Ethique Info

Accueil > Société > Des taureaux et des engins volants

Chacun chez soi : les taureux dans l’arène, les avions dans les aéroports

Des taureaux et des engins volants

jeudi 31 juillet 2008, par Picospin

Parmi ceux-ci, un passionné de cet art ou de ce sport dont l’existence se confond avec la tauromachie au point qu’il a mis au point un lobbying intitulé « l’Observatoire des cultures taurines ». Cet homme qualifie à répétition les opposants à la corrida de dangereux terroristes liberticides. Il affectionne particulièrement le terme « talibans », ce qui parait au minimum inapproprié dans un cadre où les protagonistes se réclament principalement de la tradition. Le président de cet Observatoire des cultures taurines enchaîne : « la coïncidence entre la nouvelle campagne médiatique fomentée par certaines associations, la tentative d’instrumentalisation de la justice contre le petit Michelito, un enfant de 11 ans qui se produit dans des corridas et les attentats perpétrés un peu partout en France par les écoterroristes, inquiètent en haut lieu, au point que les manifestations annoncées par les associations anti-taurines pourraient être interdites car il y a tout lieu de craindre qu’en les laissant se dérouler on ciblerait pour les extrémistes de nouveaux objectifs. C’est une responsabilité que les préfets concernés ne semblent plus très sûrs de vouloir prendre.

Le jeu ?

Le jeu est une pratique courante et commune à toutes les sociétés animales et humaines de tous les âges et de tous les niveaux de développement. Il est au coeur de l’expérience humaine individuelle et par extension collective. Il est loisir, détente, plaisir, il est aussi émotion, spectacle et fête. " Il pare la vie ", comme écrit l’historien.La tauromachie est une pratique très ancienne en Espagne. Certains la font même remonter à la Préhistoire avec les chasses à l’aurochs. La corrida de notre époque n’est pas un sport, mais véritablement un jeu, un spectacle, qui comporte la mort du taureau. Or la mort est un phénomène mystérieux pour l’homme, phénomène qui le met en présence du " numineux " effrayant et attirant à la fois. C’est pourquoi la corrida devrait être un jeu plus ritualisé que n’importe quel autre jeu, pour rendre à l’homme ses points de repère et sa sécurité face à ce problème existenciel. Montherlant n’hésite d’ailleurs pas à la comparer à un sacrifice rituel. Mais est-ce vraiment le cas ? Nous allons étudier quelle est la part du rite dans la corrida.

La corida : un jeu cruel ou noble ?

A l’origine c’étaient de simples jeux " pour rire " de vachers ou d’employés d’abattoirs avec quelques taureaux plus agressifs que d’autres..est libre dans le sens que les protagonistes ont d’eux-mêmes la volonté de jouer, les toreros font ce métier par passion, les spectateurs ne sont pas obligés d’acheter leurs billets et les taureaux sont en principe des taureaux qui aiment combattre ; " située en dehors de la vie courante ", elle l’est assurément, les corridas ayant toujours lieu les jours de fête, donc dans un temps circonscrit, et dans l’arène, un lieu circonscrit ; les spectateurs sont tellement absorbés par la corrida qu’ils sont parfois pris de transes ; les règles de la corrida la font se dérouler dans l’ordre précis des trois tercios ; le mundillo, milieu très fermé, regroupe tous les professionnels de la corrida, avec des règles précises, des costumes, des codes, un langage et donc un peu de mystère.

Réalité ou fiction de la mort du taureau ?

Le seul point sur lequel ne s’accorde pas ce jeu est la notion d’ " action fictive ", car la mort du taureau n’est pas fictive. Les sanfermines de Pampelune, ludiques autant que festives, sont l’occasion d’un défoulement général, de beuveries énormes, d’autant plus surprenantes que les castillans sont des gens sobres et sérieux. La définition de la culture devrait inclure ordre et désordres qui sot intimement liés. Plus l’ordre est sévère, plus le désordre est grand dans les moments qui lui sont impartis. Ceci n’est-il pas courant dans beaucoup de sociétés ?). Il existe en l’homme une part de ludique irréductible à toutes les structures (sociales, parentales...), à toutes les activités, même, des sociétés qui tentent de le récupérer ou de le sacraliser. C’est cette liberté et cette gratuité du jeu qui est mise en lumière.

Une censure

Il se félicite de la censure du spot contre la corrida par le complexe cinématographique de Bayonne. Pendant que s’échangent les invectives plus que les arguments, des taureaux continuent à être massacrés avec des raffinements de cruauté, des entorses à la liberté d’expression en faveur d’intérêts locaux laissent imaginer ce qu’il peut en être lorsque sont en jeu des intérêts encore plus puissants. Dans une autre direction, il n’était pas inintéressant de voir sur les écrans de télévision d’une chaine francophone un montage qui faisait état de trois incidents ou accidents survenus consécutivement par ordre vaguement chronologique à des avions fabriqués par Boeing et qui, pour des raisons diverses qui n’avaient aucun rapport entre elles, n’étaient survenus ni sur le même aéroport, ni à la même heure et ni même dans les des circonstances semblables. Il s’agissait d’atterrissages d’urgence qui n’avaient fait aucun blessé grave, aucun mort et au contraire s’étaient déroulés dans des conditions suffisamment bonnes pour que la panique ait été réduite, l’atterrissage aussi doux que possible et les dégâts constatés sur la carlingue minimes.

Un amalgame

Ce type d’information fait partie manifestement de ce que l’on appelle l’amalgame dont on se demande à quel usage il est destiné. On peut soupçonner une volonté de critiques contre la société américaine concurrente d’Airbus et à l’inverse uns campagne de louanges en faveur de ce avion qui, lui, n’a pas été victime de ces aléas. La méthode est aussi connue que celle qui a été dénoncée par les sources citées à la fin de cet article. Mettre en série, surtout chronologique des faits sans rapport les uns avec autres permet de les classer dans la même catégorie et d’insister sur une rationalité dans les liens entre les évènements plutôt que le hasard, toujours plus difficile à définir et à situer dans une logique appropriée.

Qestionnement éthique :

1. Est-ce que cet article est capable de résoudre les problèmes éthiques, éthologiques, ethnologiques nécessaires à la compréhension des nombreuses sociétés animales, de leurs outils de communication, de leur émergence progressive dans l’histoire du vivant ?

2. Les débats entre les adeptes de la tauromachie et les opposants à cette manifestation continuent de faire rage en raison des nombreux arguments avancés par les uns et les autres en faveur de la noblesse présumée de la lutte inégale entre l’homme et l’animal, les chances apparents de ce dernier face au toréador et à une tradition tenace dans certaines régions amplifiée par des oeuvres littéraires et musicales, voire picturales. Que doit-on penser de cet affrontement ?

3. Est-il justifié de soumettre l’animal à des contraintes aussi douloureuses que celles que l’on voit dans les arènes ?

4. Les organisateurs de ces spectacles sont accusés de mêler des intérêts financiers non négligeables à l’organistion de ces exhibitions auxquelles participent les propriétaires de taureaux impliqués dans la qualité des représentations. Que doit-on en penser ?

5. Est-il vrai qu’il il y a des gestes, des comportements, des idées dans la vie quotidienne qui ne servent à rien, d’" intentionnalité zéro ", c’est-à-dire " dont la finalité objective ne définit pas et ne justifie pas la manifestation " ?

6. Comment situer le courant libertin du XVIIème siècle si ce n’est par des hommes et des femmes qui ont pris plaisir à jouer avec l’ordre, avec les moeurs, avec Dieu, ne voulant exercer aucun rôle, aucune fonction, exigeant d’eux-mêmes que leur vie ne serve à rien. Quelles sont les folies de déguisement qui emportèrent les élites européennes à la Renaissance, inspirées par Ovide et ses Métamorphoses, " impliquant le changement de forme au-delà de tout déterminisme et de toute rationalité et la force d’un désir qui modifie le monde magiquement, à son gré " ?