Ethique Info

Accueil > éthique > Drame sur l’Equateur

Quelles circonstances pour expliquer le drame du ciel ?

Drame sur l’Equateur

Recherche de la vérité

jeudi 4 juin 2009, par Picospin

Cette dernière est essentiellement constituée d’informations itératives, d’alertes, de conseils, de convocations en vue de rassemblements destinées à faire participer le grand public à des évocations mémorielles, pleines d’allusions affectives pour célébrer tel ou tel évènement qui a eu des répercussions émotionnelles universelles

Un drame au-dessus de l’Equateur

Ce fut le cas pour le récent accident de l’avion d’Air France au sujet duquel les autorités en France ont cru devoir précipiter les cérémonies du souvenir à peine 48 heures après la survenue du désastre dont les causes n’ont guère été éclaircies jusqu’à maintenant. Fallait-il se précipiter à Notre-Dame, lieu qui n’est pas neutre, pour une cérémonie œcuménique du souvenir à la mémoire des disparus de l’A 430 dont on a dit qu’il avait disparu. Cette information est naturellement sujette à caution, dans la mesure où si cet avion a en effet disparu, c’est surtout des écrans de contrôle et non de la réalité du monde sensible et intelligible. A cette occasion, certaines langues se sont déliées alors que d’autres ont été priées de se réfugier dans la discrétion en raison de la crainte bien compréhensible de propager des nouvelles discutables, partielles, incohérentes, non vérifiées et qui, par leur diversité, risquent de créer plus de mal que de bien si l’on se place sur le versant éthique de l’information. C’est à partir du faisceau de renseignements venant de toutes les parties du globe que la synthèse est difficile à réaliser car, comme les débris du malheureux avion, ils sont rares, épars, incohérents, dispersés d’une façon telle que toute reconstitution de la réalité devient complexe, compliquée, laborieuse au point de devoir mobiliser des engins de recherche d’épaves très sophistiqués et dont l’efficacité est encore loin d’être démontrée.

Nouvelles parcimonieuses

On a donc appris successivement que cet avion était parti avec une heure de retard, sans explication, qu’il avait volé à une vitesse « erronée » avant d’apprendre par de vrais spécialistes et experts des vols dans la région incriminée que cette dernière se caractérisait par des perturbations presque permanentes dues à la très forte énergie solaire concentrée dans ce secteur aérien. Pour rassurer davantage les téléspectateurs et auditeurs, on a précisé que vraisemblablement la plupart des passagers dormaient ce qui avait évidemment un caractère rassurant car on pouvait supposer que ces malheureux sont passés de vie à trépas presque directement, sans avoir été réveillés. Cette assertion ne devait sans doute pas s’appliquer au personnel de bord qui, malheureusement, dans ces circonstances n’avait guère droit au sommeil. Si dans cette affaire, les pilotes de ligne, les ingénieurs, les experts interrogés ont tous émis un langage clair, objectif, dépourvu d’ambiguité, il n’en a pas été de même pour les profanes qui se sont exprimé à plusieurs reprises pour expliquer qu’ils ne savaient rien et que de ce fait ils en étaient réduits aux suppositions. Cas auquel, ils ont bien fait de limiter leurs interventions au strict minimum.

Tour de table

A l’issue de ce « tour de table » comme on est accoutumé à le dire actuellement, il devient nécessaire sinon impératif de se poser la question suivante : étant donné qu’aucune cause rationnelle ne sa fait jour dans cette affaire, est-il prudent, ETHIQUE, sécurisant pour le public et les futurs candidats à des vols transatlantiques de continuer à faire voler un engin de ce type avant d’avoir pleine connaissance des causes de l’évènement dramatique qui vient de survenir. Ne doit-on pas invoquer à ce sujet la clause péremptoire du principe « responsabilité » et « précaution » de Hans Jonas dont, en d’autres temps et à propos d’autres circonstances on est si pressé de se servir pour interdire, plus qu’autoriser ?

Questionnement éthique :

Est-ce que la nécessité d’une information complète et véridique est indispensable à la conservation des règles élémentaires de la morale ?

Est-ce que les enjeux commerciaux, socio-économiques dans une période de crise peuvent justifier à eux seuls la garde d’un certain secret sur les véritables évènements découverts jusqu’à maintenant ?

Faut-il révéler la vérité aux professionnels, aux profanes, aux autorités ?

Quelles pourraient être les conséquences de telles révélations sur la renommée de l’entreprise ?

Messages

  • Zhu Tao Ling de s’allonger sur le lit, une ugg prix ceinture extensible paresseux. Le bottes ugg jour venu, j’étais trop fatigué. En outre, il ne pouvait pas ne pas penser à être tué bottes ugg femme pas cher ugg Elsey Liner. Il se souvient quand il était dans la voiture Lao Du, pourquoi tant de mal à uggs 87 femme travailler entièrement pour leurs propres enfants. Il voulait travailler dur et donner à leurs enfants un ugg femme avenir meilleur, un bon bottes ugg environnement familial.