Ethique Info

Accueil > Sciences > Faut-il céder à la panique devant les catacysmes cosmiques ?

Terreur sur notre système planétaire

Faut-il céder à la panique devant les catacysmes cosmiques ?

Est-il dangereux d’habiter dans le système solaire ?

dimanche 29 juin 2008, par Picospin

Cette hypothèse vient d’être attestée par trois articles publiés par la revue « Nature » qui précise qu’un impact cataclysmique a déchiré une grande partie de la surface de cette planète située dans l’hémisphère nord, laissant derrière lui un énorme bassin aux contours adoucis ce qui attire l’attention des chercheurs contemporains

Forces en présence

Si l’on songe aux énormes forces en présence dans ce phénomène, on ne peut qu’être touché, sinon effrayé par la prise de conscience que notre système solaire a du être un lieu extrêmement dangereux lors de sa naissance. Les comptes-rendus publiés par trois équipes différentes se sont efforcés d’expliquer les raisons pour lesquelles la moitié nord de Mars constitue une expansion basse de plaines aux contours arrondis alors que l’hémisphère sud présente de contours rugueux de sommets montagneux reposant sur une croûte épaisse. Une des théories en présence consiste à supposer que la responsabilité de ce relief incombe aux forces géologiques qui se heurtent à l’intérieur même de la planète. L’autre, qui vient de recevoir l’appui des nouveaux articles accuse une collision cosmique d’être responsable de cette situation.

Collisions en série

L’hypothèse la plus vraisemblable consisterait à croire qu’un objet d’un diamètre de plusieurs centaines de mètres correspondant grossièrement aux dimensions de Pluton s’est précipité sur Mars à la vitesse de 30.000 km /heure. Il a créé ainsi un bassin elliptique de 10.000 km sur 7.000 km représentant 40% de la surface de Mars et constituant de loin le plus grand impact connu dans le système solaire. Environ à la même époque, la terre a été victime d’une collision encore plus calamiteuse qui aurait éjecté dans l’espace assez de matériaux pour créer la lune. Un impact plus faible survenu il y a 65 millions d’années a provoqué la disparition des dinosaures suivi d’un autre plus faible encore qui a aplati le socle des forêts de Sibérie. Pour ceux qui s’inquiètent des risques que leur feraient courir les éléments cosmiques, un autre article de « Nature » est plus rassurant qui évoque les résultats plutôt optimistes découverts à propos des divers objets susceptibles de menacer la terre. C’est que le risque de cataclysme resterait faible de la survenue d’une telle catastrophe au moins pour le siècle prochain.

Questions :

1. Qu’est-ce que Mars ? C’est la planète rouge. Deux fois plus petite que la Terre en diamètre, et ne représentant que 10% de sa masse, elle est située à une fois et demi la distance de la Terre au Soleil. Elle est pour le moment le principal objet de curiosité pour la communauté scientifique, surtout depuis qu’on la soupçonne d’avoir été fort semblable à la Terre dans le passé.

2. Que signifie le Soleil ? : C’est notre astre du jour. Si nous le voyons quotidiennement, nous savons finalement peu de choses sur lui. Le Soleil est une étoile comme les autres. Elle est de taille moyenne (il en existe de bien plus grandes mais aussi de bien plus petites), fort heureusement pour nous : avec son gabarit moyen, elle économise ses forces et vivra ainsi 5 milliards d’années encore. De quoi nous laisser le temps de filer vers un autre système stellaire…

3. Structure de l’étoile ? Une étoile est un objet compact, en un seul morceau, qui doit sa cohésion aux forces de gravité, opaque, émettant de la lumière par ses propres moyens.

4. La présence d’antimatière, dont la morphologie est très proche de la répartition dans le ciel d’un certain type de sources X binaires a été mise en évidence. Longtemps suspectée pour être une fabrique efficace de positons, cette classe d’objets expliquerait l’origine de l’antimatière dans les régions internes du disque de la Galaxie.

5. Les astrophysiciens découvrent une émission curieuse de photons, en provenance du centre galactique, sur une longueur d’onde (à 511 mille électronvolts ou 511 kev), jouant un rôle comparable à celui d’une empreinte digitale qui trahit l’émetteur représentant l’annihilation entre un électron et son antiparticule, un positon. On suppose que de très fortes quantités de positons ont été annihilées par seconde, soit dix milliards de tonnes, pour expliquer le flux mesuré. L’antimatière pourrait provenir de celle formée lors du Big- Bang, hypothèse vite rejetée car des quantités énormes sont nécessaires, au point qu’on en verrait ailleurs. Sinon, il faut admettre que beaucoup de "binaires X à faible masse" (naine blanche : petite et vieille étoile) tournant autour d’un trou noir ou d’une étoile à neutrons qui lui arrache sa matière, processus violent capable de produire des tonnes de positons.

6. Aristote et le cosmos : Y-a-t-il un grand architecte de l’univers ou un horloger de génie pour conduire le monde, réparer les erreurs de fonctionnement, remettre les dispositifs en place selon un plan prévu par un créateur à l’instar de ce qui avait été énoncé comme le "dessein intelligent" théorie devenue très populaire aux Etats-Unis et qui commence à perdre un peu de sa popularité ? Le cosmos ne tourne pas toujours aussi régulièrement et sans défaillances ni accidents comme on peut le voir ici. Il y a bien des collisions, des effondrements, des disparitions, des forces obscures ? On attend l’explication de leurs causes. A quand ?.....


Sources :
The New York Time
June 29, 2008
Editorial
Something Not to Worry About