Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Enseigner dans la confiance mutuelle

Enseigner dans la confiance mutuelle

mardi 22 mai 2012, par Picospin

C’est bien ce que voulait affirmer la nouvelle Ministre de l’Enseignement supérieur en déclarant que « Il y a urgence à rétablir le dialogue et la confiance » lors d’un point presse.

Inspiration

Est-ce que la ministre a été bien inspirée en rappelant que le CNRS avait été « brutalisé et malmené par le président de la République au cours d’un discours de janvier 2009 ». Quelle est la légitimité d’un Président de la République, détenteur de diplômes et de compétences minimales dans les domaines de la recherche et de l’enseignement pour fustiger ainsi, en termes inadaptés à la situation, des pans entiers de la recherche et des organismes chargés de l’organiser en France. On reste bouche bée devant le niveau d’expression et de réflexion de certains responsables passés de l’Éducation lorsqu’ils s’adressent à une population étudiante en prise au découragement, au pessimisme et au scepticisme devant une situation marquée par le chômage en extension, l’insuffisance de l’encadrement et surtout d’un encadrement de qualité pour former les cadres et les élites de demain. Face à cette situation, le gouvernement précédent n’avait rien trouvé de mieux que de réduire drastiquement les effectifs nécessaires à la formation des plus jeunes à l’heure de la concurrence, de la compétition et de la recherche éperdue de qualité.

Quel langage ?

Pire, certains de ses représentants utilisaient dans la sphère publique un langage indigne de leaders d’opinion que leur conférait la qualité de membres du gouvernement. Le mimétisme se propage à l’allure des TGV, des fusées et des avions supersoniques. Il n’est pas étonnant dans ces conditions que le peuple se soit empressé de suivre la voie tracée par les personnalités les plus en vue de l’Etat, autrement dit des personnalités désignées pour transmettre les messages, guider les incidences prises par les pouvoirs publics pour mener le groupe dont ils ont la responsabilité vers les sommets plus que les bas-fonds de l’éducation, de la culture et du savoir. Comment peuvent réagir des jeunes esprits en formation, encore particulièrement malléables aux multiples changements de méthode, d’esprit et de contenus de l’enseignement comme s’ils étaient des cobayes prêts, sinon volontaires pour toutes les expériences, innovations et essais en tous genres déjà réalisés dans d’autres pays, d’autres institutions de prestige et autres rassemblements ou pôles d’excellence.

Assises

C’est bien ce qu’a voulu dire la nouvelle ministre lorsqu’elle annonce que « des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche doivent être organisées à l’automne, en préalable d’une nouvelle loi. « Ce ne seront pas des états généraux car il ne s’agira pas de trouver de nouvelles idées mais plutôt de les hiérarchiser et de mesurer l’adhésion de nos propositions ». C’est tout l’opposé de ce qui avait été prévu par l’équipe précédente qui misait plus sur de nouvelles idées quasi miraculeuses pour présenter au monde ébahi, les expériences en cours dans l’enseignement hexagonal, actuellement dépassé par les résultats obtenus ailleurs à partir de méthodes simplifiées mais autrement efficaces. a également insisté sur la nécessité de parvenir à « plus de lisibilité et de simplification » des structures intervenant aujourd’hui dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Une complexification due notamment, selon la ministre, aux investissements d’avenir, à l’approche très technocratique ayant entraîné une multiplication des structures. Geneviève Fioraso a annoncé le lancement d’un audit des finances du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. « Nous avons identifié des manques budgétaires à un niveau qui n’est pas anodin.

Audit contre désarroi

Cet audit va nous permettre de savoir d’où nous partons. » « Il faut revoir les modalités d’une évaluation qui se fasse en toute transparence et avec la possibilité de la réviser en cas de dysfonctionnement. C’est une nouvelle méthode de travail. » Elle a précisé que les nouveaux postes accordés à l’enseignement supérieur concerneront moins l’enseignement et leur contenu très dense que l’accompagnement et l’orientation des étudiants de premier cycle. Un projet raisonnable pensé avec la plus grande rationalité possible dont on attend l’application rapide pour sortir une jeunesse en désarroi aussi vite que possible des ornières dans lesquelles elle s’était enfoncée.

Messages