Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Classement et rang des civilisations

Laquelle est la meilleure ?

Classement et rang des civilisations

La mienne bien entendu

dimanche 12 février 2012, par Picospin

Je suis encouragé dans cette mission par la récente prise de position de notre anthropologue Françoise Héritier qui n’a pas craint dans le quotidien le Monde de prendre une position tranchée sur les propos attribués au Ministre influent de la République appelée plus souvent « sarkozienne ».

La représentante d’un savoir

Que dit-elle en quelques mots pensés, équilibrés et significatifs ? Qu’il y a dans cette opinion un mélange d’impropriétés qui associent « méconnaissance ordinaire de divers savoirs, si ce n’est du sens des mots ». Elle revient sur le fameux bon sens, si outrageusement exprimé pour signifier le désir de revenir aux valeurs traditionnelles, au courant de pensée en vigueur, et aux certitudes affirmant que les autres ne sont pas comme nous, et même ils seraient (légèrement ?) inférieurs ce qui ressortit à un réflexe affectif et psychosocial partagé par toute l’humanité selon lequel les « autres » ne sont pas et ne se comportent pas comme nous, qu’ils sont restés à l’état sauvage et qu’ils flirtent constamment avec la barbarie. Les autres sont souvent sinon toujours les barbares, ceux qui ne parlent pas comme nous et plus encore, des « sauvages » lorsqu’ils habitent encore plus loin ou n’habitent pas pour cause de nomadisme. Les autres sont à peine des animaux, si « différents de nous » car inconnus, difficiles à cerner ni même à comprendre.

Illustration

Les nazis avaient bien compris cette différence et ces définitions, eux qui, pour incarner cette symbolique et la rendre réelle et visible avaient revêtu les pensionnaires des tristes et frigorifiques camps de la mort de oripeaux rappelant les bagnards d’antan, les séparant ainsi nettement des serviteurs de la dictature, beaux jeunes hommes en uniforme, propres et parfumés à opposer aux promis aux chambres à gaz, sales et odorants, donc en réalité des sous-hommes dont il fallait se débarrasser pour éviter toute contamination. Eberlué par les propose du Ministre de la République, Madame Héritier se demande bien ce qui a pu se passer dans sa tête quand la confusion de idées et des définitions prend le pas sur des notions aussi simples et claires que civilisation, culture, usages ou singularités de comportements. Elle montre par moments des signes de désespoir devant l’échec de l’enseignement et de l’éducation si on en juge les résultats par la méconnaissance de la formation aux sciences sociales, l’ignorance, la méprise d’un élève de la République que notre Ministre a la juste ambition de servir en en lui offrant son « bon sens » d’être humain et de citoyen. La notion de sens commun se rapporte à une forme de connaissance regroupant les savoirs socialement transmis et largement diffusées dans une culture donnée : normes, valeurs, et symboliques.

Sens commun

Constituant une certaine interprétation de la réalité, le sens commun peut conduire à des incompréhensions lorsqu’il est l’objet d’un discours partagé. Le sens commun gère les interactions entre individus au sein d’une population, par un ensemble de règles qui sont tacitement admises et qui régulent les relations pour en permettre la continuité. Le sens commun désigne donc une forme de connaissance s’acquérant généralement par la socialisation, par opposition aux savoirs scientifiques qui exigent l’emploi de méthodes scientifiques. Si on suit le sens de cette définition, on se rend compte que les affirmations prononcées au sujet des civilisations ne proviennent pas des connaissances scientifiquement acquises mais de la tradition orale, peu réfléchie, peu soumise à la critique mais plus répétée que passée au crible de l’esprit ce qui leur confère une valeur plus médiocre, moins crédible et largement soumise à contestation.

Bien dormir

De la sorte, on peut dormir sur ses deux oreilles puisque la connaissance est moins impliquée dans le jugement émis et que le savoir se trouve hors de cause puisque les notions automatiquement répétées le sont moins sous l’influence d’une pensée réellement développée que sous celle d’une technique dérivée plus souvent par les animaux ou spécifiquement les oiseaux qui répètent à l’envi comme le font les perroquets. Quant au mépris affiché pour la civilisation des autres, il provient davantage du jugement envers autrui et de l’exaltation du moi et du nous que d’une analyse rationnelle, rigoureuse et objective du rang auquel est classé l’objet du classement. Dans le cas qui nous occupe et nous préoccupe ici, il s’agit de justifier par tous les moyens la supériorité affichée et autoproclamée de la civilisation à laquelle croit appartenir le locuteur de cette affirmation.