Ethique Info

Accueil > éthique > Des débats passionnés et animés dans les medias sur l’euthanasie

La France se passionne de nouveau pour le problème de la fin de vie

Des débats passionnés et animés dans les medias sur l’euthanasie

Partout on lit et on entend des propos plus ou moins appropriés sur la problématique de la fin de vie et de l’euthanasie

samedi 22 mars 2008, par Picospin

A l’occasion de la canicule de l’été 2003, un ouvrage a été consacré à un des aspects des Soins Palliatifs, celui de l’aide et de l’accompagnement des parsonnes âgées qui avaient été abandonnées par leur famille et leurs amis dans la solitude de leurs logements isolés, surchauffés par un soleil brûlant qui avait désséché leur peau, déshydraté leur organisme en les plongeant dans un coma prolongé, souvent définitif. Ils n’en étaient sortis que pour mourir dans les rares lits des hôpitaux encore disponibles. A Paris, 15.000 personnes étaient décédés ainsi, dans des conditions d’inconfort, de malaise, d’isolement physique et affectif. Pendant ce temps, une partie des autorités responsables était absente pour cause de vacances. Certaines d’entre elles n’avaient pas jugé utile de regagner leur Ministère à Paris sous le prétexte qu’elles n’avaient pas été informées de l’hécatombe qui s’était produite pendants une quinzaine de jours à Paris. C’est ainsi que s’est achevé ce drame encore peu connu sur lequel un voile avaité été jeté pour éviter d’alerter une population dont une partie avait déjà quitté la capitale en ces journées du mois d’Aout, laissant aux quelques soignants encore présents le soin de se faire aider par des bénévoles, quelques professionnels de la santé encore disponibles et les employés des Pompes funèbres.

Un livre a été écrit à cette occasion pour raconter ce drame lié à l’impréparation des responsables de la santé, à la désinvolture de certains milieux politiques localisés surtout à Paris. En d’autres villes, aussi chaudes que la capitale, la préparation à la canicule avait été accomplie par des exercices fréquents ce qui avait permis d’éviter l’encombrement des lits dans les Hôpitaux, d’entrainer le personnel soignant à lutter contre l’hyperthermie par des moyens très simples, peu onéreux et si efficaces que la ville de Marseille n’a recensé que 5 décès.

Lire :

Geschwind H. Le rôle des soins palliatifs. Questions Contemporaines.
L’Harmattan. Paris : 2004.