Ethique Info

Accueil > Sciences > Le calendrier grégorien : un grand saut à travers les siècles ?

Chamboulements au Vatican ?

Le calendrier grégorien : un grand saut à travers les siècles ?

Les difficultés techniques d’installer un calendrier qui corresponde aux lois de l’attraction universelle

vendredi 29 février 2008, par Picospin

Sur ce problème ont buté de nombreux organisateurs de calendriers qui ont été incités à multiplier des corrections bien plus maladroites que le simple rajout d’un jour supplémentaire en Février. La plupart des premiers calendriers ont été fondés sur les phases de la lune.

Des mois raccourcis

Chaque cycle de 29,5 jour équivalait à un mois ce qui n’attribuait que 10 mois à chaque année. Il en résultait qu’il y avait trop peu de mois, donnée qui ne pouvait être corrigée, même si on ajoutait deux mois supplémentaires. Cette correction ne suffisait pas à faire coïncider le calendrier avec les saisons. C’est alors qu’un groupe de prêtres romains fut chargé d’ajouter des jours dans l’année. Cette tâche ne fut pas accomplie correctement car il était assez facile de les corrompre. Ils ajoutèrent et retranchèrent les jours supplémentaires soit pour des raisons personnelles ou des bénéfices financiers ou encore la prolongation des mandats de leurs amis candidats à un poste où le pouvoir s’exerçait aussi longtemps que possible. A l’époque de Jules César, le calendrier avait 90 jours de trop. Sur les conseils d’un astronome, a créa un calendrier basé sur le temps que prend la terre pour faire le tour du soleil. Pendant l’an dit de confusion, en 46 av. JC, César a allongé la durée de quelques-uns des mois en y ajoutant deux mois de façon provisoire pour corriger les erreurs commises par ces mesures.

Une vie plus longue ?

Les Romains heureux de ces initiatives crurent que par ces manipulations leur vie en avait été prolongée. Il serait maintenant impossible d’acheter des emplacements publicitaires de cette manière. De ce fait, en 45 av JC le calendrier redevint synchrone avec les saisons. Ces corrections incessantes n’ont rien fait pour que le tour de la terre autour du soleil sot accompli en exactement 365 jours. En réalité il continua de durer 5 heures et 49 jours de plus. C’est en ajoutant un jour tous les 4 ans que César put venir à bout de cette congruence. Même après cette ultime correction, la nouvelle disposition aboutit organiser une année trop longue de 11 minutes. Vue de loin, cette modification ne paraît pas très importante et vous n’auriez aucune raison de saisir la différence au cours de la vie. Ces ajustements successifs finirent par allonger la durée du calendrier de 10 jours au milieu du 16è siècle. Le glissement progressif a eu des conséquences considérées comme sérieuses sur le moment de célébrer Pâques. Devant ce constat, une commission nommée par le Pape Grégoire XIII a proposé d’ôter 10 jours du mois d’octobre pour cette année. Pour être sur que le calendrier pourra être corrigé, les années bissextiles furent soustraites à partir de la dernière année de la plupart des siècles. Ce ne sont que ceux divisibles par 400 qui seraient susceptibles d’être affectés d’un jour supplémentaire. Ce qui signifie que 1600 était une année bissextile ce qui ne pouvait être le cas ni de 1700, ni 1800, ni de 1900.

De nombreux détours

De cette façon, le calendrier n’aurait gagné qu’une demi-minute par an. Il faudra 2.880 ans avant de devoir ajouter un autre jour. C’est par ces détours qu’arriva le calendrier grégorien. Ce n’était pas assurément le moment idéal pour établir un nouveau calendrier. Comme la Réforme avait inondé l’Europe, les Protestants avaient eu beaucoup de mal à accepter les initiatives du Pape. Les nations utilisèrent leurs propres voies pour entreprendre les corrections nécessaires au rétablissement d’un calendrier approprié. En Belgique, par exemple, le calendrier s’étendit du 21 décembre 1582 jusqu’au 1er janvier 1583 ce qui eut pour conséquences de priver des fêtes de Noël toutes les populations de ce pays. C’est au même moment que la Grande Bretagne adopta le calendrier en 1752 ce qui obligea ses habitants à supprimer 11 jours de leur calendrier et partant de leur vie. Des émeutiers descendirent dans les rues pour protester contre cette législation en chantant « rendez-nous nos 11 jours ». C’est sur ces manifestation que se termina cette étape de remise à jours du calendrier.

Questionnement :

1. Peut-on ou doit-on entreprendre une réflexion éthique sur cette narration historique ?

2. Peut-on considérer que les conduites discutables des commissions chargées de corriger le calendrier sous les instigations de Grégoire XIII peuvent constituer un objet de débat ?

3. Est-il nécessaire ou souhaitable de mettre l’éthique à toutes les sauces ?

4. Est-il par contre intéressant de raconter les circonstances de la constitution du calendrier grégorien pour l’enseignement, la recherche de la vérité et la prise en compte de l’obligation d’adapter la vie de la cité à aux phénomènes de la gravitation universelle ?

Des mois raccourcis

Chaque cycle de 29,5 jour équivalait à un mois ce qui n’attribuait que 10 mois à chaque année. Il en résultait qu’il y avait trop peu de mois, donnée qui ne pouvait être corrigée, même si on ajoutait deux mois supplémentaires. Cette correction ne suffisait pas à faire coïncider le calendrier avec les saisons. C’est alors qu’un groupe de prêtres romains fut chargé d’ajouter des jours dans l’année. Cette tâche ne fut pas accomplie correctement car il était assez facile de les corrompre. Ils ajoutèrent et retranchèrent les jours supplémentaires soit pour des raisons personnelles ou des bénéfices financiers ou encore la prolongation des mandats de leurs amis candidats à un poste où le pouvoir s’exerçait aussi longtemps que possible. A l’époque de Jules César, le calendrier avait 90 jours de trop. Sur les conseils d’un astronome, a créa un calendrier basé sur le temps que prend la terre pour faire le tour du soleil. Pendant l’an dit de confusion, en 46 av. JC, César a allongé la durée de quelques-uns des mois en y ajoutant deux mois de façon provisoire pour corriger les erreurs commises par ces mesures.

Une vie plus longue ?

Les Romains heureux de ces initiatives crurent que par ces manipulations leur vie en avait été prolongée. Il serait maintenant impossible d’acheter des emplacements publicitaires de cette manière. De ce fait, en 45 av JC le calendrier redevint synchrone avec les saisons. Ces corrections incessantes n’ont rien fait pour que le tour de la terre autour du soleil sot accompli en exactement 365 jours. En réalité il continua de durer 5 heures et 49 jours de plus. C’est en ajoutant un jour tous les 4 ans que César put venir à bout de cette congruence. Même après cette ultime correction, la nouvelle disposition aboutit organiser une année trop longue de 11 minutes. Vue de loin, cette modification ne paraît pas très importante et vous n’auriez aucune raison de saisir la différence au cours de la vie. Ces ajustements successifs finirent par allonger la durée du calendrier de 10 jours au milieu du 16è siècle. Le glissement progressif a eu des conséquences considérées comme sérieuses sur le moment de célébrer Pâques. Devant ce constat, une commission nommée par le Pape Grégoire XIII a proposé d’ôter 10 jours du mois d’octobre pour cette année. Pour être sur que le calendrier pourra être corrigé, les années bissextiles furent soustraites à partir de la dernière année de la plupart des siècles. Ce ne sont que ceux divisibles par 400 qui seraient susceptibles d’être affectés d’un jour supplémentaire. Ce qui signifie que 1600 était une année bissextile ce qui ne pouvait être le cas ni de 1700, ni 1800, ni de 1900.

De nombreux détours

De cette façon, le calendrier n’aurait gagné qu’une demi-minute par an. Il faudra 2.880 ans avant de devoir ajouter un autre jour. C’est par ces détours qu’arriva le calendrier grégorien. Ce n’était pas assurément le moment idéal pour établir un nouveau calendrier. Comme la Réforme avait inondé l’Europe, les Protestants avaient eu beaucoup de mal à accepter les initiatives du Pape. Les nations utilisèrent leurs propres voies pour entreprendre les corrections nécessaires au rétablissement d’un calendrier approprié. En Belgique, par exemple, le calendrier s’étendit du 21 décembre 1582 jusqu’au 1er janvier 1583 ce qui eut pour conséquences de priver des fêtes de Noël toutes les populations de ce pays. C’est au même moment que la Grande Bretagne adopta le calendrier en 1752 ce qui obligea ses habitants à supprimer 11 jours de leur calendrier et partant de leur vie. Des émeutiers descendirent dans les rues pour protester contre cette législation en chantant « rendez-nous nos 11 jours ». C’est sur ces manifestation que se termina cette étape de remise à jours du calendrier.

Questionnement :

1. Peut-on ou doit-on entreprendre une réflexion éthique sur cette narration historique ?

2. Peut-on considérer que les conduites discutables des commissions chargées de corriger le calendrier sous les instigations de Grégoire XIII peuvent constituer un objet de débat ?

3. Est-il nécessaire ou souhaitable de mettre l’éthique à toutes les sauces ?

4. Est-il par contre intéressant de raconter les circonstances de la constitution du calendrier grégorien pour l’enseignement, la recherche de la vérité et la prise en compte de l’obligation d’adapter la vie de la cité à aux phénomènes de la gravitation universelle ?

Des mois raccourcis


Sources :
A Great Leap Forward
By CHRIS TURNEY
Exeter, England
February 29, 2008
New York Times