Ethique Info

Accueil > Culture > Le lien intergénérationnel est-il rétabli ?

Les expériences de cyber enseignement aux jeunes en difficulté

Le lien intergénérationnel est-il rétabli ?

Une nouvelle manière de recomposer la famille ?

lundi 12 mai 2008, par Picospin

Depuis la classe de troisième, Marion, actuellement en terminale ES, est une habituée du site Cyberpapy, l’un des plus fréquentés par les ados. Elle recherche un plan pour un exposé, ou la solution d’un exercice de maths trop difficile… « Je l’utilise très régulièrement depuis l’an dernier, explique cette lycéenne. J’en ai entendu parler par des amis. L’autre jour, j’avais une dissertation à faire sur l’investissement et je ne savais pas par où commencer ! Un “cyberpapy” m’a permis de débloquer la situation.

Des questions

Comme Marion, de nombreux collégiens et lycéens posent régulièrement des questions via le Net à ces profs virtuels. L’an dernier, le site a enregistré 30 000 contributions par mois soit par des questions posées, soit en réponses apportées et se targue d’un taux de réponse de 95 %. Plus de 10 millions de contacts ont été ainsi enregistrés depuis la création du site en 1997. Son originalité est qu’il est totalement gratuit. Sur le même modèle, les sites Schoolangels ou encore Intellego proposent également aux collégiens et lycéens de poser des questions à des professeurs virtuels. Dans ce dialogue électronique, la règle numéro est qu’ aucun échange personnel n’est autorisé entre les profs et les élèves. Les contributions sur le site sont totalement libres. Aucune formation spécifique n’est demandée pour être habilité à enseigner ou à aider. Les éducateurs, pédagogues, aidants ou anciens enseignants, retraités ou simples internautes, peuvent tous donner une réponse aux questions posées et au soutien demandé. Aucun filtre, autre que celui des modérateurs n’est apporté. « Je trouve que certains contributeurs sont plus utiles et pertinents que d’autres, mais je ne peux pas les choisir !" explique Marion. De toute façon, je reçois généralement plusieurs réponses à la même question et j’y trouve mon bonheur ».

« Redonner confiance »

Institutrice à la retraite depuis 2003, Yvonne Willmann, contribue au site depuis quatre ans à partir du Haut-Doubs. « Je réponds aux questions sur le français, les maths et l’aide aux exposés en histoire géographie. "Pour moi, c’est un moyen de garder un contact avec les jeunes, même si je fais aussi du soutien scolaire bénévole dans un autre établissement. » Pour elle, « cela ne se substitue pas au cours particulier, c’est une aide ponctuelle qui peut redonner confiance ». Même si elle ne connaît pas personnellement ses « élèves », elle les retrouve régulièrement sous leur pseudo. La relation ainsi amorcée et qui se prolonge au cours de l’année scolaire permet de tisser des relations de confiance, de cordialité sinon d’amitié. Cette démarche est d’autant plus facile que dans ce type de relation sinon de connivence, tout jugement est écarté ce qui permet de travailler en toute transparence, en toute clarté et en toute sympathie dans un rapport enseignant enseigné assez lointain topographiquement et suffisamment proche par l’esprit pour éviter tout heurt, tout conflit susceptible d’être favorisé par la proximité trop étroite, génératrice de tension, sinon parfois d’opposition. "On noue une relation de confiance, nous ne sommes pas là pour les juger," explique-t-elle. En revanche, il est fréquent qu’ils me fassent part des résultats de mon aide, c’est très sympathique ! » Le soutien scolaire par Internet se multiplie : des sites comme Cyberprofs, s’il ne rassemble que des enseignants, propose aussi des fiches gratuites de révision.

Eviter les dérives

Dans la relation nouvellement créée entre des internautes enseignants et enseignés intervient la médiation d’une facturation, d’un paiement, ou d’honoraires. Ces intermédiaires pourront être évalués au niveau des dérives toujours possibles, des excès toujours à éviter, d’autant plus que jusqu’à maintenant aucune institution chargée de l’organisation des cours et de leur rémunération ne s’est encore interposée entre ce duo encore original, à moins que ne vienne s’agréger autour du noyau dur un groupe désireux de profiter d’une manne qui ne tombe pas du ciel mais bien des câbles Internet que ceux-ci transportent des informations pertinentes à grande ou petite vitesse en suivant les itinéraires des câbles ou ceux, plus sophistiqués, des fibres optiques…Ce que cette nouvelle façon de nouer des relations utiles, sans doute parfois agréables, démontre à l’évidence c’est la possibilité d’une refonte des relations intergénérationnelles dont la rupture souvent annoncée avait été autrefois l’objet de craintes d’un effondrement du lien familial et social, préfigurant en quelque sorte celui de toute la société.

Questionnement éthique :

1. Que penser de ce type d’assistance scolaire en regard des efforts demandés pour augmenter l’égalité des chances ?

2. Est-il certain que ce type de relation permette d’améliorer la coopération intergénérationnelle ?

3. Est-ce que le développement de ce type d’enseignement peut être considéré comme l’échec des missions de l’Education Nationale ?

4. Est-ce que l’introduction de l’aide aux plus défavorisés ou aux plus riches permet de soulager financièrement les prestations revenant normalement à l’Education Nationale et par conséquent de contribuer à diminuer la dette de l’état ?

.