Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Contradictions

Incendies et inondations

Contradictions

Les secondes pour éteindre les premiers ?

mardi 3 août 2010, par Picospin

C’est en raison de cette heureuse perspective, pour notre fragile planète que nous avons la jouissance de la vie telle qu’elle se présente sur la terre avec ses carburants, son équilibre entre solides, liquides et corps gazeux et la présence de corps vivants qui évoluent à la fois vers l’élaboration et la disparition.

Pessimisme

C’est pour cette raison aussi que les pessimistes et sceptiques ont prophétisé lors de sa mise en route retardée et difficile le risque de création de « trous noirs » dans lesquels devait s’engouffrer notre planète ou au moins une partie de celle-ci. Ces Cassandre de l’ère atomique ont heureusement pour nous eu tort de prévoir de telles issues ce qui avait d’ailleurs été parfaitement prévu par les vrais physiciens qui avaient depuis longtemps négligé l’importance des cataclysmes annoncés et prédit que les collisions déjà existantes dans le cosmos produisaient des perturbations bien plus violentes que celles du LHC, le fameux collisionneur du CERN en Suisse qui a encore de beaux jours à passer à l’abri du Rhône dans un paysage enchanteur plus propice à la contemplation de la nature qu’aux calculs de probabilités des rencontres au sein de l’anneau de 27 km qui tourne comme un forcené autour des sites verdoyants de la frontière franco suisse.

Une belle horloge

Pendant ce temps, comme une horloge d’une infinie précision, les collisions marquent le nouveau comptage du temps de référence pour ramener à la réalité les esprits effrayés par les phénomènes antagonistes qui ne cessent de se produire dans le monde. Pendant que les feux s’allument partout dans les espaces sans limites de la Russie, les inondations un peu plus loin au sud sont mis à la disposition des Pakistanais pour éteindre ces feux déclenchés un peu partout dans une situation catastrophique qui atteint Moscou comme au temps de Napoléon et brûle les champs de blé propres à nourrir la population russe enfin sortie de l’organisation kolkhozienne. C’est une réplique à la politique de la terre brûlée que le génial petit père des peuples avait imaginé pour chasser les Allemands de la sainte Russie communiste, envoyée par les dieux de la Révolution précédés de ceux du Tsar et des compagnons des Popes dans la perspective de pouvoir allumer des contre-feux pour éviter qu’un incident climatologique ne se transforme en famine, en cataclysme et en désastre national.

Que d’eau que d’eau

Il est bien dommage que des pipe-lines magiques n’aient été construits en urgence, à la hâte pour permettre à l’eau polluée inondant le Pakistan de venir éteindre les feux autrefois allumés par d’ardents révolutionnaires, actuellement destinés à bruler les saintes terres de la Russie pour assurer une survie précaire, pour le moment assurée par une oligarchie propriétaire et gestionnaire d’un immense empire où les capitaux se concentrent, le luxe s’organise et se répand et les filles comme partout ailleurs et de tout temps offrent aux puissants bien intentionnés leur parfaite esthétique corporelle et leurs yeux de rêve. Ailleurs, c’était plutôt aux vaches sacrées qu’était dévolu l’accomplissement du sacrifice conduisant au martyre au moment où elles gisent inanimées dans les eaux crasseuses et inhospitalières capables seulement de charrier des milliers de cadavres inutiles.

Symétries et asymétries

Pour compléter ce tableau mondial des symétries il suffit de se pencher sur la vie dans l’hexagone où est recherché en permanence le parfait équilibre entre l’invitation aux étrangers talentueux, toujours susceptibles d’être déchus et les sujets porteurs de révolte, de violence, de délinquance et de troubles. C’est cette quadrature du cercle que tente de résoudre une équipe qui s’exerce au pouvoir, hésite entre plusieurs solutions parmi lesquelles la seule efficace a été couronnée récemment par in chatoiement de médailles si lourdes à porter que certains en sont tombés d’étonnement sous le poids de ces témoins du triomphe physique et sportif. Une belle leçon et un exemple à suivre pour en étendre les méthodes d’approche aux autres secteurs d’activité et d’organisation de la nation.

Questionnement éthique :

1. Quelle est la relation que chaque individu entretient avec son corps en particulier dans le domaine de l’excellence sportive où les contraintes sont majeures et les bénéfices incertains ?

2. Si le corps sacralisé devient indisponible, peut-il devenir l’objet d’une convention et de ce fait devenir inaliénable, sinon hors commerce ? Que faut-il en penser au regard des contrats des joueurs professionnels dont les corps s’abiment et l’esprit se rebelle ?

3. Est-ce que chacun peut disposer librement de son corps si l’on accepte le principe de l’autonomie personnelle par laquelle chaque sujet moral est souverain sur lui-même ?

4. Dans ces conditions, comment interpréter la position dualiste dans laquelle il y a d’un côté la nature corporelle par incarnation et de l’autre la liberté ?

5. Peut-on mettre à distance son propre corps qui devient de ce fait un objet matériel face à l’objet que nous sommes et en tant que tel le signe de notre humanité et de notre subjectivité ?