Ethique Info

Accueil > Sciences > Des spécialistes du climat : vrais ou faux ?

Les savants "nobelisables" de la climatologie

Des spécialistes du climat : vrais ou faux ?

Que savent-ils en réalité ?

dimanche 31 janvier 2010, par Picospin

Or ce personnage est actuellement fort contesté parce qu’il est suspect d’avoir contribué à la diffusion de fausses informations sur le climat, plus particulièrement de son évolution dans les prochaines années.

Grande est ma faute

Cette faute serait d’autant plus grave pour ne pas dire gravissime qu’elle intervient en plein milieu d’un débat entre scientifiques qui regroupe d’un côté les collaborateurs du GIEC, organisme considéré comme émanation de l’orthodoxie en matière de climatologie de l’autre, deux francs tireurs qui contestent systématiquement les données et prévisions des derniers pour s’opposer violemment à leurs avis sous de fallacieux prétextes dans lesquels entrent les propriétés de volonté de créer la panique, l’angoisse, un bouleversement de l’économie au seul bénéfice d’un capitalisme grâce auquel des investissements pourront être encouragés dans l’intérêt d’un principe de précaution mal compris. Peu avant le sommet de Copenhague, la publication d’e-mails piratés entre chercheurs anglais (le "Climategate"), avait jeté un premier soupçon sur la neutralité des experts, qu’on découvrait prêts à « arranger » des données pour asseoir la crédibilité de leurs prédictions.

Prévisions pessimistes ?

Plusieurs prévisions de taille s’avèrent erronées : La date de la fonte des glaciers de l’Himalaya, annoncée pour 2035, pour lequel toutes les procédures de révision n’ont pas été respectées. L’impact du changement climatique dans la formation de cyclones et ouragans aurait aussi été surestimée ce qui suscite la réaction du Giec qui contre-attaque, qualifiant l’article de « mensonger et sans fondement ». Le coût économique du changement climatique a été considéré comme bizarre quand on le confronte au travail de l’Anglais Nicholas Stern sur l’impact économique du réchauffement, repris par le Giec.

Conflits

La situation est devenue conflictuelle avec une forte tendance à l’accentuation de la tension entre les défenseurs de thèses opposées dont celle du GIEC fait figure de référence, autrement dit de « parole d’Évangile », opinion controversée et encore remise en question par des chercheurs affirmant que « la climatologie n’est pas encore une science, qu’il il y a seulement l’intime conviction de milliers de scientifiques et que ce n’est pas parce que le débat serait clos au sein de la communauté institutionnelle des climatologues que la question est susceptible d’être dépassée. Elle n’est toujours pas résolue scientifiquement, même si elle l’est “politiquement”, du moins en principe. » Très attaqué, l’auteur de ces propos n’a émis aucune opinion agressive qui aurait mérité d’être aussi violemment attaquée qu’elle l’a été en réalité. « Le climat est bien trop complexe pour se réduire à un seul paramètre, le CO2, la climatologie est une science jeune, pas du tout exacte, et « pour qu’elle devienne une science dure, il faudrait qu’elle soit capable de faire des prédictions réfutables par l’expérience ».

Avenir compromis ?

Ce sera peut-être le cas dans deux ou trois cents ans. « L’effet de serre est bien plus compliqué qu’on ne le dit. Bien sûr que le CO2 y contribue, mais on ne parle quasiment jamais du méthane, de la vapeur d’eau, qui y contribuent encore plus, et surtout on ignore les effets inattendus que pourraient avoir d’autres données sur le climat. » En raison de ses positions, il revendique la lutte contre la pollution, le gaspillage, les inégalités. Mais, la science n’est pas la morale et de la confusion entre les deux peuvent naître des troubles graves : « Quand, au nom d’une bonne cause, on utilise de faux arguments, ça aboutit à la catastrophe. C’est comme le colonialisme où l’on allait piller les ressources au prétexte de sauver les âmes. » Cette obligation de revoir notre modèle de développement capitaliste sous la menace du réchauffement climatique conforte Serge Galam dans son scepticisme selon lequel l’Occident serait en train d’organiser sa propre perte en se créant un ennemi, - nous-mêmes - positions qui peut demander de gros sacrifices et rassurer. Dire que le changement climatique a des causes naturelles « est plus angoissant, car il n’est pas garanti que nous puissions y faire face. »

Aristote et le GIEC

Derrière ce consensus, il y a le mythe d’une nature idéale, où la terre débarrassée de l’homme aurait un climat stable, qui ne bougerait pas hypothèse qui ne correspond pas nécessairement à la vérité. Ceux qui veulent mettre fin au capitalisme pour sauver la planète auront préparé les esprits pour mener plus tard une guerre salvatrice au nom d’un devoir supérieur d’ingérence dans la sauvegarde de la planète et du même coup… rétablir la suprématie de l’Occident sur le monde.


Questionnement éthique :

1. Etait-il justifié de considérer le GIEC comme détenteur des vérités immuables sur la science en général et le climat en particulier ?

2. Est-ce qu’à l’inverse, les positions scientifiques de l’ancien Ministre Allègre et du Professeur Courtillot sont non seulement crédibles mais dignes de foi et désintéressées ?

3. Est-ce que les opinions émises au titre d’experts par cette communauté scientifique scindée n’engagent pas leur responsabilité dans la mesure où elles pourraient inciter les politiques à prendre des mesures lourdes de conséquences pour tenter de sauver une planète supposée menacée ?

4. En ce cas, quelles pourraient être les réactions d’un capitalisme ou même d’un étatisme lié aux complexes scientifiques et industriels piaffant d’impatience pour « protéger » les habitants du globe des accidents climatiques ?

Messages

  • Il s’endormit, rêves, il ya uggs 2013 quelques uggs trucs brillants blanc, puis devient rouge un, quelques-uns des visages de personnes dans un flou étrange rythme uggs ltd 2 junior défilé. Il vit un vieil homme, il suffit de regarder ce que son Lianrong pour uggs ltd 2 junior voir ce que son regard, juste pour bottes ugg le voir dans un très étranges mouvements, lentement venu. Vieil homme portant uggs ltd des vêtements grossiers gris-bleu, les ugg Knightsbridge boutons ci-dessus sont en plastique noir, prix uggs classic bw grand tour.