Ethique Info

Accueil > Sport > Boycott ou embargo ?

Que penser, comment réagir ?

Boycott ou embargo ?

Une affaire difficile à négocier

mardi 22 avril 2008, par Picospin

Mais est ce une raison suffisante pour tenter de répondre à ce comportement par une action contre les jeux eux mêmes, et en particulier contre le circuit de la flamme olympique ? en sommes nous encore au temps d’Hammourabi pour répondre à la violence par la violence ? à ce niveau d’ailleurs la réponse parait bien faible, bien disproportionnée, et heureusement ! mais est ce vraiment sur ce terrain que l’on a une chance de faire comprendre au gouvernement chinois ce que son comportement a d’inacceptable, et d’en faire prendre conscience au peuple chinois ?

Tout indique q ue le peuple chinois est très mal informé, sinon pas du tout , de ce qui se dit et se fait dans le monde ; et pour ce qu’il en sait le nationalisme et la fierté chinoises semblent l’emporter sur le reste. Quant au gouvernement, peu lui chaud de ce tohu-bohu. J’entendais dire sur France Culture ce matin que les peuples d’Athènes, de Londres, de Paris et de San Francisco, par leurs réactions, avaient montré aux chinois ce qu’était la démocratie ; soyons sérieux !D’ailleurs tous les pays ont clairement dit qu’il ne pouvait être question de boycotter les jeux ; et heureusement ! Quand au boycott de la cérémonie d’ouverture, c’est une affaire diplomatique, et quand la diplomatie s’en mêle...Alors doit on en rester là, rester sans réaction devant des atteintes aux droits de l’homme qui choquent tout le monde ? La force de la Chine tient dans son développement économique, son dynamisme et sa capacité d’alimenter sinon d’inonder le marché mondial de ses produits. La solution n’est elle pas de proclamer, pendant un certain temps, un embargo sur l’importation des produits chinois, ou au moins certains d’entre eux. L’o n va me dire que c’est menacer indirectement nombre d’industries du monde occidental, et directement punir les consommateurs de ce même monde. Si tel est le cas, si les intérêts économiques en jeu l’emportent sur tout le reste, alors ne faisons rien. Constatons notre impuissance, et ne fanfaronnons pas !