Ethique Info

Accueil > Société > La pesanteur et la grâce

Des modèles et des bourrelets

La pesanteur et la grâce

Une fine silhouette

lundi 12 octobre 2009, par Picospin

C’est ainsi qu’une sourde inquiétude s’est développée autour de l’état de santé de Brice Hortefeux qui avait terriblement maigri l’été dernier au point de faire craindre à son proche entourage qu’il pouvait avoir contracté une maladie grave.

Fromage blanc

En réalité cette modification de forme n’était due qu’à l’amour immodéré que s’était découvert le ministre pour le fromage blanc maigre, associé à la pratique régulière du jogging. Il est loin le temps où Paris Match avait été accusé de falsifier les données photographiques de ses modèles parmi lesquels figuraient en bonne place les bourrelets présidentiels soupçonnés d’avoir été effacés après retouche. C’est à ce moment qu’apparut dans la vie de Sarkozy, Carla Bruni qui apporta dans la corbeille de mariage sa conseillère en fitness qui s’occupe aussi de l’entrainement physique de son époux et de son régime alimentaire. Au sommet du menu proposé, figure en excellente place la soupe puis le fromage blanc et des fruits rouges, le tout arrosé, non de produits du vignoble français comme on aurait pu le croire, pas même de Tokay, autre supposition à prendre en considération mais d’eau minérale.

De l’eau...

Le Président s’est fait une règle de ne jamais boire ni vin, ni autre alcool pendant l’exercice de sa fonction. Comme il se plait dans cette situation, son verre de vin reste étonnamment vide. C’est au point que la cuisine de l’Elysée se met à regretter le temps où l’on consommait moult bières et têtes de veau. De nos jours, c’est à une autre alimentation que les cuisiniers doivent s’habituer, ne serait-ce qu’aux légumes bouillis et au poisson. Ce n’est que dans de grandes occasions que l’on dresse une table bien garnie, lorsque l’on reçoit des hôtes de rang qu’il faut absolument honorer. Autrement, la devise de la maison reste celle de la sobriété selon la devise en vigueur « plus c’estn léger, meilleur c’est ». En réalité, Sarkozy a pris la tête d’une équipe gouvernementale dans laquelle le mot d’ordre est « fitness » surtout au niveau des ministres mâles parmi lesquels se trouve le ministre de l’immigration ou de l’émigration, Eric Besson qui exécute à la lettre les instructions transmises par le chef, dans l’espoir fallacieux d’accéder un jour au poste de Premier Ministre.

Une course à la forme

Pour ne pas être en reste dans cette course à la forme, sinon au fond, le Ministre de l’Industrie se joint à cette cohorte pour annoncer par voie de presse qu’il parcourt chaque semaine la distance de trois fois 15 km, performance qui réduit au silence le Premier Ministre qui ne s’exprime plus sur ses douleurs de dos mais insiste sur la fréquentation de la salle de sports située sur le site de l’Hôtel Matignon. Le Ministre du Commerce ne craint pas d’annoncer à tous vents combien de grammes il a perdu à la suite d’un régime de famine. Chez les Dames des ministères, la situation n’est pas plus laxiste si l’on prend pour exemple la Ministre de la Famille, Nadine Morano qui a interdit à son personnel de servir toute nourriture au delà d’une certains heure de la nuit. Elle cite à l’appui de cette exigence l’exemple de la Ministre allemande de la Famille qui, avec 7 enfants et son emploi au sein du gouvernement est restée élancée comme une sylphide ce qui suscite l’admiration de tous.

Gérer la nutrition

L’expert et conseiller Jean-Michel Cohen qui s’occupe de la gestion de l’alimentation au sein du gouvernement affirme qu’il est persuadé que la silhouette joue un rôle capital dans la communication politique. La ligne fine est devenue une expression de la politique. Le temps est révolu où l’on avait affaire à des obèses à l’air serein comme Raymond Barre ou Pierre Mauroy. Si le chef veut rester efflanqué c’est à son entourage de se maîtriser. La Ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, autrefois très amoureuse des gâteaux, ne veut en aucun cas tomber dans le piège de la folie de la minceur. Elle se demande même s’il est sain de se nourrir ainsi ?

Questionnement éthique :

1. Est-ce que l’éthique peut entrer dans l’interrogation générale de la qualité de vie ?

2. Est-ce que le fait de ressembler physiquement à son prochain est susceptible de déterminer un comportement plus sain dans une âme plus saine, vivant dans un d’une manière plus apaisée ?

3. Est-ce que la ressemblance peut entrer dans le cadre général du bien ou du mal ?

4. Si oui, dans quelles conditions cette hypothèse est-elle envisageable ?