’Elysée sont imputables totalement ou partiellement à ces frais de réception insolites. En tout cas cette joyeuse fête vient de trouver son point d’orgue dans la remarque ferme de l’invité de marque qui fondant sur sa proie comme un aigle, refuse brutalement et brusquement l’offre si chaleureusement concoctée par le Président de la République de "l’Union pour la Méditerranée". Est-ce que cette décision subite avait été annoncée auparavant par la voie diplomatique est une question qui mérite d’être posée, tant le revirement de Kadhafi vient de jeter le trouble dans les esprits. Est-ce que la diplomatie est en état de réagir diplomatiquement à cette réaction vigoureuse d’un chef d’état qui affirme ne pas vouloir prendre le moindre risque pour déchirer l’unité arabe ou africaine et qui ajoute qu’en aucun cas il ne souhaite que les pays du sud de la Méditerranée puissent servir d’appât et subissent une humiliation car ils "ne sont ni des affamés, ni des chiens pour que les Européens nous jettent des os". Peut-on dire, à propos de cet incident diplomatique et des frais engagés pour cette réception pharaonique que la puissance invitante en aura été pour ses frais ? Il appartient à d’autres d’en juger. Ce que cette histoire qui déborde sur une fable apprend c’est qu’en toute occasion et quelles que soient les positions, les antécédents, l’intelligence des une et des autres, tout métier s’apprend, toute profession se doit d’être bâtie sur un savoir, des théories, une histoire et une expérience, associés à une grande sagesse, faute de quoi le risque est grand d’être taxé de naïveté, de légèreté, de manque de maturité dans les prises de décision. Les méchants risquent fort alors de taxer ces agissement de légèreté, d’impulsifs même si de grandes idées les animent.