Ethique Info

Accueil > Politique > Du mauvais cholestérol à la mort du poisson : une menace pour la santé (...)

L’histoire du cholestérol et du poisson

Du mauvais cholestérol à la mort du poisson : une menace pour la santé ?

Quelles mesures prendre pour rétablir un équilibre en train de se rompre

jeudi 17 janvier 2008, par Picospin

Dans une conférence de presse, les responsables de la fabrication du produit ont non seulement annoncé que ce dernier était incapable de ralentir la formation de plaques d’athérome mais qu’au contraire il contribuait à leur formation. Cette annonce a naturellement mis sous le choc les cardiologues qui participent à l’étude. Le principal investigateur a même déclaré que ce résultat constitue une très mauvaise nouvelle qui risque d’augmenter les échecs du traitement et de multiplier ses effets secondaires.

Les réactions de la bourse

Ces réactions ont évidemment fait chuter le cours des actions de ces sociétés. Ce résultat a incité les responsables des études à soupçonner le laboratoire d’avoir volontairement retardé ou caché la publication des résultats. A ce propos, un cardiologue a déclaré que les fabricants de ces produits ont le devoir et l’obligation de publier leurs résultats quels qu’ils soient, négatifs ou positifs. L’impact de ces conclusions n’est pas mince puisque des millions de prescriptions de ce médicament ont été rédigées. Les produits similaires au Zetia, comme le Zocor et le Lipitor. ont donné jusqu’ici de bien meilleurs résultats Le laboratoire avait l’intention d’additionner ces deux produits produits dans l’espoir que leur association potentialiserait leur action. Ce fut le contraire qui survint puisque ce que l’on finit par observer c’est au contraire une croissance rapide et importante de la plaque d’athérome. On sait qu’elle est responsable de l’obstruction des artères, de la formation de caillots à l’origine d’attaques cardiaques et cérébrales. Dans leur désarroi, les compagnies qui testent ces produits veulent maintenant associer les médicaments déjà nommés pour savoir si cette combinaison serait susceptible, on ne sait jamais, de réduire les dimensions des plaques. La situation devient dramatique pour des sociétés plus petites que Merck qui peut toujours retomber sur ses pattes grâce à la production de nouvelles molécules car elle a d’autres cordes à son arc. La situation ne s’est pas clarifiée pour autant en raison de quelques résultats contradictoires obtenus avec les divers hypocholesterolémiants actuellement à l’essai.

Paradoxes

C’est ainsi que chez les malades qui ont pris du Zocor, le cholestérol a été réduit de 41% contre 60% pour son concurrent le Vyctorin, le médicament incriminé pour ses mauvais résultats sur les dimensions de la plaque d’athérome. Pourtant et contre toute attente, chez les patients qui ont été soumis à sa prise régulière, les plaques d’athérome situés sur l’artère carotide ont grossi nettement de façon plus importante et rapide que celles traitées par leur concurrent. Les optimistes, encore pleins d’illusions sur les victoires de l’industrie pharmaceutique sont-ils obligés de déchanter ? Beaucoup ont placé leur confiance dans la consommation régulière du poisson dont certains constituants et notamment les corps gras sont considérés comme bénéfiques pour les malades menacés ou atteints d’athérosclérose. Malheureusement cette planche de salut si naturelle risque fort de ne plus être utile dans un avenir plus ou moins éloigné. L’huile de poisson se fait rare car cet animal disparait progressivement du milieu marin en raison de la surpèche qui entraine les pêcheurs à exterminer toute vie sous marine et à priver pour des centaines d’années les populations des ressources de la mer et par conséquent de tous les produits qui sont réputés pour fournir des aliments délicieux et rester une source de protéines de haute qualité et de substances capables de retarder, sinon d’empêcher la formation des plaques d’athérome. On sait que ces dernières sont la cause principale des obstructions vasculaires, des maladies thrombo-emboliques à la source des infarctus du myocarde, de l’insuffisance cardiaque et des accidents vasculaires cérébraux.

Pessimisme

La situation n’incite guère à l’optimisme. Cela d’autant plus que mers et océans risquent de ne plus pouvoir offrir demain aux amateurs de poissons et à ceux qui cherchent une réduction de leur taux de cholestérol un régime approprié. Pour l’excellente raison que du poisson, il n’y en a plus. Or, les tables des populations occidentales sont de plus en plus remplies par des poissons provenant de la pêche qui est en train de vider les océans dans le but fort lucratif de nourrir les consommateurs qui devenus rapidement de grands prédateurs de poisson. Le marché européen est subitement devenu le plus gros marché de poisson. Cela en raison de l’appétit d’ogre dont sont victimes les habitants de ce continent à mesure que les réserves de cette chair succulente se sont épuisée dans ses propres mers. Pour cette raison, ils sont obligés maintenant d’en importer massivement. Ce qui devait arriver arriva plus vite qu’on ne le craignait : le déséquilibre entre les apports et la consommation a grandi dans des proportions telles qu’on a du recourir au commerce illégal de cette denrée. Désespérée, l’Union Européenne parle maintenant d’un marché illégal qui représenterait 50% du marché légal en raison des facilités bien connues des professionnels de débarquer du poisson illégalement dans les ports européens. C’est au point que cette denrée est devenue un des produits de contrebande le plus précieux sur le continent européen. Cette nouvelle a sa logique puisque ses prix de vente ont fait un fantastique bond en avant du fait de la demande croissante de cet aliment. Le plat traditionnel des Anglais le « fish and ships » qui était autrefois la nourriture du pauvre est devenue en quelques années leur plat préféré et en même temps le plus cher.

Dérégulation et plaintes

La dérèglementation qui a suivi cette ruée vers le nouvel or du poisson a eu pour conséquences la perte de sa traçabilité. C’est ainsi que des associations écologiques comme Greenpeace se sont empressées de dénoncer de multiples pratiques de pêche illégale surtout en particulier sur la côte occidentale de l’Afrique. Elles menacent d’entreprendre des procédures juridiques contre les flottes qui utilisent des pavillons de complaisance ce qui rend la surveillance des conditions de pêche très difficile. A ces procédures illégales, les compagnies en ajoutent d’autres qui sont le changement permanent du nom des navires pour en cacher l’origine. A ces manoeuvres s’ajoute l’emploi trop fréquent de gros filets qui détruisent les fonds sous marins et tuent les alvins contribuant par cette action délétère à détruire la faune sous marine. Comment pourra se terminer cette affaire ? Peut-être bien par l’extermination totale des poissons ce qui mettrait un terme à la consommation délicieuse, aux effets bénéfiques pour la santé et aux mets délicats offerts par les espèces d’où nous, humanoïdes, sommes censés descendre. Quelles conclusions tirer de ces nouvelles pessimistes ? Peut-être seulement celle-ci : médicaments anti-cholestérol et poisson : même combat ?

Questionnement éthique :

1. Comment évaluer et juger le comportement des laboratoires pharmaceutiques qui ne dévoilent pas la totalité de leurs résultats ou retardent ou cachent une partie des échecs et des effets délétères de leurs nouvelles molécules chez l’homme ?

2. Comment sensibiliser les pays producteurs de poissons en masse aux dangers encourus par l’humanité du fait de la raréfaction, sinon de la disparition envisageable des poissons des fonds marins ?

3. Comment éviter que la surpêche et l’utilisation de filets géants ne dépeuple la mer et ne porte une atteinte définitive à l’équilibre écologique ?

4. Quels contrôles d’ordre éthique pourrait-on proposer pour imposer aux fabricants, aux laboratoires, aux organismes de recherche, aux administrations, une application rigoureuse des principes éthiques ?

Source :

New York Times
January 15, 2008

Empty Seas

Messages