Ethique Info

Accueil > Education > Education > Le noir et le blanc

Ce n’est pas un Stendhal déguisé qui écrit

Le noir et le blanc

C’est l’espoir des homme de bonne volonté

dimanche 2 novembre 2008, par Picospin

Pour une fois et cette fois en particulier, les conséquences sur l’état du monde ne se borneront pas seulement à celui de l’Union mais s’étendront à tout notre globe et ceci quel que soit le résultat du vote.

Et si c’était Obama ?

Si Obama est élu, ce sera un changement, un bouleversement dans la conduite, la sensibilité, la vision de notre terre après des années, des siècles de racisme, d’exclusion, de pseudo égalitarisme, de pseudo justice spécialement dans les pays, les états, les régions du monde où existait une cohabitation entre blancs et noirs si difficile, si culpabilisante que dans des pays comme la France, où on se voile facilement la face devant les difficultés, toute allusion aux origines des individus sont frappées d’interdit pour privilégier la pensée unique, le politiquement correct. Cette assertion est si vraie que nul chercheur ne peut étudier valablement des statistiques médicales, sociologiques, démographiques à partir de données recueillies en France parce que nulle information valable n’est disponible sur l’appartenance ethnique de la population ou des échantillons de population étudiés. Même si par malheur, c’est Mc Cain escorté par l’inénarrable Sarah Palin qui est élu, l’impact de cette tentative de promouvoir un candidat noir à la Présidence du pays, par le parti démocrate qui a osé transgresser des règles immuables et qui mérite à ce titre tout l’hommage et la reconnaissance de l’humanité, sera tel que plus personne après ce scrutin ne pourra plus considérer comme négligeable l’opportunité pour un noir de gouverner un pays miné depuis si longtemps par le racisme. A ce pays, il faut rendre la considération qu’il mérite pour avoir transgressé des règles enracinées, des traditions tenaces et pour les avoir fait basculer afin d’ouvrir une nouvelle ère pour toutes les nations.

Une chance historique

Cette élection offre une chance unique dans l’histoire des Etats-Unis, capable de franchir les frontières, les obstacles, de tuer le germe de toute résurgence du racisme dont la cible des Noirs constitue un paradigme même si ce fléau s’est aussi exercé en d’autres temps contre le judaïsme, les tsiganes ou autres populations considérées comme inférieures par les Nazis qui l’étaient en réalité sur plus d’un point dont le moindre n’étaient pas les capacités physiques ou sportives. L’élection attendue par beaucoup sur notre malheureux globe à court d’eau, de sentiment et d’empathie va beaucoup plus loin que cet aspect ethnique, aussi illimité qu’il paraisse. C’est tout un pan des rapports sociaux, sociétaux, humains, égalitaires, de justice et surtout d’injustices qui a des chances de s’effondrer comme l’a fait naguère le mûr de Berlin. La peine de mort pourrait être supprimée, les frais médicaux pris en charge par la communauté, la retraite assurée – ce qui n’empêcherait nullement les salariés qui désirent rester actifs – de la prendre quand bon leur semble, les armes limitées. En un mot, ce ne serait assurément pas le paradis qui pourrait bien ne pas être à portée de nos mains, de notre désir ou d’un rêve accessible aux âmes – si elles existent – sous le gouvernement d’Obama, mais un pays qui mériterait à nouveau le respect, la considération, l’admiration du monde, l’amitié des nations, pour ce que ses citoyens les plus actifs, les plus courageux et les plus entreprenants n’ont cessé de réaliser depuis la promulgation de la constitution immuable des Etats-Unis d’Amérique.