Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Le poids du silence

Une Eglise mise en accusation ?

Le poids du silence

De très bons documents

vendredi 12 avril 2013, par Picospin

Une excellente émission de télévision réunissait avant-hier des témoins directs d’expériences d’ordre sexuel réalisées sur des enfants comme Solveig E…, de la communauté des Béatitudes avec le Père D…, dont la condamnation avait provoqué autrefois un grand soulagement parmi les victimes directes et affiliées de ces actes maintenant mieux pris en compte. Autour de la table des débats étaient réunis un évêque, responsable de séminaire, où sont formés des candidats à la prêtrise, ainsi que des représentants de la psychiatrie, du théâtre et des familles éplorées par les dégâts psychosomatiques infligés à leurs enfants, sous l’influence des actes de pédophilie pratiqués sur leur personne.

Fonctionnement psychique

Comment fonctionne un pédophile, est la question essentielle posée à laquelle tentent de répondre Isabelle, journaliste à la Croix, Renucci acteur du film, le prêtre et ses tourments, dans un film de soutien à l’intérêt général, dont la qualité exceptionnelle est louée par l’ensemble des participants. On avance sur la vérité, la sensibilité, pour ne plus voler la jeunesse d’un enfant, on a peur des mots comme de dire « je t’aime » à un enfant, il ne fallait pas rendre monstrueux le personnage, il est séduisant pour sa hiérarchie, ce n’est pas un pervers agressif. Zaguri, le psychiatre dit que le public est révulsé par la pédophilie, comme le montre ce film formidable, dans lequel il n’y a pas de fausse note, où on restitue le personnage séducteur pédophile exclusif, qui montre une attirance exclusive pour l’enfant pré-pubère, après quoi, il rejette l’enfant, il ne s’intéresse qu’aux enfants pré-pubères, ils adorent l’enfant et le regardent comme jamais il n’a été regardé, avant que ne survienne l’exécration du passage de l’enfant à l’adolescence, alors que lui-même est dupe des sentiments d’adoration qu’il a envers l’enfant, au cours d’une inégalité dans la relation, avec le syndrome de Peter Pan. L’adulte ne peut accepter que ce soit un adulte qui maltraite, qui veut être à la hauteur de l’enfant, qui vit un pur idéal et quelque chose en miroir avec un autre enfant, un enfant initié par l’adulte, comme ce fut le cas dans l’exemple donné par une « Communauté appelée du lion de Judas », dans laquelle on vit en maisons individuelles attribuées par le modérateur, sous le regard d’enfant d’une petite fille de 10 ans, venue là avec ses parents, comme si c’était une colonie de vacances, sous la houlette de Pierre-Etienne A…, la star, dans un parcours du bras droit du chef, doté d’une aura importante, âgé de 40 ans, qui s’est approprié ses parents, esquisse des plannings des journées avec les parents qui allaient aux repas des adultes puis aux chantiers communautaires, porte la main doucement par une caresse sur la petite fille de 9 ans.

Quelle éducation

L’éducation sexuelle des enfants reste à l’époque un tabou, on sent que ce n’est pas normal, on s’efforce de penser qu’elle le devient tellement est grande et indiscutable la confiance favorisée par la vie dans le contexte religieux, où se déroulent des gestes d’amour de Dieu, même si se sentir mal amène la culpabilité car ne se sent pas bien des gestes que Dieu envoie. Le chef se présente comme un être spirituel avec lequel il faut garder un lien, entre la petite fille, fière de l’attention portée à une élue, c’était une tornade pour quelqu’un qui croit qu’elle n’est pas reconnaissante, ne se sent plus capable de parler, puis verse dans une dérive ensuite expliquée par l’arrivée de l’adolescence. Ses parents savaient rapidement ce qui se passait mais ils étaient tellement ancrés dans la religion, qu’ils l’ont sacrifié sur l’autel de la religion. Elle se sentait abandonnée, était en panne du fait que son père n’avait rien fait pour la protéger, surtout qu’elle l’admirait pendant que quelqu’un l’agressait au point qu’il s’est suicidé et que sa mère n’est plus en état de parler. C’est à l’adolescence que la victime se rendit compte qu’elle avait été abimée, le déni, il faut respecter la trajectoire singulière de chacun, est-ce que le père savait clairement ce qui se passait ou il pensait qu’il préférait douter qu’il ne voulait pas le voir, que ses parents quittent la communauté, ils ont revu le prêtre, elle voit le père à la TV, elle a porté plainte à 20 ans et l’affaire a été étouffée, puis des aveux publics ont été faits. Il y avait 57 noms à remettre à la gendarmerie, dans un procès, où elle est partie civile, s’est préparée en pensant que ce serait fini.

A visage découvert

Au lieu de cela, elle était la seule à accepter de parler à visage découvert, contre l’ancien moine des béatitudes, un homme de 60 ans, qui avait demandé pardon à ses victimes, ce qui valait mieux que rien. C’était un passage nécessaire, elle a mis des mois avant de pouvoir régurgiter pour sa reconstruction intérieure et la justice a remis les choses en place. La victime et le coupable ont été remis à leur place, est-ce un passage nécessaire, car au delà du moine il y a un homme avec qui vous avez eu une grandes proximité. Les pédophiles se trompent en raisonnant en termes de péché, on voit que le prêtre est un héros et une référence, un soulagement pour la maman, le poids de ce crime est terrible à porter, ces personnes se murent dans le silence et le déni en acceptant ou non ce crime, en jouant de son prestige, peut-il comprendre, est-il figé dans le béton de la culpabilité ? L’autre dame comme parent est coupable de ne pas avoir vu la réalité d’un prêtre moderne qui arrive dans le nord dans une famille non pratiquante, qui a un charisme, est moderne, emmène les jeunes dans les camps, qui bluffe alors que sur le moment elle avait confiance, comme son fils, que le chef vient chercher dans sa propre voiture, geste apprécié envers un enfant doux, beau, sensible, le chouchou du curé, son fils, a dit que c’était lui puis a pleuré car il s’est reconnu dans le personnage du jeune garçon. Il a reçu du Valium, qui lui donne des nausées, il va mal, devient agressif, voit un médecin, s’adonne à la drogue et à l’école « pousse mal », et se demande pourquoi il se sent aussi mal avec des monstres puis rencontre un bon « psy », tombe sur une Bible, puis le prêtre est inculpé alors qu’il y a prescription.

Silence

Le silence de l’Église sur la destruction restée silencieuse, le droit canonique demande que la brebis se déclare elle-même car il y a non-assistance à personne en danger, l’évêque avait couvert le prêtre, sa vie a basculé, la musique l’a aidé. Le représentant de l’Eglise remercie, s’occupe de l’éducation moderne des jeunes séminaristes, a envie de demander pardon sans savoir à quoi ça sert. C’est inimaginable de constater cette enfance volée, il y a perversion dans plusieurs situations, les histoires sont singulières, le silence règne partout, on a tous changé. Avant, les adultes n’acceptaient pas ce que les enfants racontaient, ce fut un bouleversement quand on s’est aperçu de ce qui se passait. Un évêque a été condamné récemment pour n’avoir pas révélé la réalité des faits qui se passaient. Tout le monde est content car les choses ont changé, des évêques n’ont jamais consenti à rencontrer les victimes, il y a prise de conscience. Maintenant, les évêques sont obligés de parler, le journal Golias publie et commente même sur les écrits du cardinal car le silence continue de régner par le droit canonique, « l’Église est douée pour la parole et moins pour les actes, » dit la première dame, les responsables doivent dénoncer, le prêtre doit se dénoncer ou doit l’être. Dénoncer ou signaler, la réponse est nuancée, ce n’est ni franc ni massif, par la peur d’être jugée, des évêques se sont constitué partie civile, il faut les dénoncer ou prévenir le procureur de l’adresse du délinquant. Confession, secret professionnel, les évêques n’ont aucune relation de secret professionnel avec ses prêtres, qui peuvent opposer le secret, est-ce qu’il peut dénoncer s’il a reçu la confession, vous devez ou vous pouvez, il faut des mots clairs, il doit le dénoncer, on est tenu par la loi d’aller le dire, ce qui est le cas des médecins, avocats, tenus par le secret professionnel pour lesquels la loi permet de ne pas aller révéler le crime quelle que soit sa gravité.

Des procédures d’exception

Procédures à l’état de réduction des laïques, procédure engagée pour que le prêtre soit démis.
La formation dans les séminaires, le plus jeune a 25 ans, choix de vie à 27 ans, on parle de la sexualité, cours de morale sexuelle, célibat n’est pas refus, pédophilie, lieu d’oppression, la chasteté, moralité, on n’est pas coupé de tout risque, ils sont accompagnés, côtés positifs du célibat, si ça doit me rendre vieux garçon grognon, mettre la main sur la tête d’un enfant, ne pas être seul avec un enfant, la société les regard avec plus de méfiance. Mgr T... témoigne des conseils pratiques donnés, de la formation systématique, chaque année, il y a deux jours de formation, avec accompagnement spirituel, avec questions posées, on forme les jeunes plus à la sexualité qu’au célibat, on regarde les types de relations avec les hommes, les femmes, la fragilité affective,, mise en contact avec les adultes, les jeunes de leur âge, pour niveau de maturité, pédophilie est une sexualité de substitution : il y a aussi l’isolement, les conflits avec la hiérarchie, liaison avec une femme est la négation de leur engagement sacerdotal, plus grave que tripoter un enfant, non excommunié mais relevé de ses fonctions.

Douleur

On est pas tous égaux devant la douleur, prendre en compte l’appel que nous venons d’entendre, une est dans la résignation, par qui est-on aidé, voir des psy ? Dans la souffrance depuis 20 ans, on a fait évoluer les consciences, déresponsabilisation, prendre la parole le monde associatif qui est à l’écoute, il y a destruction à vie de l’enfant. Le silence et la honte, une vie brisée, Benoit XVI, le Pape a compris.

Messages

  • vous distinguez vous racontez comparatif mutuelle sante ufc que choisir


    mutuelle entreprise obligatoire 2013 mutuelle familiale 74 mutuelle entreprise facultative vous affirmez comparatif mutuelle ce assurance santé internationale la mutuelle familiale groupe safran vous joindrez été mutuelle entreprise obligatoire loi fillon étaient comparatif mutuelle sante vous continuez état complementaire sante quoi sert

  • "Vel, lærte meg hvordan Nike Free Run ferdigheter det !" Uansett, denne gangen også uten problemer, Nike Free Run også ønsker å prøve det. Men når praktisere etter, vet hvor vanskelig styrken på trening, den moderne hodet helt ulikt de gamle som bare satt der, er en halv dag fortsatt mindre enn hjertet, vanskelig å Nike Free roe ned litt, er utsiden kom de ulike støy, så han sa også at de ikke kunne gå inn Shuanger slags riket inne, endelig hadde ikke noe annet valg enn å gi opp. Kapittel 37 Lolita opplæringsplan Shuanger er virkelig en smart liten jente, under veiledning av Nike Sko, og snart er hun i utgangspunktet mestret bruken av noen datamaskin. Shuanger til nike free sa en kompetanse tilnærming til denne metoden er ikke vanskelig. men atmosfæren er å mobilisere kroppens sirkulasjon i kroppen, nfl jerseys også raskt husket. Ferdigheter selvfølgelig å stille, men nå datamaskinen er ekstremt Shuanger nysgjerrig, er nike free run lært Shuanger noen enkel bruk, du gikk til stuen for å gå dit for å meditere. rett og slett fordi når Shuanger deres lesing er rett og slett ikke lært pinyin, så ikke si at å bruke Wubi, er heller ikke med skrivemåten, Nike Free Run 2 måtte hjelpe til å ønske å se noe de ønsker å vite. " Nike Free Run Dame Brother, jeg husker da du først så meg, jeg vil snakke om ting hjemme, hvor det nå er å se det ?" Shuanger sitter foran datamaskinen, og snudde for å spørre Nike Free Run ineffektivt.

  • Cet ordinateur portable, ugg pas cher 24 7 chili à la ugg pas cher fin d’où la chute hors de lui ? SHEN Xiao Xia pas à explorer, et elle ugg pas cher 90 pas cher a commencé à lire attentivement ce portable. bottes ugg Elle a découvert que ce portable est un journal de son bottes ugg 3.0 père est utilisé pour écrire le livre, aucun point exact qui doit être considéré comme les ugg pas cher tn foot locker mémoires de son père. Parce qu’à l’intérieur, de son père depuis son enfance ugg pour femme misérable bottes ugg plus 2 pas cher pauvreté infantile a commencé à écrire.