Ethique Info

Accueil > Sciences > Création d’une nouvelle forme de vie sur terre

Est-ce possible ?

Création d’une nouvelle forme de vie sur terre

Oui, tout récemment...

dimanche 23 mai 2010, par Picospin

Son enthousiasme est à la hauteur de la prouesse accomplie. Lisez bien ce qui va suivre tant est cruciale l’importance du plan scientifique, des manipulations nécessaires pour en venir à bout et du concept qui l’englobe. On vient de produire une cellule vivante dotée d’un génome synthétique, c’est-à-dire une forme de vie créée ex nihilo – ou peu s’en faut – par la et les mains des hommes.

Une découverte

Le Point écrit à ce sujet que « cette découverte représente une avancée considérable dans la compréhension des mécanismes de la vie, et ouvre du même coup la voie à la fabrication d’organismes artificiels. » "Il s’agit de la création de la première cellule vivante synthétique, au sens où celle-ci est entièrement dérivée d’un chromosome synthétique". Dans la joie de cette réussite exceptionnelle, des retombées théoriques et pratiques qu’elle est susceptible d’entrainer mais aussi des soucis d’ordre éthique qu’elle annonce, l’équipe sui a réalisé cette prouesse ne manque pas de souligner l’importance exceptionnelle de cette innovation en la célébrant par des phrases dithyrambiques comme celle qui va suivre « Cette découverte, qui représente une avancée considérable dans la compréhension des mécanismes de la vie, ouvre du même coup la voie à la fabrication d’organismes artificiels. "Il s’agit de la création de la première cellule vivante synthétique, au sens où celle-ci est entièrement dérivée d’un chromosome synthétique". Et d’ajouter que « cette percée change la vision de la définition de la vie et de son fonctionnement ». Cette approche est en effet un très puissant instrument pour tenter de concevoir ce que nous attendons de la biologie et nous pensons ainsi à une gamme étendue d’applications servant à fabriquer un génome bactérien 100 % synthétique en collant des séquences d’ADN synthétisées bout à bout afin de reconstituer le génome complet d’une bactérie.

Une création ?

Ce génome avait ensuite été transplanté dans une autre bactérie, mais sans que celle-ci puisse fonctionner. Pour créer une cellule contrôlée par un génome synthétique, les chercheurs ont repris ces deux techniques élaborées en 2008. Le génome qu’ils ont fabriqué est la copie d’un génome existant, mais avec des séquences d’ADN supplémentaires pour l’en distinguer. Ils ont ensuite transplanté ce génome synthétique dans une autre bactérie, réussissant à "activer" les cellules de cette dernière.". Notre génial chercheur n’en est pas à son coup d’essai avant d’avoir réussi ce coup de maitre. Si ces techniques peuvent être généralisées, la conception, la synthèse, l’assemblage et la transplantation de chromosomes synthétiques ne seront plus des obstacles aux progrès de la biologie synthétique", écrivent les chercheurs dans un résumé de leur étude. L’équipe de Craig Venter va tenter de concevoir des algues capables de capturer le dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, et de produire de nouveaux carburants propres.

Nouvelles recherches

Des recherches sont aussi en cours pour accélérer la production de vaccins, fabriquer de nouvelles substances chimiques, des ingrédients alimentaires et des bactéries capables de purifier l’eau. Par la rapidité du passage de la conception aux applications immédiatement nécessaires sinon indispensables à la survie de l’homme dans son espace planétaire, cette découverte démontre le passage de la science fondamentale autrefois laissée fort longtemps dans cette première phase avant de passer aux étapes des applications technologiques, le monde scientifique réalise l’importance et la vigueur des évolutions dans ce domaine. On brûle les étapes comme si le monde s’apercevait tout d’un coup de l’urgence de le sauver de la pollution, de rétablir la marche du climat et de préserver la planète des accidents susceptibles d’en perturber la marche dans le sens de la préservation du vivant en général et de l’homme en particulier. Toutefois, si la découverte de l’institut Craig Venter met à portée de l’homme une large palette de solutions, elle pourrait aussi, entre de mauvaises mains, se révéler dangereuse.

Biologie synthétique

Des scientifiques de haut niveau estiment que la biologie synthétique est un "champ d’activité à haut risque, mal compris, motivé par la quête du profit". Les formes de vie créées en laboratoire peuvent devenir des armes biologiques et menacer aussi la biodiversité naturelle. Les robots intelligents qui surpassaient l’humain dans les films de science-fiction semblent aujourd’hui totalement dépassés. L’arrivée massive d’innovations technologiques et de découvertes fondamentales ne va pas manquer de susciter des interrogations éthiques aussi nombreuses que cruciales pour la survie non seulement de notre espèce mais aussi celle de nos compagnons d’infortune sur une planète risquant la dévastation à court terme.

Questionnement éthique :

1. Est-il vrai que Prométhée est déchainé ?

2. Si oui, comment s’y prendre pour le ramener à la raison, aplanir les excès de sa puissance et organiser un véritable projet éthique ?

3. Est-ce que la situation de l’homme est devenue plus critique à mesure que la technique le prend comme objet de son agir, en prolongeant la durée de sa vie, en contrôlant son comportement et en faisant de la perspective de la mort une invitation à l’action pour ne pas perdre le temps qui nous est donné ?

4. Quel rôle joue dans cette énumération la responsabilité de l’homme envers les autres êtres humains, les animaux et envers la planète pour que soit préservée une vie authentiquement humaine sur terre, la possibilité future d’une telle vie dans des conditions nécessaires et suffisantes pour que soit assurée une survie indéfinie de l’humanité sur terre, que soit librement choisie l’intégrité future de l’homme comme objet du vouloir.

5. Peut-on affirmer que le développement technologique donne à l’humanisme pris comme distance entre l’homme et la nature, sa puissance ?

6. L’homme s’interpelle-t-il par l’étrangeté de sa propre création ?

7. Est-ce qu’aimer sa propre étrangeté équivaut à l’appeler l’humanisme ?