Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Glissements sur une Revue de Bonne Année

Glissements sur une Revue de Bonne Année

lundi 31 décembre 2012, par Picospin

A propos de statistiques, je me penche ce soir, à l’heure de tous les bilans sur d’autres statistiques, celles de personnalités préférées des Français.

Elles aussi sont relativement stables dans leur classement même si de légers changements surviennent en tête avec certains qui en détrônent d’autres sans que l’on assiste vraiment à un bouleversement des préférences pour éviter de dire des valeurs. Ce qui frappe dans ces dernières, c’est les paramètres les plus influents dans cette hiérarchie de la notoriété qui est, à quelques exceptions près, plus liée à leur réputation en France et à l’étranger qu’à une valeur intrinsèque de leurs performances. Rien d’étonnant dans ces conditions que des personnages un peu moins souvent cités cèdent leur place à ceux qui le sont plus comme c’est le cas de Yannick Noah dépassé dans la célébrité par Omar Sy qui a eu les honneurs du 7è art, en l’occurrence considéré comme plus fiable que celui des courts de tennis ou de la chanson, sinon de la qualité musicale. La performance la plus remarquable dans cette compétition est la surprenante place occupée par Simone Veil qui fait peu parler d’elle, est restée plutôt silencieuse ces derniers temps et vieillit assez bien sans intervenir de façon fracassante dans la vie politique, sociologique, juridique du pays. Il n’est pas très aisé de tirer des conclusions de cette valse des positions, qui dépendent plus du nombre des citations dans les médias que des performances intellectuelles, physiques, spirituelles réellement effectuées. Les résultats de ces enquêtes dépendent sans doute plus de l’intitulé des questions posées que de la valeur accordée aux candidats de ce jeu – un de plus – proposé au jugement de citoyens qui cette année ont à souffrir du départ de certains de leurs héros, pleins d’une notoriété méritée ou non au moment où peu de nouveaux noms apparaissent dans ce paysage un peu triste, et dont on ne sait si leur classement dépend plus du capital sympathie reçu que de la fréquence de leur présentation ou citation par les médias au premier rang desquels l‘écran de Télévision continue de jouer le rôle majeur, à moins que ce dernier soit sur le point d’être supplanté par l’internet qui écrase tout sur on passage, au moins tant que son accès est gratuit, en attendant qu’il devienne, comme beaucoup d’autres organismes de diffusion victime de la taxation d’état toujours à la recherche des deniers susceptibles de le faire vivre pour éviter une mort programmée, risque qu’on ne peut négliger à la vue des perspectives de chaos prédits par les plus pessimistes qui ne sont pas nécessairement ceux qui se trompent le plus souvent ou qui émettent les jugements les plus erronés. Que toutes ces considérations ne vous empêchent pas de passer insensiblement d’une année à l’autre, même au prix d’une coupe de champagne et d’un caviar qui refait surface grâce à ses éleveurs qui ont depuis longtemps déserté l’Iran pour une délocalisation plus exotique à l’instar des produits pour riches, ne serait-ce que l’automobile, les jeux vidéo et autres amusements trop éloignés à mon goute de la lecture, de la réflexion si ce n’est de la méditation.