Ethique Info

Accueil > éthique

éthique

Casuistique

On peut définir la casuistique (du latin « casus », accident, circonstance) comme l’art d’appliquer aux situations particulières des principes éthiques généraux. Pour ce faire, elle s’appuie également sur l’analyse de cas similaires pour résoudre les problèmes particuliers, notamment les cas de conscience. Tout l’enjeu de la casuistique est donc d’articuler l’universel et le particulier. Le terme a souvent une connotation péjorative lorsqu’il désigne les raisonnements alambiqués et spécieux susceptibles de justifier tout et son contraire. La casuistique a connu son apogée durant les XVIe et XVIIe siècles avant de tomber dans un certain discrédit. Récemment, Albert R. Jonsen et Stephen Toulmin (The Abuse of Casuistry. A history of moral reasoning, University of California Press, 1988) ont tenté de réhabiliter la casuistique en montrant son utilité face aux problèmes éthiques contemporains. On peut considérer qu’elle connaît une renaissance dans le cadre des comités d’éthique qui ont fleuri ces dernières années.

L’éthique des affaires connait une diffusion d’autant plus grande que le marché s’étend, qu’il devient global, que les enjeux y sont de plus en plus importants et les hommes de plus en plus tentés d’enfreindre les lois de la morale. Tous les domaines des activités humaines sont envisagées sous l’angle de l’éthique, depuis la médecine, les sciences, la loi, jusqu’à la religion, la spiritualité ou la philosophie.