Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Carotte et bâton pour l’enseignement en Europe

Un crime contre nos enfants ?

Carotte et bâton pour l’enseignement en Europe

Acharnement scolaire

dimanche 27 juin 2010, par Picospin

Après la suppression récente de nombreux postes, le ministère doit en effet en trouver à supprimer dès la rentrée 2011 pour respecter le principe du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Le ministère serait « dans une impasse ».

Former les enseignants

Comme pour la formation des futurs enseignants, ils veulent faire quelque chose de difficile, ne savent pas comment s’y prendre et refilent la patate chaude au niveau local. A charge pour l’inspecteur d’académie de compléter un diagnostic, selon le contexte local, et de proposer un « gain total en emplois ». Les autorités de ce pays ont une affection particulière pour les formules nobles comme le programme Clair (Collège et lycée pour l’ambition, l’innovation, et la réussite), que le ministre de l’éducation a annoncé comme destiné à terme « remplacer le réseau d’éducation prioritaire ». D’abord présentée en avril 2010, à l’issue des états généraux de la sécurité à l’école (dans la foulée desquels, le président de la République annonçait mercredi des états généraux du football !) , comme une réponse aux phénomènes de violence, cette expérimentation prend une tout autre dimension puisqu’elle pourrait à terme se substituer aux 254 réseaux ambitions réussite et aux 856 réseaux de réussite scolaire existants.

Un bon programme ?

L’innovation majeure du programme Clair consiste à autoriser le recrutement sur profil des enseignants afin de stabiliser les équipes pédagogiques dans les établissements les plus difficiles, où sont souvent affectés par défaut des enseignants débutants. « Il faut que quand un professeur vient dans un établissement, il y vienne parce qu’il partage son projet et qu’il s’engage sur cinq ans. On veut des enseignants « supermotivés » et qui seront récompensés pour ça. » A la clef se situera « une formation préalable avant que l’enseignant soit muté dans l’établissement » et « une rémunération et des évolutions de carrière destinés à tenir compte des choix réalisés par les enseignants. C’est une annonce surprenante au moment où le gouvernement réduit la formation professionnelle initiale des futurs enseignants. Le recrutement sur profil s’effectuera au fur et à mesure des départs d’enseignants. Ainsi à la rentrée 2010, dans un collège cité en exemple, sur une équipe de 44 enseignants, cinq postes vacants seront recrutés sur profil. On se propose de rédiger une fiche poste et on recevra les jeunes collègues volontaires, comme on le fait déjà pour les postes de professeur référent, ambition réussite composée d’enseignants expérimentés chargés d’épauler l’équipe en place et qui seront toujours recrutés par l’éducation nationale dans le cadre d’un concours.

Fonds de tiroirs

Petit à petit, on gratte dans les tiroirs les fameux postes dont on a besoin pour ramener la dette du pays au niveau raisonnable indiqué par les autorités européennes, pour avoir droit, sinon mériter le label de « bon élève de l’Union Européenne » et mériter l’attribution d’une médaille de bonne conduite, de vertu et d’exemplaire moralité. Racler les fonds de tiroir pour y collecter les derniers deniers récupérables pour la stabilisation de la situation financière pourrait servir de formation aux spécialistes des finances sommés de trouver l’appoint d’une balance équilibrée des recettes et des dépenses de l’état. Articuler cette opération de sauvetage sur aux dépens de la qualité et de la quantité d’enseignement et de transmission des connaissances devient un crime dès lors qu’on prive notre création du futur des éléments essentiels à l’acquisition du bonheur par le savoir et les manipulations faisables à partir des éléments de base inculqués, proposés et présentés aux nouvelles générations.

Abandons

En cela, les abandonner à leur nudité équivaut à laisser un prisonnier et un déporté seul et dévêtu en place publique, en attendant l’arrivée des maladies apportées par le froid ou le gel. La mort à brève échéance après avoir vainement couru vers l’obtention du bonheur par la pensée, l’imagination, les maniements des concepts, l’invention des projets et les diverses modalités de création. Qui oublie cette responsabilité commet envers nos descendants le crime le plus impardonnable : celui de les priver des biens par la connaissance. On dit en médecine que s’il n’y a pas obligation de résultats, il y a au moins obligation d’utiliser pour le diagnostic et les soins tous les moyens raisonnablement à notre disposition pour guérir. C’est le même discours qui s’applique sans restriction à l’éducation de nos enfants.