Ethique Info

Accueil > Politique > Comment organiser l’analyse éthique pour préparer des réponses (...)

Aide à la formulation des réflexions plus que des réponses aux questions posées hier

Comment organiser l’analyse éthique pour préparer des réponses ?

Un peu de philosophie politique

mardi 22 juillet 2008, par Picospin

John Milton est ce philosophe politique anglais du 17è siècle qui s’inspira des modèles des fameuses écoles anciennes de Pythagore, Platon et Isocrate et de l’Aréopage athénien pour réformer l’éducation anglaise.

1. Les modalités du vote des parlementaires sont soumises, comme dans tout suffrage, à l’expression libre, sans aucune contrainte, des participants au scrutin. Cette condition est plus théorique que pratique puisque dans cette opération, on ne peut nier la part qui revient aux affinités, à la discipline de vote à l’intérieur des structures politiques et en particulier celle de l’organisation interne des partis. Milton s’accorde avec Aristote pour penser que les hommes promis au vote devraient avoir une conception du service public telle que ce dernier ne constituerait pas un moyen d’accumuler du pouvoir, de s’assurer une position, d’acquérir de la richesse mais serait un devoir sacré. John Milton est ce philosophe politique anglais du 17è siècle qui s’inspira des modèles des fameuses écoles anciennes de Pythagore, Platon et Isocrate et de l’Aréopage athénien pour réformer l’éducation anglaise. Ce qui ne l’empêcha pas d’affirmer que, loin de vouloir introduire des conceptions totalement étrangères à la tradition anglaise, il convenait de s’inspirer de modèles anglais qui sont harmonieusement accordés, également équilibrés par la main et la balance de la justice.

2. Equilibre : L’Etat doit être édifié afin d’avoir un certain équilibre déterminé par un contrôle mutuel entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire, c’est-à-dire d’une division du pouvoir afin d’empêcher un individu ou un groupe donné de devenir trop puissant. On peut aussi envisager de réfléchir à un équilibre entre la monarchie (si c’est le cas de l’état envisagé), de l’aristocratie et de la démocratie, où le pouvoir de chacune s’exerce par l’une des institutions constitutionnelles. S’il n’y a pas de monarque, il y a une magistrature.

3. La politisation du peuple passe par une éducation et un enseignement spécifiques soit au niveau du secondaire, soit plus difficilement à celui des études spécialisée comme on peut en trouver à Sciences Po, à l’ENA ou au cours des études de droit, d’histoire ou de géopolitique. C’est une œuvre de longue haleine et de perpétuelle réactualisation des données politiques, économiques, administratives. De ce fait elle est plus du ressort de la vie culturelle que de celles d’études organisées.