Ethique Info

Accueil > Sciences > La mouche du coche ou celle du Président ?

Quelle mouche te pique ?

La mouche du coche ou celle du Président ?

Un insecte au tapis

jeudi 18 juin 2009, par Picospin

Cette scène a été télévisée dans le monde entier sous la forme d’une scénette dans laquelle on voit dans le bureau ovale le grand Obama assis en face d’un plus petit journaliste s’activer devant une mouche qui ne cessait de le poursuivre de ses ardeurs, de son agacement, sinon de son irritation. Dans cette bataille épique le grand président ne s’en laissa pas compter et répliqua point par point, poing par poing aux attaques de cet insecte qui finit, épuisé de fatigue, par atterrir sur l’avant-bras gauche de ce dernier qui, profitant de la qualité de ses réflexes, de la rapidité de ses réactions, leva sa main droite pour abattre l’animal d’un seul coup, le premier, ce qui le jeta par terre et le maintint définitivement sur l’épaisse moquette du salon où elle continua de se trainer lamentablement.

La chronaxie, dans le cadre de la description mathématique du fonctionnement du système nerveux, est la durée minimale du courant électrique (d’une intensité double de la rhéobase) nécessaire pour stimuler une fibre musculaire, ou une cellule nerveuse. Ce terme a été inventé en 1909 par le physiologiste français Louis Lapicque. Chez les personnes jeunes et bien entrainées, cette caractéristique témoigne de la bonne qualité d’une réponse de la cellule neuro-musculaire en réaction à une stimulation électrique du neurone. L’unité de base du vivant, la cellule, possède la caractéristique d’avoir une polarisation négative par rapport à l’extérieur. L’existence de canaux potassium ouverts à l’état de repos permet au gradient chimique de ces ions de se dissiper. La sortie d’ions potassium crée une différence de potentiel électrique, l’intérieur de la cellule devenant négatif par rapport à l’extérieur. Cette valeur négative s’oppose à la sortie des ions potassium. Le potentiel de membrane est créé par l’existence concomitante de deux phénomènes. Un déséquilibre ionique est maintenu par les pompes membranaires, en particulier qui échange des ions sodium contre des ions potassium. Cet échange se fait contre le gradient chimique de ces espèces et nécessite donc de l’énergie, fournie sous forme d’ATP. L’ouverture à l’état de repos des canaux potassiques permet au gradient chimique de cet ion de se dissiper par un phénomène de diffusion. Cette sortie d’ions potassium crée une différence de potentiel, polarisant l’intérieur de la cellule négativement par rapport à l’extérieur. Certaines cellules spécialisées ont la capacité de se dépolariser brutalement quand leur potentiel de membrane a été dépolarisé au-delà d’une valeur seuil. Cette dépolarisation explosive est suivie d’une repolarisation dont l’ensemble constitue un potentiel d’action qui fait intervenir l’ouverture et la fermeture de canaux ioniques dépendant du potentiel de membrane perméables au sodium ou au calcium ou au potassium (ils permettent la repolarisation qui va parfois jusqu’à une légère hyperpolarisation). Les cellules excitables sont les neurones ou cellules nerveuses, les myocytes ou cellules musculaires cardiaques et les cellules musculaires squelettiques striées. Je suis entièrement d’accord sur la prouesse médiatique du Président Obama devant les caméras de TV à propos, non d’une réponse pertinente à un journaliste, mais du gros plan photographique auquel s’est soumise une mouche quelconque, invitée de dernière heure à la Maison Blanche et qui s’était prise d’affection ou d’hostilité avec le Maitre des lieux. Cette scène était-elle improvisée ou bien programmée depuis longtemps pour servir de présentation ou d’introduction à un président tout récemment élu qui a ou bien le sens de l’opportunité en invitant sur son tapis une mouche américaine qui passait par là ou bien de la communication en en priant une de venir partager avec lui un long entretien. Les grossissements optiques et électroniques utilisés par le photographe n’ont pas permis pour l’instant, faute de révélations sur ce sujet, d’identifier les mets qui ont été servis à l’occasion de cette rencontre. Cette dernière a témoigné une fois de plus de la maitrise, de l’ingéniosité et du génie médiatique de Barack Obama qui vient de prendre le monde à témoins de ses exceptionnelles facultés d’adaptation à toute situation nouvelle et originale aussi bien que inattendue ce qui, n’est-ce pas, est la marque d’un grand champion capable de dominer l’esprit et la matière fut-elle animale, mobilière, politique ou humaine. Une vraie chance pour les Etats-Unis !