Ethique Info

Accueil > Education > Alzheimer : "Le temps de l’action est venu" (Président Sarkozy)

Est-ce bien une cause nationale ?

Alzheimer : "Le temps de l’action est venu" (Président Sarkozy)

Une enveloppe pour rechercher et soigner : est-ce suffisant ?

lundi 4 février 2008, par Picospin

Maladie d’Alzheimer : « Le temps, de l’action est venu »
La Croix, La Tribune, L’Humanité La Croix consacre à son tour un article au plan 2008-2012 contre Alzheimer, présenté par Nicolas Sarkozy, qui « vise à améliorer la qualité de vie des malades et des aidants, tout en stimulant la recherche ». Le journal retient que ce plan, « financé par les franchises médicales, bénéficiera sur 5 ans de 1,6 milliard d’euros, dont 300 millions dès 2008 ».

Paroles de chef d’état

Le quotidien cite le chef de l’Etat, qui a notamment déclaré : « Je veux que la France soit exemplaire dans la recherche sur cette maladie et dans le traitement des malades. Le temps de l’action est venu ». La Croix observe que « la première ambition du plan est d’améliorer la qualité de vie des malades et de ceux qui les aident au quotidien », ou encore relève que « comme cela était attendu, un effort particulier devra être mené pour améliorer l’annonce de la maladie ». Le journal ajoute que « comme prévu, chaque malade pourra disposer d’une « carte de soins et d’information » mentionnant les coordonnées de ses proches et de ses médecins et expliquant la maladie et les traitements en cours ».

Informer et soigner

« Soumise au secret médical, elle pourra être utilisée par les professionnels de santé amenés à prendre en charge un malade en urgence », poursuit le quotidien. La Croix relève que « l’association France Alzheimer estime que ce plan comporte des « avancées significatives », mais reste « prudente » en attendant sa mise en œuvre effective ». De son côté, le Synerpa, la première fédération de maisons de retraite privées, souligne qu’en termes de création de places et de renforcement de personnel, les annonces faites par Nicolas Sarkozy correspondent exactement au plan solidarité grand âge annoncé en 2006 par le gouvernement Villepin. La Tribune aborde également ce plan Alzheimer.

Comment fédérer la recherche ?

Le journal relève entre autres que le président de la République « a annoncé la création d’une « fondation de coopération scientifique » chargée de fédérer la recherche. Une enveloppe de 200 millions d’euros supplémentaire sur 5 ans, directement financés par le budget de l’Etat, y sera consacrée ». L’Humanité retient pour sa part qu’« alors que le chef de l’Etat affirme financer son plan Alzheimer avec les franchises, les opposants dénoncent « une logique purement financière » ».

Questionnement éthique :

1. Le contenu des commentaires de la presse correspond aux interrogations d’ordre éthique qui ont été publiées ici même dans nos éditions d’hier.

2. Comme mentionné hier, est-ce que les préoccupations du gouvernement ne concernent pas davantage l’enveloppe budgétaire que le plan de lutte contre la maladie ?

3. Associations et commentateurs ne restent-ils pas sceptiques sur les modalités d’application du plan de lutte contre la maladie ?

4. Les difficultés liées au recrutement et à la formation du personnel nécessaire pour accompagner les malades atteints de cette maladie sont-elles clairement exposées et les moyens prévus pour y parvenir correctement exposés ?