Ethique Info

Accueil > Education > Jeux de vilains ?

Rôle des casinos dans la vie politique et sportive

Jeux de vilains ?

Quel intérêt et quels avantages ?

lundi 14 avril 2008, par Picospin

L’affaire du casino de Gujan-Mestras pourrait en effet éclabousser le Président de la République. L’affaire du casino de Gujan-Mestras, situé en Gironde et qui n’est pas terminée, s’est enrichie d’un nouvel épisode. Contre l’avis du parquet, la cour d’appel de Paris a rendu espoir à ladite gérante de l’établissement. Les magistrats ont en effet ordonné l’instruction d’une plainte que la gérante du casino du lac de la Magdeleine avait déposée en mars 2007 pour "favoritisme" contre le ministère de l’Intérieur.

Des faits répréhensibles ?

Les faits incriminés se sont, eux, étalés de 2005 à 2007, période durant laquelle le Ministre de l’Intérieur était Nicolas Sarkozy. La plaignante a accusé la place Beauvau d’avoir usé de son influence et des liens entretenus entre l’actuel chef de l’Etat et les dirigeants de grands groupes comme Partouche et Barrière, pour protéger les intérêts de ces derniers. Les opérations ont été effectuées au détriment de son "petit" casino, lésé, selon elle, par plusieurs décisions ministérielles étrangement défavorables et par ailleurs toutes cassées par le tribunal administratif de Bordeaux. Pour l’année 2006, la Commission supérieure des jeux qui dépend du ministère de l’Intérieur, avait refusé à Frédérique Ruggieri le droit d’exploiter cent machines à sous supplémentaires, mesure qui est en contradiction avec celle ordonnée à la même époque à l’encontre des casinos de la côte arcachonnaise, détenus par les grands groupes qui eux sont alors largement servis.

Quelles pressions

Sous de multiples pressions, la place Beauvau a révisé sa politique dans le sens d’une plus grande souplesse en autorisant l’exploitation de cinquante nouvelles machines. Les mesures décidées sont différées au mois d’octobre, c’est-à-dire après la saison estivale, ce qui a obligé casino du lac de la Magdeleine à déclarer faillite. La situation vient de se détendre dans la mesure où la décision prise par la cour d’appel de Paris tend à vouloir faire la lumière s ur le complot dont a été victime le casino de Gujan-Mestras, affaire qui aurait été marquée par un acharnement décelable par tous. La plaignante est d’autant plus satisfaite que le 7 mars dernier, le parquet de Paris avait classé sans suite une autre de ses plaintes dans ce même dossier.

Détente ?

Celle-ci, déposée en octobre dernier pour "tentative d’extorsion de capital", visait Bernard Laporte, financièrement impliqué dans des casinos situés dans la région aquitaine. Le secrétaire d’Etat aux Sports, alors sélectionneur de l’équipe de France de rugby, avait été accusé par Frédérique Ruggieri d’avoir monnayé 10% du capital de son casino contre une intervention de Nicolas Sarkozy pour l’aider à régler ses malheurs. Ces manœuvres avaient suscité la verte réplique du nouveau Secrétaire d’Etat aux sports, par la parole définitive d’un "J’en ai rien à foutre de son casino !" Et d’ajouter que "Si je suis ami avec Sarkozy, ce n’est pas pour l’emmerder et encore moins pour en profiter", reconnaissant qu’il avait abordé ce sujet avec Frédérique Ruggieri, sur le ton de la plaisanterie ce qui ne laissait aucun doute sur son opinion concernant cette affaire et sur son véritable état d’esprit.

Questionnement éthique :

1. Est-il raisonnable que des représentants de l’état au plus haut niveau soient impliqués dans des activités de jeux dans des casino ?

2. Quel exemple peut donner un Ministre des sports, ancien sélectionneur de l’équipe de France à une jeunesse en quête de valeurs sportives, morales, d’exploits physiques ?

3.Est-ce qu’une telle attitude mérite une décision de démission ou de changement de fonction ?

4. Est-ce qu’une activité de jeux en général et de manipulations dans des casinos est compatible avec des fonctions ministérielles élevées d’une part et de plus dans le domaine de l’activité sportive nationale et internationale d’autre part ?

5. Comment régler ces problèmes difficiles en fonction de d’un jugement éthique approfondi ?