Ethique Info

Accueil > Forums Ethique > Divers > De l’éthique de l’action à celle de la Discussion

Agir ou discuter

De l’éthique de l’action à celle de la Discussion

La difficile construction de l’Europe

samedi 6 juin 2009, par Picospin

Son ennemi le plus représentatif, le plus solide, mais aussi le plus vulnérable, le Royaume Uni se dissout en un gouvernement qui éclate de toutes parts en raison d’une activité peu morale de la plupart de ses Ministres qui sont obligés de démissionner en masse dans le sillage d’une défaite exemplaire et catastrophique des forces travaillistes.

Dans quoi sont tombés les Pays Bas ?

En Hollande, c’est le retour d’une extrême droite remise sur pied dans la foulée des problèmes migratoires et qui, refusant cette situation, se bat de façon désespérée contre toutes les évidences liées aux problèmes humains, sociétaux, ethniques qui suivent les mouvements de pays pauvres en direction des contrées plus riches. Plus au sud, dans une Italie appauvrie, placée sous la coupe d’un séducteur pour films de catégorie B tournés près de Rome dans les studios vieillissants de Cinecittà, les forces manquent pour reconstruire sur des fondations politiques solides une structure administrative saine, débarrassée enfin des miasmes de la corruption. Si l’Allemagne, sous la conduite d’une chancelière intelligente, mesurée, réfléchie conduit ses affaires avec générosité et équilibre, la France reste en proie à un désintéressement pour l’Europe qui se mesure à l’aune de l’exceptionnel taux d’abstentions que tout le monde attend et craint.

Unité ?

Au lieu d’ébaucher une construction de l’unité européenne telle que l’avaient envisagé les hommes de foi qui ont cru en elle, on assiste à des débats sinon des combats de coqs comme n’a pas hésité à les appeler les joutes oratoires de quelques célébrités nationales et européennes qui se battent comme des chiffonniers à force de coups bas délivrés sans hésitation, ni mesure ni a fortiori d’élégance. Le spectacle d’une telle violence verbale fait honte à une culture qui se veut encore le joyau du monde dit civilisé même si cette appellation rencontre de moins en moins d’adeptes à force d’être bafouée par des comportements grossiers et indignes. La stratégie propre à l’éthique de la discussion, consistant à acquérir les contenus d’une morale universelle est féconde précisément parce que la discussion représente une forme de communication plus exigeante et dépassant les formes concrètes de la vie, une forme de communication dans laquelle les présuppositions de l’agir orienté vers l’intercompréhension sont généralisées, abstraites et décloisonnées, c’est-à-dire qu’elles sont étendues à une communauté de communication idéale comprenant tous les sujets capables de parler et d’agir. Voilà ce que pense et écrit Jürgen Habermas dans « l’Ethique de la Discussion » Paris, Champs, Flammarion, 1992.

Questionnement éthique :

Peut-on parler d’un déontologisme c’est à dire d’une doctrine selon laquelle la moralité et l’éthique consistent à agir comme il se doit, sans considération de l’utile ou du bien si l’on se rapporte à des situations aussi inextricables que l’agonie du marxisme, la dissolution de l’occident, les problèmes posés par l’aspect religieux et traditionaliste de l’Islam auquel le Président Obama vient de se référer pour proposer des solutions acceptables pour le plus grand nombre ?

Est-il raisonnable de considérer que la cadre déontologique adopté par la théorie de la Justice de Rawls ne se rapporte ni à une fine dominante ni à un bien suprême mais à une perspective téléologique dans laquelle la justice se trouverait définie à partir du bien et de la fin dominante de l’homme ?