Ethique Info

Accueil > Education > Education > L’effet Carla

Ce que vous voulez savoir sur Carla et qui ne se trouve pas dans les journaux français

L’effet Carla

Le succès foudroyant d’une Italienne devenue Première Dame de France

lundi 23 juin 2008, par Picospin

Il est difficile d’imaginer le niveau des décibels émis sur une chaîne de télé comme Fox News si Michèle Obama sortait un CD cet été, comme l’a fait Carla Bruni Sarkozy, contenant des chansons accompagnées de paroles telles que « Je suis une enfant, malgré mes 40 ans, malgré mes 30 amants, une enfant ». Ou bien si Michèle donnait une interview comme l’a fait Carla dans son nouveau livre « La véritable histoire de Carla et de Nicolas » où elle révèle qu’elles est tombée amoureuse de son mari à cause des ressources si fertiles de son intelligence.

Une brillante intelligence

Je ne m’attendais pas à rencontrer quelqu’un d’aussi amusant et de si vivant quand elle évoque ses souvenirs de leur première rencontre lors d’un dîner. J’ai été séduite par son physique, son charme et son intelligence. Il possède au moins cinq ou six cerveaux qui sont parfaitement irrigués. Je ne suis pas sortie avec des crétins avant de l’avoir rencontré ce qui ne correspond pas à mon genre de personnage mais il va vraiment vite. Un des chapitres est intitulé « Le Diable se déguise en Carla » ou le Diable porte du Carla. L’anecdote la plus répandue raconte l’histoire au cours de laquelle elle se moque avec malice de la Ministre de la Justice, Rachida Dati, une protégée de Sarko, en lui disant au moment de s’approcher d’un lit à l’Elysée « N’est-ce pas que vous aimeriez bien l’occuper ? » D’une certaine manière, les Français qui sont des pervers particuliers comme Woody Allen a appelé Diane Keaton dans « Annie Hall », sont devenus amoureux de leur nouvelle Première Dame que cet amour a fini par déborder sur son époux ce qui le fait remonter dans la classement de sa popularité. Lors des obsèques d’Yves Saint Laurent à Paris, Sarkozy a essuyé des sifflets au moment de sortir de sa voiture alors que Carla, un ancien modèle qui a travaillé pour le couturier et qui s’appelle elle-même « rien de plus qu’une chanteuse populaire, fut l’objet d’applaudissements entrecoupés de oh et de ah.

Une réputation sulfureuse

Le Journal du Dimanche rapporte que Carla Bruni, précédée d’un réputation sulfureuse a eu un gros succès difficile à prévoir dans un pays qui est si profondément attachée aux traditions et aux conventions. En moins de six mois, la 3è épouse de Sarko a conquis, après celui du Président, le cœur des Français. Au point que 68% d’entre eux apprécient leur nouvelle Première Dame. D’après un sondage publié par « Le Figaro », le Président français est revenu à un pourcentage favorable de 41% à partir de son chiffre le plus bas qui était de 32% le mois dernier. Il est devenu plus serein. Il a arrêté de se conduire comme un idiot depuis son mariage. Contrairement à Cecilia qui ressemblait à une pilule timide et gênée par sa position à l’Elysée qu’elle détestait, Carla joue admirablement son rôle. Elle se trouve bien dans sa peau. Ayant un sens inné de la manipulation des medias, elle traite la presse française aussi bien que le presse étrangère avec un aplomb simple de quelqu’un qui a les pieds par terre. Elle se propose de garder sa personnalité tout en respectant la dignité de sa position. Elle veut prendre sa fonction très au sérieux et se propose de tenir un journal de sa vie à l’Elysée en ajoutant : « J’écris en Français et je rêve en italien ».

Du charme

Le magazine « Le Point » a fait de Carla sa première page avec ce titre : « La Présidente » à côté d’une autre photo qui montre Sarkozy, se tenant docilement derrière sa femme, assise au premier plan derrière son bureau, et offrant un regard de félin au photographe. Elle a charmé la Reine d’Angleterre, les Princes Charles et Philippe avec son aspect faussement modeste de petite fille, elle a charmé George et Laura Bush lors de leur visite à Paris et invité cette dernière à venir bavarder avec elle avant de s’asseoir à côté du Président américain pour le distraire par une conversation spirituelle en Anglais qui est une des trois langues qu’elle maîtrise. Lors d’une conférence de presse le lendemain, George Bush a interrompu de lui-même ses remarques ennuyeuses au sujet de l’importance de la rencontre de Doha. Il s’est ensuite adressé à Sarkozy en ces termes : « Ce fut un grand plaisir d’avoir eu l’occasion de rencontrer votre épouse. C’est une personne vraiment intelligente, douée si bien que j’ai pu comprendre les raisons pour lesquelles vous l’avez épousée. De même, je sais maintenant pourquoi elle vous a épousé. »

Questionnement éthique :

1. Est-ce que le succès obtenu en France par Carla Bruni aurait pu être imaginable plusieurs années en arrière ?

2. Comment se fait-il que la vie aventureuse et amoureuse de cette sulfureuse chanteuse italienne ait été si vite adoptée par une société qui a la réputation d’être à cheval sur les traditions, la bienséance, une conduite sans excès et le souci de s’occuper et de se rapprocher du peuple qu’elle aspire à prendre en charge ?

3. Ce relatif laxisme des moeurs est-il la conséquence de la "libération" de mai 68 ?

4. Quel rôle peut-on faire jouer dans cette évolution à la beauté de physique de l’épouse du Président alors qu’on ne sait rien encore de son profil moral ?

5. Est-ce que le fait d’être venu de l’étranger, en particulier d’un pays voisin, très proche de la France par sa culture a facilité la rencontre de la Présidente avec son peuple ?

Sources :

The New York Times
June 22, 2008
Op-Ed Columnist
The Carla Effect
By MAUREEN DOWD