Ethique Info

Accueil > Société > Aide à Haïti d’après le New York Times de ce jour

Aide à Haïti d’après le New York Times de ce jour

lundi 18 janvier 2010, par Picospin

La faim incite beaucoup d’entre eux à envahir les endroits où l’on distribue de la nourriture. Les pillages continuent de sévir pendant qu’un nombre croissant d’habitants tente de fuir la capitale.

Ces difficultés n’empêchent pas les secours d’affluer même si les intentions pures se heurtent à des manœuvres contreproductives. De fait, les pays voisins répondent à l’appel des Haïtiens par des envois massifs que ni les infrastructures en voie de destruction ni le gouvernement au bord de l’implosion ne peuvent distribuer et répartir correctement dans une certaine équité. C’est ainsi que l’on a assisté à l’arrivée sur l’ile de Hillary Clinton qui a assuré la nation de son soutien aujourd’hui, demain et autant de temps qu’il faudra pour remettre les choses en ordre. C’est aussi la position des autres présidents Bush et Clinton qui tentent par tous les moyens de recueillir les dons nécessaires pour atténuer les conséquences de la catastrophe. La confiance illimitée du peuple dans l’aide des Etats-Unis ne facilite pas pour autant l’arrivée des secours mis en place par les autres organisations d’aide. Cette relative cacophonie est liée à la destruction des infrastructures, notamment celle de l’aéroport qui ne peut accueillir qu’un nombre restreint d’avions, en raison de la disponibilité d’une seule piste d’atterrissage, des routes bloquées par le manque dramatique de carburant et un port éclaté dont une partie des installation plonge dans la mer. On peut lire sur certains immeubles détruits l’inscription suivante « Bienvenue aux Marines des USA, nous avons besoin d’aide. Il y a de nombreux corps morts à l’intérieur ». Certaines agences officielles affirment que le nombre des personnes concernées par la tragédie peut facilement s’élever à près de 4 millions. Des personnalités importantes appartenant à l’ONU ont trouvé la mort dans cette tragédie y compris un certain nombre d’entre eux tués dans l’effondrement d’immeubles officiels appartenant à cette organisation. Avec l’appui du gouvernement local, les Etats-Unis s’occupent actuellement d’organiser et de garder sous leur contrôle les manœuvres les plus importantes pour éviter une détérioration encore plus complète des rouages administratifs tels que le contrôle du trafic aérien, les vols des hélicoptères et la mise en place de l’arrivée d’un important contingent de troupes. La situation s’est notablement améliorée en ce qui concerne les livraisons d’eau et la distribution des soins médicaux ce qui a facilité l’atterrissage de troupes et d’équipements et permis de soulager les charges des organisation d’aide tout en assurant une sécurité renforcée auprès des étrangers. Cette amélioration de la situation a aussi été concrétisée par la remise en état d’un nouveau port au nord de l’île ce qui a permis d’augmenter sensiblement le débarquement de marchandises. Des produits alimentaires ont été livrés sous les auspices des Américains en particulier une quantité importante de repas et de l’eau potable pour être absorbée à raison de 100.000 litres par jour. Ce bilan favorable ne doit pas faire oublier que des tonnes de cargaisons attendent toujours sur les quais des ports ou dans le fret aérien ce qui constitue un sérieux obstacle à l’évacuation des produits d’autant plus que de nombreux habitants attendent toujours de l’aide sur l’aérodrome ce qui constitue une obstruction à la libre circulation des produits. Le carburant manque en raison de l’absence d’essence mais aussi et surtout en raison de l’absence d’électricité qui ne permet pas de remplir les véhicules et de faire les pleins. Cette situation ne manque pas de provoquer des frustrations en raison particulièrement de la limitation des moyens de transport par air, mer et terre. Pendant ce temps il a fallu que les équipes de secours retirent des décombres des survivants parmi lesquels 15 Américains ont été recensés. Une caravane de 8 camions a tenté de se glisser samedi matin de la République dominicaine vers le territoire de Haïti sous les auspices de la Croix Rouge et du croissant Rouge. Ce groupe avait tenté dans un premier temps de se glisser vers Haïti mais les longues attentes aux frontières les ont dissuadé de procéder selon leur premier plan ce qui les a engagés à modifier leurs projets. Comme chaque minute compte, les secours ne peuvent se permettre de rester en position d’attente pendant un temps infini. C’est pour toutes ces raisons que partout, les responsables des secours prêchent la patience en raison de la gravité de la situation et de la sévérité du tremblement de terre. Pour éviter une dégradation ultérieure de la situation, le gouvernement de l’ile a fixé les priorités qui sont la livraison de nourriture, d’eau, de médicaments et le rétablissement des communications. Ce qui représente un travail pharaonique.

January 17, 2010
Officials Strain to Distribute Aid to Haiti as Violence Rises
By GINGER THOMPSON and DAMIEN CAVE