Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > L’art médical prépalliatif

L’art médical prépalliatif

mercredi 17 juillet 2013, par Picospin

Cette nouvelle conception de l’art médical survient aux lendemains de l’épuisement partiel de la médecine curative dont les limites ne cessent d’être épaissies dans la mesure où elles encerclent les espoirs investis dans une technologie ouverte sur un avenir qui doit plus à la science qu’à l’eschatologie.

Retrait

Dieu s’étant retiré partiellement de l’étendue de la terre, de la vie sur notre planète, le sort de l’homme fragilisé par l’âge, la maladie, les blessures infligées par l’existence repose désormais sur les capacités de ses semblables à atténuer sinon à vaincre le mal dont la provenance garde ses mystères pendant que les remèdes acquièrent puissance et efficacité. Parvenue au terme de ses possibilités confinées à la démarcation entre vie et mort, la médecine curative a laissé à la succession de la palliation de prendre en charge un être humain encore vivant pour l’accompagner et le conduire aux confins de la mort, y compris celle que lui-même souhaite maitriser pour choisir en tant qu’étant libre les circonstances de sa propre finitude, quitte à la réaliser avec l’aide d’un dopage tellement fustigé quand il s’agit de renforcer ses aptitudes mais moins condamné quand il est temps de joindre la fin de vie au commencement du processus de la mort.

Des éclisses neuves

A ce terme, conviendra-t-il de faire appel à un ingénieur pour poser les éclisses capables de joindre le segment de rail terminant la vie à celui conduisant au mystère de la mort sans que ne déraille le lourd convoi portant la charge cumulée des évènements de la vie pour les transférer dans la mémoire des hommes, de l’histoire, des familles et de la tradition ? A choisir les modalités de son voyage vers une destination inconnue comme le fut celui des pionniers des sorties de notre planète à destination de ses voisines, le touriste des nouveaux espaces ouverts aux surprises du cosmos optera pour la pérégrination la plus confortable, la plus sûre, celle qui lui assure un déplacement sans encombre. Dans cette optique, plus nombreux seront les voyageurs en première classe bénéficiant du service de luxe à bord du vaisseau navigant sans heurts et par temps calme sur un océan pacifié débarrassé des surfeurs comme des requins.

Préjugés

De la sorte, débarrassée des préjugés qui la défigurent, la mort se laisse apprivoiser, par une navigation rendue sereine et saine d’où les nausées et vomissements seraient exclus et où le paysage se présenterait sous ses formes et couleurs les plus attrayantes comme si Dieu lui-même s’était chargé de peindre le panorama sous la vive luminosité des Lumières, nouveau guide vers l’intelligence du cœur et de l’esprit. La médecine palliative recourt à la douceur narcotique qui permet de traverser les espaces décrits et annoncés comme effrayants en toute sérénité, avec placidité, à moins de vouloir rompre les amarres d’un unique coup de ciseaux pour libérer le navire de ses entraves et le laisser glisser sur la mer de la tranquillité, rassuré dans l’attente d’une autre vie, de nouveaux rêves, d’un sommeil sans fin ou d’un repos bien mérité après une existence comblée d’objectifs atteints ou à atteindre et définitivement laissés sans lendemains.

Messages