Ethique Info

Accueil > Société > BILAN ECONOMIQUE DES HUIT PREMIERS MOIS SARKOZY

BILAN ECONOMIQUE DES HUIT PREMIERS MOIS SARKOZY

lundi 10 décembre 2007, par Louis Renard, Picospin

Cadeau de remerciement à la clientèle électorale le paquet fiscal n’atteint pas ses objectifs.
A part les mesures liées au droit de succession l’effet du paquet fiscal se fait attendre
Le bouclier fiscal se heurte à la crainte de contrôle fiscal de la part des contibuables
La défiscalisation des heures supplémentaires ne fonctionne pas et nécessite la création d’un ambassadeur destiné a vendre l’idée aux entrepreneurs réticents !!

1 /Mai 2007/ novembre 2007 l’ERE DES ERREURS ECONOMIQUES

1 .1 . Le « Péché originel » ou Paquet fiscal
Cadeau de remerciement à la clientèle électorale le paquet fiscal n’atteint pas ses objectifs.
A part les mesures liées au droit de succession l’effet du paquet fiscal se fait attendre
Le bouclier fiscal se heurte à la crainte de contrôle fiscal de la part des contibuables
La défiscalisation des heures supplémentaires ne fonctionne pas et nécessite la création d’un ambassadeur destiné a vendre l’idée aux entrepreneurs réticents !!
1 .2 . Les incantations contre la BCE et contre l’Euro fort n’ont convaincu personne
Ne voulant voir dans le niveau de l’euro que les effets sur la balance des paiements, et surtout une situation sur laquelle il n’a aucun pouvoir ,Nicolas Sarkozy stigmatise sans nuance la politique monétaire de l’UE,renforçant encore dans l’opinion l’euro scepticisme ambiant.
- ce n’est pas l’Euro qui est fort c’est le dollar qui est faible (le Sterling qui n’est pourtant pas lié à l’euro suit grosso modo le trend de l’Euro)
- L’Allemagne a clairement fait comprendre sa préférence pour un Euro fort (voir déclaration de Peter Steinmeier)et nous montre la possibilité de battre des records d’exportation dans cette situation indiquant ainsi à notre Président qu’une politique de l’Offre est plus salutaire à notre économie qu’une politique de demande
- Les effets salutaires de l’Euro fort tant au niveau des achats de produits pétroliers ou de matières premières qu’au niveau de la lutte contre l’Inflation sont, n’en déplaise à notre Président le seul atout majeur de sa politique de lutte contre la hausse des prix
1 .3 . Les incantations du Président sont plus dangereuses qu’efficaces en matière de croissance .
« S’il manque un point de Croissance, j’irai le chercher moi-même » a-t-il fièrement déclaré. Outre l’aspect irréaliste de cette proposition, l’aspect »Zorro » de Sarkozy tend à accréditer aux yeux de l’opinion une puissance totalement illusoire en matière économique

2 / 29 novembre 2007 Le TRISTE RETOUR AUX REALITES ECONOMIQUES

Récusant « la faillite » évoquée par son Premier Ministre refusant « la politique de Rigueur » de son Ministre des Finances, le Président s’est enfin résigné a prendre en compte certaines réalités de la situation économique de la France.
Analysons rapidement certaines mesures annoncées ou confirmées :
- Suppression des Régimes spéciaux de Retraites. Cette mesure reconnue nécessaire par l’ensemble de l’opinion a néanmoins nécessité des aménagements qui seront rediscutés et qui affaiblissent considérablement sa portée économique. Citons entre autres :
- inclusion non prévue des primes dans le calcul des retraites
- prise en compte de la pénibilité donnant droit à 1 année de moins pour 5ans de travail pénible effectué
- d’autres aménagements interviendront au cours de négociations par entreprises ! ! !
- Assujettissement des suppressions de charges a l’ouverture de négociations salariales
Bonne mesure ; Attention a l’effet pervers sur l’emploi dans les très petites entreprises
- Assouplissement des contraintes réglementaires en matière de travail du dimanche
Bonne mesure en dépit des réactions syndicales et religieuses
- Modifications de l’indice de révision des loyers
Bonne mesure mais attention au risque d’accroissement de la pénurie de logements locatifs en raison de la diminution des cautions
- Paiement des heures de RTT
Bonne mesure mais effet limité aux salariés des grosses entreprises
- Vente de 3% du capital d’EDF affecté à la modernisation des universités
Très bonne mesure structurelle mais attention au maintien des services publics à la française auquel l’opinion est très attachée

Conclusion

Très attendu sur le pouvoir d’achat, le Président a enfin vu les limites de son hyper puissance.
La locution « Je ne peux pas » inhabituelle dans ses propos a été très remarquée le 29 novembre
Espérons en outre qu’il ait compris la nécessité absolue de renforcer l’offre tout en prenant conscience de la nécessité vitale de revaloriser le pouvoir d’achat (20% de la population française vit avec un salaire inférieur au salaire moyen national ,7 millions de pauvres en France vivent avec moins de 900 euro/mois)
Nous attendons des mesures plus concrètes mais plus dangereuses politiquement, en matière de productivité des dépenses publiques.
Elles seront d’autant plus difficiles à faire admettre alors que le budget de l’Elysée est passé de 33 millions à 100 ,8 millions d’euro pour 2008 et que le salaire du Président vient d’être augmenté de 70%
Nicolas Sarkozy aime bien utiliser les Symboles il aurait pu mieux faire en la matière ! !
En politique aussi l’exemple doit venir d’en Haut.

Louis Renard