Ethique Info

Accueil > Education > Education > Electricité, hybride ou statu quo ?

Quel avenir pour l’automobile ?

Electricité, hybride ou statu quo ?

Le choix dramatique des firmes automobiles

dimanche 11 janvier 2009, par Picospin

Quand ce projet a été initié l’été dernier, cet effort a été considéré comme énorme par tous ceux qui devaient y participer et qui en réalité avaient été peu nombreux.
On disait à l’époque qu’après tout, la mise au point d’une auto entièrement nouvelle pouvait bien prendre plusieurs années avant sa mise à disposition aux éventuels clients.

L’embarras des constructeurs

Les choses n’étaient pas aussi simples car Ford était soumise à une pression considérable de la part de ses concurrents situation qui ne lui permettait pas de rester en arrière dans cette terrible compétition visant à montrer rapidement des voitures électriques dans les magasins d’exposition. Et le patron de la compagnie de déclarer que le fait de ne pas jouer le jeu de la concurrence risquait de faire perdre le pari de sortir rapidement un engin de ce type de ses usines car tel était le souhait du moment d’une société civile qui aspirait à voir des voitures électriques parcourir les routes des Etats-Unis. Pourtant, les paroles de M. Ford n’étaient pas aussi insensées qu’on ne pensait au départ étant donné la situation catastrophique dans laquelle se trouve le fabricant qui ne peut plus se permettre d’investir des millions de $ dans cette nouvelle direction alors qu’il est sous la menace d’une enquête sévère de la part du gouvernement qui n’a pas craint d’investir de milliards de $ dans cette société mais aussi dans General Motors et Chrysler. Dans la perspective du salon de l’Auto de Detroit, les diverses compagnies ne manqueront pas d’entrer en compétition pour publier leurs projets parmi lequels se situe celui de Ford qui va annoncer un projet de construction d’une voiture électrique susceptible d’être présentée au public dès 2011. La situation est peut-être moins pessimiste qu’on ne le pense puisque le nouveau Président s’est engagé à apporter son aide à la mise au point de ces véhicules et en même temps à aider les éventuels acquéreurs à se procurer une automobile de se type. Ford reste modéré dans ses ambitions puisqu’il ne pense construire au début que 10.000 véhicules de ce type pour éprouver la solidité de ce marché particulier.

Obama s’intéresse

L’intérêt manifesté par Obama pour cette nouvelle technologie et les plans de Ford sont en train de convaincre quelques écologistes que les projets concernant les voitures électriques sont suffisamment sérieux pour susciter un espoir au sein du grand public. Beaucoup d’intervenants dans cette industrie pensent que le temps des moteurs diesel est compté et que la compétition engagée entre les fabricants de moteurs électriques hybrides ou non ne tardera pas à montrer ses résultats par leur exposition au prochain salon de Detroit. C’est ainsi que Carlos Ghosn a promis de vendre une voiture électrique en Amérique et au Japon dès l’année prochaine. Les constructeurs Mitsubishi et Fuji qui sont des succursales de Subaru sont également en train de finaliser les essais de nouvelles voitures électriques. Ce qui n’a pas empêché le plus malade des constructeurs de Detroit, Chrysler, d’envisager la mise au point de son propre engin dès 2010. Cet effort d’innovation s’accompagne d’une autre mesure comportant la réalisation de forts investissements dans le mise au point de batteries aussi bien bien de la part de General Motors que d’une des ses filiales Chevrolet, envisageant de vendre des batteries l’année prochaine. Les dirigeants de ces géants de l’automobile ont prévenu leurs clients et associés que faute de pouvoir livrer rapidement des moteurs électriques fabriqués aux Etats-Unis, ce pays deviendrait complètement dépendant des productions réalisées en Asie et au Moyen orient. Il est grand temps de s’engager dans cette voie même si on ne sait encore quel aspect pourra prendre le marché dans ce domaine. Un avant goût de la précipitation de la clientèle sur ce nouveau marché des engins électriques a été suggéré par l’incroyable succès remporté par la voiture Toyota hybride Prius qui s’est arrachée à prix d’or l’année dernière lorsqu’il s’est avéré que le prix du carburant avait explosé.

Hybrides en pointe ?

Les analystes industriels signalent que les moteurs électriques risquent de se vendre moins bien que les hybrides qui sont équipés d’une assistance par engin classique ce qui évite d’avoir à recharger la batterie et dispense de devoir la connecter. De l’autre côté, le plupart des Américains ne parcourent pas plus de 35 miles ou une cinquantaine de km par jour ce qui laisse largement une place privilégiée à au moins une automobile par famille. On commence déjà à se préoccuper des moyens de recharger les batteries et de les changer très vite n’importe où. C’est pour cette raison que des stations sont en préparation au Japon, au Danemark, en Israël, à Hawaï. Cette précaution répond à la question des disponibilités de batteries selon les besoins de la clientèle. Actuellement, la majorité des compagnies ont forgé une expérience au sujet des voitures électriques car en réalité elles s’étaient déjà impliqué dans la mise au point des moteurs électriques depuis fort longtemps sans le clamer sur les toits. La mode est en train de se tourner vers les batteries lithium-ion dont l’utilisation se rapproche de celle des voitures traditionnelles. Comme les ventes de ces engins sont considérées pour l’instant comme particulièrement modestes, on n’entendra pas cette fois les flonsflons des musiques symphoniques ou militaires attirer les clients potentiels. Plus simplement, les nouvelles voitures les attendront devant le hall du salon où elles seront prêtes à accueillir les gens intéressés qui pourront faire un tour avec elles autour des installations d’accueil du salon.

January 11, 2009
The New York Times
Detroit Goes for Electric Cars, but Will Drivers ?
By BILL VLASIC

Ethique :

1. Est-ce que la crise actuelle pourrait devenir une bonne occasion à saisir pour repenser entièrement les modes de transport du futur ?

2. Est-ce que cette démarche est susceptible de relever d’une réflexion d’ordre éthique ?

3. Dans ces conditions, est-ce que les responsables gouvernementaux ne se sont pas trop précipités pour injecter de fortes sommes dans le but d’aider les constructeurs automobiles à mettre sur le marché les mêmes moteurs polluants qu’auparavant au lieu de travailler sur l’innovation technologique et la recherche de procédés originaux ?

4. Les crises en général et la disette en particulier ne sont-ils pas le moyen d’exercer une pression sur la société pour la forcer à se transformer ?