Ethique Info

Accueil > Education > Education > Alcoolisme sans alcool pour les jeunes ?

Que doivent-ils boire ?

Alcoolisme sans alcool pour les jeunes ?

Le patriotisme commercial du vignoble

mardi 28 octobre 2008, par Picospin

Le président de l’Association Nationale de Prévention en alcoologie et addictologie a exprimé son "incompréhension" et son "inquiétude", regrettant la "position contradictoire" du gouvernement. "

Interdire et autoriser

D’un côté, Roselyne Bachelot mène campagne pour interdire la vente d’alcool aux mineurs et de l’autre, elle se déclare en faveur d’une ouverture à la publicité sur Internet, le média favori des jeunes. Pour le président de cette association, cette mesure censée permettra aux viticulteurs français de lutter à armes égales avec la concurrence étrangère reproduit "l’erreur" faite en 1994, lorsque le Parlement avait légiféré pour rétablir la publicité sur tous les affichages, y compris dans les enceintes sportives. "Ce sont une fois de plus les grandes multinationales de bières et de spiritueux qui vont tirer leur épingle du jeu", dénonce-t-il, avant d’ironiser : "La viticulture française va être submergée." L’ANPAA se dit favorable à une publicité restreinte aux sites des producteurs et distributeurs, avec un contenu qui reprenne les normes imposées dans la presse : image fixe et message sanitaire. Si la ministre parle de ’garde-fous’, c’est bien qu’elle a conscience qu’il existe des risques importants. La protection de la jeunesse, dans ces conditions ne serait qu’un cache-sexe.

Danger et protection

Si l’Internet ne fait pas la distinction entre majeur et mineur, les jeunes aujourd’hui savent mieux se servir du Web que leurs parents pour contourner les interdits. Les producteurs d’alcool français, qui ont salué une décision de bon sens, se défendent de viser un public jeune. Les viticulteurs veulent pouvoir faire leur promotion sur des sites dédiés au tourisme, à la gastronomie et à l’art de vivre "à la française". En valorisant la dégustation et le terroir, nous formons à la modération", explique la présidente de "Vin et société", une association qui représente tous les acteurs de la filière viticole française. Pour cette dernière, les garde-fous évoqués par Roselyne Bachelot sont suffisants pour empêcher les excès et les transgressions et témoignent d’une "prise de position équilibrée". Pour se rassurer et calmer l’angoisse de ses membres, elle affirme sereinement que le fait d’interdire complètement à une filière l’usage de l’Internet à l’heure actuelle, c’est condamner son avenir.

Messages