Ethique Info

Accueil > Sport > L’Olympe à Pékin ?

Un destin fixé par les dieux ?

L’Olympe à Pékin ?

Est-ce le cas pour les JO de Pékin ?

mercredi 2 juillet 2008, par Picospin

Ce Comité ne s’est pas fait faute d’exprimer sa déception à ce sujet lors d’un discours dans lequel le chef du ¨Parti Communiste du Tibet s’est servi de l’occasion d’une cérémonie à propos de l’itinéraire de la flamme olympique pour dénoncer le Dalai Lama, le chef spirituel en exil du Tibet. Ce que le Comité et le reste du monde ne réalisent pas très bien est le peu d’importance que la Chine attache à ses propres impressions et opinions sur ce sujet.

Consommation intérieure

Ici, à Pékin, le Jeux Olympiques constituent une manifestation essentiellement destinée à la consommation intérieure pour renforcer le pouvoir du nouveau gouvernement sur son propre peuple. Un jeune garçon de 12 ans a vu de ses propres yeux plus d’une douzaine de films dans lesquels les 5 anneaux olympiques jouaient la vedette. On lui a rappelé jour après jour à l’école et dans la rue par des dessins et des tableaux des masses humaines en train de converger comme une immense marée vers un joueur de basket-ball pour le soulever dans le mouvement d’un lancer de panier. Pendant des millénaires, les dynasties chinoises ont proclamé qu’elles avaient reçu un mandat de la part du ciel pour justifier de leur existence. Depuis cette époque ; il n’y eut pas le moindre saut en avant. Les dynasties incapables augurent de leur incapacité à gouverner en raison de leur instabilité et sont renversées. La Chine n’a toujours ni démocratie ni sens réel de la stabilité politique. Les autorités craignent une révolution comme d’ailleurs le fait le peuple. C’est par un nationalisme exacerbé que le pouvoir espère en prévenir la survenue. Si les JO sont un succès, il sera facile ensuite au Parti Communiste de montrer sa légitimité et la pérennité de son mandat.

Légitimité

En septembre, il y a des chances pour que le niveau de vie des Chinois se mette à baisser pendant que les citoyens considèrent les JO comme un franc succès. Malgré les disponibilités de l’Internet et le levée de certains interdictions concernant la diffusion des nouvelles par les journaux, il reste toujours un gouffre béant entre les média qui exercent à l’intérieur et ceux qui ont une origine internationale. Pendant la tournée de la flamme olympique à Paris ce printemps, les spectateurs des journaux télévisés ont pu acclamer les efforts héroïques d’une personne amputée des jambes, se déplaçant dans son fauteuil roulant pendant qu’elle s’est servie de son thorax pour protéger la flamme contre les assauts d’un manifestant plutôt que la masse de manifestants pro tibétains. Dans les classes de collège et de lycée on enseigne aux élèves comment la Chine a été humiliée par la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, la Russie, le Japon et les Etats-Unis au cours des siècles derniers. Les critiques internationales ouvertes sont décrites comme des survivances et de l’héritage des siècles derniers. Les critiques venant de l’étranger ne font que renforcer la loyauté du peuple envers ses gouvernants au point que les projets de boycott des Jo ne font que renforcer le nationalisme. A mois de Mars, une avant première d’un matche de baseball entre les équipes américaines des Los Angeles Dodgers et de San Diego Padres a donné un aperçu de ce que l’on est en doit d’attendre lors des JO.

Interdictions et recommandations

Une immense banderole a déployé les noms des sujets et objets interdits parmi lesquels, de façon bizarre les balais. Chanter l’hymne américain était interdit. La police a arrêtée un fan coréen de l’équipe des Dodgers où jouait un batteur du nom de Chan Ho Park parce qu’il tenait à la main un signe où l’on pouvait lire « Park est le N° 1. » pendant que des spectateurs étrangers furent arrêtés par mesures de sécurité. Pour les athlètes de tous le pays, gagner signifie que tout reste à faire. Pour les Chinois, la compétition est déjà terminée depuis longtemps. Ils ont déjà gagné quand en 2001, quand le Comité International a sélectionné Pékin pour devenir le lieu de rencontre des JO alors que des milliers de Pékinois se sont répandus dans la ville sur la place Tienanmen pour célébrer cet évènement. Ce fut l’un des rassemblements le plus en vue depuis le massacre de 1989. Au mois d’Août, il se peut que quelques responsa bles dans le monde aient l’intention de boycotter la cérémonie d’ouverture des JO. Malgré cette manifestation, les jeux continueront et seront télévisés ce que le Chine appellera le plus grand évènement mondial jamais présenté. Le gouvernement chinois aura organisé des JO modernes, manifestation qui sera aussi proche du mandat donné par le ciel à la Chine que celui qui l’avait été autrefois aux diverses dynasties.

The New York Times
July 2, 2008
Op-Ed Contributor
China’s Inside Game
By APRIL RABKIN
Beijing