Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Du Québec libre à la Libye libérée...

Du Québec libre à la Libye libérée...

jeudi 27 octobre 2011, par Picospin

On suppose que la première serait destinée aux relations entre le public et les salariés de la ville et la seconde aux rapports à établir entre les divers collègues qui se côtoient au quotidien lors des discussions nécessaires pour organiser et mettre à jour la règlementation en particulier et les affaires en général qui concernent la gestion des mairies.

Il s’agit en somme de rappeler aux enseignés les règles déontologiques et juridiques, les bonnes pratiques, les comportements acceptables et le sens moral des élus. Tout gage donné à la population d’un engagement des pouvoirs publics dans la lutte contre les dérives institutionnelles est propice à rétablir la confiance entre le peuple et ses représentants. Ne convient-il pas de rappeler à tout moment la nécessité de redonner du sens à l’intégrité, la prudence, l’équité le bien public, la démocratie et l’intérêt général. De la sorte, le terme éthique devient un signal qui s’allume en rouge au moment où apparaissent et s’inscrivent dans les coeurs, les mémoires et le cerveau les termes de système de valeurs, engagement, légalité, jugement moral, acceptable, tolérable, inacceptable, tous concepts menés et développés par des individus responsables. Pour terminer sans réellement conclure, j’aimerais rappeler ce qu’un sage maître d’arts martiaux, Morihei Ueshiba, disait à propos de l’Aikido : « L’Aikido ne s’explique pas, il se pratique ! » Après tout, je me demande si ce n’est pas un peu la même chose avec l’éthique. Mesdames et messieurs les élu(e)s, nous scruterons donc vos pratiques...Ces termes pourraient et devraient s’appliquer avec une vigueur encore accrue au sujet des jugements portés plus récemment sur les évènements sanglants survenus en Libye à la suite
de l’intervention à contre-temps d’un célèbre écrivain et philosophe français, de l’assassinat sans jugement préalable du Guide de la révolution au sujet duquel aucun procès n’avait été organisé et du résultat surprenant des élections « libres » dont les résultats n’ont toujours pas été publiés à ce jour. Quel rapport peut-il y avoir entre tous ces évènements et la signature par la France d’un accord de coopération militaire avec la Libye à la suite de la démonstration des qualités intrinsèques du matériel au cours des opérations dans lesquelles sont intervenues massivement des éléments envoyés par l’OTAN pour déployer en territoire libyen des engins de toute nature dans les airs par hélicoptères et Rafales interposés et plus récemment par armes de précision capables de détecter des engins miniaturisés de combat et des réseaux informatiques appelés optroniques. Pendant ce temps, il va falloir changer ses fusils perfectionnés d’épaule du fait du bouleversement survenu au sein des administrations du pays et de l’intervention bruyante et apparemment efficace de notre missi dominici qui parcourt le monde en général et le désert libyen en particulier aux cris répétés de victoire, liberté, libération et démocratie. Il n’est pas encore sur que ces cris de joie, de triomphe, et d’enthousiasme aient été entendus par les meneurs de la révolution libyenne qui en tout cas, doivent être enchantés de l’aide apportée par les armées sous commandement unique de l’OTAN et des sommes pharamineuses dépensées par les gouvernements européens en guise de sacrifice pour faire apparaitre le nouveau visage d’un pays passé en si peu de temps de la dictature à la révolution, à des élections libres même si restent des inconnues sur le sort des femmes, l’application d’une démocratie égalitaire et de mesures sociales capables de faire de ce pays neuf et rénové un paradigme d’état démocratique sinon laïque. Les mots concernant les épisodes de la révolution ne sont pas durs entre les rédacteurs d’AgoraVox qui n’hésitent pas à vilipender notre philosophe national lorsqu’ils écrivent queAinsi BHL ne se rend-il donc pas compte, en cette sorte de terrorisme intellectuel qui lui vaut désormais de viatique idéologique, que celui qu’il encense aujourd’hui en Libye, jusqu’à l’emmener sous les ors de la République Française, ne tient en fait là que le même discours, religieux et rétrograde, contraire à cette laïcité sans laquelle il n’est point de véritable démocratie, que ceux qu’il vilipende à juste titre, en République Islamique d’Iran, lorsqu’ils condamnent à la lapidation, pour un simple adultère, la pauvre Sakineh ? « Comment ne pas se souvenir, avec stupeur là aussi, de ces articles dithyrambiques que le grand Michel Foucault, alors adversaire résolu du Chah d’Iran, publia en 1978, dans les colonnes du très respectable journal « Le Monde », à la gloire de Khomeiny, qu’il y avait en outre l’impudence de qualifier, parmi d’autres énormités du même acabit, de « saint homme exilé à Paris » (Khomeiny était alors sous la protection, hébergé dans un élégant pavillon de la banlieue parisienne, du président Valéry Giscard d’Estaing ? » Sans oublier JP. Sartre, qui multiplia lui aussi, en ces années-là, les tribunes pour soutenir publiquement celui qui allait ainsi bientôt devenir, nanti de l’autorité morale de certains de nos plus insignes philosophes, le « guide spirituel  », en 1979, de la Révolution Islamique ? Quant à sa chère Simone de Beauvoir, auteure de l’historique « Deuxième Sexe », c’est avec consternation que les plus lucides des féministes de ce temps-là la verront faire carrément le voyage, toujours pour y aller soutenir cet affreux phallocrate de Khomeiny, de Téhéran ! » Comment passer des mairies pacifiques du Québec à l’éthique de la guerre du désert par le truchement d’armes générées et vendues à un moment où les recommandations européennes les plus sévères circulent pour inciter aux économies et à la frugalité ? Peut-être seulement en voyageant, en contactant et en négociant...?