Ethique Info

Accueil > Forums Ethique > Divers > Handicap et prothèses

Handicap et prothèses

mardi 7 juillet 2009, par Picospin

La jalousie se traduisit par une irritation telle qu’une disqualification fut réclamée contre lui sous le prétexte que, loin de constituer un handicap, ses super jambes lui conféraient un avantage décisif et injuste.

Un ingénieur de qualité

Injuste ou pas, ce garçon a un autre avantage de par le métier qu’il exerce en tant que directeur d’une division du MIT (Massachussetts Institute of Technology) spécialisée dans la mécanique. De la sorte, il se trouve à la tête des technologies des prothèses. Son travail sur ce site contribue à améliorer les conditions de vie de millions de gens, depuis les victimes d’accidents vasculaires cérébraux jusqu’aux amputés. Dans cette recherche, il tire des avantages évidents pour lui-même puisque du fait de son activité, il a le loisir et les moyens d’élaborer pour lui-même les membres les plus performants. C’est à ce moment que le journaliste du New York Times intervint pour demander à des sociologues médicaux, spécialité dont j’ignore l’existence en France, les inconvénients des produits mis à la disposition des handicapés. Cette liste devint fort longue à mesure qu’elle se déroulait devant moi. Au premier rang de ces imperfections, se situent le prix élevé, la maladresse des gestes ainsi exécutés, inadaptés, inefficaces. Ce n’est pas autre chose qu’une paire de mâchoires montée sur une tige qui permet de prendre et de relâcher des objets qui se trouvent au sol ou sur une étagère. Une des difficultés de fabrication de ces dispositifs est qu’il ne sont pas fabriqués par leurs auteurs mais par des ingénieurs qui se concentrent plus sur les problèmes de la fonctionnalité à l’exclusion de tout autre avantage y compris celui de l’aspect extérieur, de la sensation qu’on éprouve à leur contact et du désir, bien naturel de vouloir s’en servir. Une autre difficulté dans cette histoire provient du fait que le nombre des inventeurs qui se consacrent à de tels projets est trop petit pour avoir des chances raisonnables de réussir à concevoir l’objet idéal.

Invention et handicap

L’auteur d’un livre récent sur ce sujet, Graham Pullin, vient de publier un ouvrage qui répond à ces questions sous le titre de « Quand l’invention rencontre le handicap ». C’est à ce moment que l’auteur en question se demande ce qui pourrait arriver si des handicapés et de ingénieurs confiaient la tâche d’imaginer une prothèse à des entreprises comme Apple, avec le risque inhérent que, comme cela se passe malheureusement trop souvent, les spécialistes chargés de la recherche et du développement de tels produits n’ont pas consacré assez de temps aux usagers éventuels pour pouvoir étudier chez eux quels sont leurs désirs, leurs besoins et leurs gratifications. Un exemple parmi tant d’autres est celui des méthodes de conception d’un appareil destiné à lancer un ordinateur capable de guider par la voix des aveugles. Lors de la mise au point de l’appareil, les inventeurs ont particulièrement étudié l’influence de la rapidité d’élocution des intervenants sur les capacités de reproduction du son en vue d’améliorer les performances de l’engin. Ils se sont aperçus finalement que ce travail était susceptible d’améliorer ses performances qu’il soit utilisé dans le cadre d’une aide aux aveugles ou simplement indépendamment de cette fonction. Si l’on considère les modalités de changement imposées aux chaises roulantes qui sont restées rigoureusement identiques depuis 1930, jusqu’aux années 1970, il faut se souvenir qu’un changement radical dans le concept n’est intervenu qu’à partir du moment où une association américaine de vétérans de la guerre est intervenue pour imposer un concept fondamentalement différent, basé sur des objectifs plus sportifs.

Sports et esthétique

A l’appui de ces inventions partiellement à but esthétique, on fait allusion au design de plus en plus varié et diversifié des lunettes dont certaines sont portées par des gens qui n’en ont pas besoin et qui les mettent sans verres optiques, uniquement dans le but d’impressionner leur entourage. Cette éventualité vaut aussi pour les prothèses auditives qui ne sont pas nécessairement portées comme objets cachés mais au contraire de façon ostentatoire comme l’est le qualificatif qui a servi à désigner certains objets religieux. Tout le monde n’a pas envie de cacher sa surdité qui pour certaines personnes est un objet d’identification et par conséquent ne requiert aucune manœuvre pour en déguiser l’apparence. A l’appui de cette hypothèse il faut se tourner vers une athlète américaine du nom de Aimée Mullins qui a été amputée des deux jambes. Son stock d’objets prothétiques se range dans ceux qui ressemblent à des lames de course qui ressemblent à celles devenues célèbres par Cheetah le fameux léopard qui a reçu sa gloire et sa célébrité par l’intermédiaire de la magie du cinéma. Une des histoires qu’elle se plaisait à raconter concerne la réflexion d’un de ses amis qui, la voyant arriver avec ses longues jambes fines, lui dit simplement qu’il n’était pas honnête de porter un tel accoutrement.

Faut-il aussi parler d’éthique dans le jeu dérisoire et tragi-comique des prothèses portées de façon plus ou moins élégante ou astucieuse par les handicapés échappés d’accidents dramatiques en temps de guerre comme en temps de paix ?

Messages

  • Sinon, je veux vraiment, c’est de ugg pas cher ne manger que ces herbe ugg pas cher tn requin d’été ". Yang Zhou a dit : "ah, c’était vraiment nike 3.0 pas cher délicieux, mais je suis un peu surpris, c’est ce qu’on appelle l’herbe champignon été, je n’ai pas ugg pas cher ltd 2 homme vraiment vu avant patron ne sait pas d’où ugg il vient sources. ». ugg pas cher tn foot locker mystérieusement déclaré : "Je n’ai pas vu avant, et j’ai toujours eu sur la recherche Baidu, parce que je bottes ugg 2 veux acheter leur propre cuisinier à manger Toutefois, Baidu, il n’ya pas de telles bactéries ugg pour femme introduites, ugg pas cher 2012 prix peut-être.