Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > La pensée unique ?

La pensée unique ?

mercredi 17 octobre 2012, par Picospin

Elle vise à dénoncer ce qu’ils considèrent comme une domination idéologique qui promeut certains choix de société, présentés comme seuls légitimes, concernant l’économie, la libéralisation des mœurs, l’immigration sinon une certains forme de démocratie molle, de régime fiscal privilégiant plus les nantis que les pauvres et ce qu’ils voient comme la permanence d’un esprit étatique, collectiviste, centralisateur et nationaliste promu comme seule voie respectable pour servir l’intérêt général et devant primer les libertés et responsabilités individuelles ainsi que l’ouverture sur le monde.

Des groupes ayant chacun une pensée déterminée peuvent s’accuser mutuellement d’avoir une « pensée unique » qui concerne surtout une pensée de groupe.L’expression, attribuée à un journaliste, évoquait et tournait en dérision le consensus national et européen en faveur de la monnaie unique2. Par la suite, elle a connu un certain succès, passant du rang de simple cliché journalistique, puis de slogan politique caricatural, à celui de mème ou de sujet polémique et provocant. Elle possède en effet un avantage rhétorique qui consiste à renverser la charge de la preuve. Au lieu de développer une vision cohérente et de convaincre qu’elle peut être mise en œuvre de manière réaliste, on accuse l’adversaire d’être incapable de penser à une alternative à sa solution actuelle. De ce fait, il n’existe plus aujourd’hui une seule mais plusieurs pensées uniques. Ce paradoxe s’explique par le fait que la pensée unique désigne la pensée d’un groupe de personnes. C’est ainsi que la gauche et certains mouvements altermondialistes dénoncent une pensée unique « néolibérale », tandis que les mouvements libéraux dénoncent une pensée unique anti-libérale. François Hollande," très en colère " après la énième expression divergente de l’un de ses ministres, celui de l’Education Nationale, a décroché son téléphone, pour demander à Jean-Marc Ayrault " de faire respecter l’ordre au sein du gouvernement et de faire en sorte que les ministres ne s’expriment que sur leurs sujets de compétence ". Il est à craindre que ces avertissements ne soient inspirés par la pression exercée sous l’influence de la majorité précédente afin d’infléchir les positions ou plutôt la position unique du gouvernement telle que la conçoivent les gouvernants d’hier qui ont le plus grand mal à accepter que d’autres personnages politiques puissent exprimer des positions variées sur les divers problèmes qui se posent au gouvernement de la République dont la caractéristique ontologique consiste plus à diversifier des opinions et à s’enrichir mutuellement de celles des autres que de se figer devant une seule et unique manière de penser qui rappelle le monolithisme imposé par les idéologies totalitaires dont le 20è siècle a été abreuvé. Cette réflexion vaut aussi bien pour les problèmes de société comme ceux liés à la dépénalisation de l’usage du cannabis, qu’aux rythmes scolaires ou aux impositions fiscales. La diversité enrichit, le conformisme appauvrit l’imagination, l’invention et la créativité. Le choix ne se situe nulle part ailleurs.