Ethique Info

Accueil > Société > La neige sur les pas

La neige sur les pas

dimanche 12 décembre 2010, par Picospin

L’épisode neigeux que la France a connu est lui aussi le signe d’une ère nouvelle. Une telle issue est fatale comme on le dirait de la mort qui guette les humains et autres espèces animales vivants sur terre et au-dessous dans les profondeurs des océans où l’on découvre de plus en plus d’animaux suscitant la curiosité des visiteurs occasionnels munis de leur barda de plongée sous-marine et de prises de vue sophistiquées leur révélant de riches et somptueuses couleurs et des comportements encore plus étranges.

Paris Chantier

Il a fallu 10 minutes l’autre jour pour transformer une des plus grandes capitales du monde en un chantier entièrement loqué où pouvait roder la mort comme elle le fait sur une cham de bataille. En quelques instants, les grands magasins appelés maintenant grandes surfaces se sont transformées en abris pour indigents où l’on devait distribuer des boissons, chaudes de préférence et où les ventes pour les grandes fêtes devaient cesser pour être remplacées par des appartements de petit standing pour abriter tout ce que les routes enneigées et les rues impraticables comptaient de naufragés, de bébés en pleurs, de vieillards harassés et d’adultes ayant subitement perdu de leur morgue de citadin gâté par une civilisation irrationnelle qui ne cessait de mettre en avant ce qui devait être placé loin en arrière et en arrière ce qui était exhibé dans les vitrines et devantures des machines à vendre et à acheter.

Réactions

Ce n’est pas l’intensité de l’épisode neigeux mais la réaction du pays qui suscite force interrogations et mêmes inquiétudes sur la santé psychique d’une nation qui l’espace d’une couche de dix centimètres semble avoir perdu tout ses repères, alors qu’en plus haut lieu, depuis un repaire confortable, a parlé la voix de François Fillon aussi décalé qu’un oiseau de mauvaise augure perché sur son nid d’aigle (no comment) Le merdier en Ile de France, c’est la faute à météo France. Remercions le ciel que seulement 10 cm de neige soient tombés. S’il y avait eu 40 centimètres, c’était le chaos, la révolution, l’insurrection, le pays au bord de l’explosion, la crise de nerf au summum d’une rupture de câble généralisée. Sarkozy a tenu ses promesses, la France est au bord de la rupture à l’occasion d’un épisode neigeux qui arrive avant la date officielle de l’hiver et qui surprend les services de l’équipement qui selon le président sont efficaces trois jours après les intempéries, alors que selon le premier ministre, la faute en incombe à météo France qui aurait sous-estimé la quantité de neige mais quand bien même de savants calculs corrigés des impondérables relativistes auraient prédit au millimètre près l’épaisseur de la couche de neige, quelle aurait été la différence vu qu’il faut trois jours pour que les services de l’équipement fassent leur travail.

Refroidir ou réchauffer

L’étrange de l’histoire est que nous sommes en pleine période de réchauffement ce qui n’empêche pas les chaudières de brûler d’énormes quantités de mazout ou de gaz ce qui doit réjouir la meute du Kremlin où se distingue un Poutine au mieux de sa forme chantant, dansant, jouant du piano pour montrer au monde les avantages d’un capitalisme effréné ayant définitivement enterré un communisme mort-né qui avait été en compétition féroce avec son voisin et allié objectif le nazisme pour déterminer le vainqueur d’une compétition qui devait attribuer le titre de meilleur tireur à l’un ou l’autres des concurrents. Notons par ailleurs que ces deux compétiteurs ne venaient pas de pays inconnus, depuis longtemps abandonnés à leur caractères primitifs mais bien de le riche et puissante Europe d’où l’on pouvait entendre les notes des symphonies et quatuors chantant les 4 saisons, la danse du Cygne les effluves de symphonies gigantesques dirigées de mains de maitres dont les cachets n’avaient rien à envier aux directeurs de banques. Les autorités font ce qu’elles peuvent mais « elles n’ont pas les moyens nécessaires ni la capacité à gérer ce type de situation », dit-on à ceux qui entendent si intensément les messages venu de l’au-delà, un au-delà qui se situe quelque part entre Matignon et l’Élysée. (AgoraVox)

Surdités

Les sourds à ces appels et à ces notifications doivent porter des accessoires et prothèses de haute qualité miniaturisés et fidèles transmetteurs d’informations pour entendre et interpréter les messages. Les moyens, il suffit de se les donner plus qu’attendre qu’ils tombent directement dans l’oreille tout droits venus de fabricants suisses, spécialistes en miniaturisations et micro sinon nanotechnologies. On ne sait encore où on continuera de bâtir des salles grandioses capables d’accueillir tous les mélomanes de la cité, celle dont les contours ne sont pas encore dessinés mais qui doit emporter l’homme dans le nirvana du bonheur promis depuis si longtemps à l’homme de bien tant que ses oreilles ouvertes lui permettent d’entendre les accents des hymnes nationaux dont on a bien besoin pour soulever les foules de leur siège puisque, comme il est dit il faut bouger, et surtout manger 5 fruits et légumes par jour.

Questionnement éthique :

1. En fonction des récents évènements survenus dans la cité, celle de Paris par exemple, que faut-il penser de la discussion de Socrate avec Thrasymaque d’où il résulte que la cité juste era une association où tout le monde sera un artisan qui exercera un seul métier qu’il fera bien et avec un dévouement entier sans se préoccuper de son propre avantage mais seulement de celui des autres et du bien commun ?

2. Comment cette citation se place-t-elle à la lumière des travaux entrepris ou non exécutés par les responsables
comme par les ouvriers à l’occasion des évènements relatés plus haut ?

3. Est-ce que dans le cas précité, est acceptable la proposition qui stipule que la citoyenneté dans la cité est une forme d’artisanat dont le siège est dans l’âme et non dans le corps ce qui permet de renforcer la conception de l’égalité des genres ?

4. Est-ce que le gouvernant est au service des gouvernés c’est à dire qu’il gouverne pour l’avantage des gouvernés ?