Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Le régime des passions

Les sirènes

Le régime des passions

L’impudeur du chant et de l’enchantement

vendredi 17 mai 2013, par Picospin

C’est le moment d’entendre les sonorités traverser le ciel, la nature que d’aucuns voudraient conserver dans leur pureté, à l’écart des pollutions, des poussières, à moins que ce ne soient celles des étoiles. C’est aussi le moment d’écouter le chant des oiseaux sinon le chant propre de l’homme invité à libérer par l’expiration les harmonies fabriquées dans son larynx, celui qui lui permet de se distinguer de ses gentils cousins animaliers.

Le fou chantant

Celui qui parle tout seul est un fou, celui qui chante seul est gai, sympathique, le chant est plus impudique que la parole. La parole est destinée à la communication. Si l’on chante c’est pour enchanter, le chant n’a aucun motif (Vincent Delacroix). Le chant est l’expression d’un pur sentiment d’être, c’est l’expression de soi. La première tonalité de son expression, le chant est d’abord expressif, à l’opéra on ne voudrait pas comprendre, la parole et la signification n’y sont pas nécessaires, c’est l’expression de soi. Dans l’Odyssée, Ulysse veut entendre, jouir du chant des sirènes, sans danger, sans tomber dans leurs pièges, même s’il sait que la mort est promise à ceux qui y tombent. On neutralise le chant séducteur des le « Bourgeois mélomane » qui a frappé Adorno et Horkheimer, il jouit sans risque car enchainé à leurs bancs ils éloignent le seigneur des dangers qui le guettent. Le bateau est celui de la raison, on dit adieu au règne abyssal du chant, qui fait avancer, ou bien c’est un désenchantement, une sortie de l’univers magique, car le chant des sirènes signifie une langue originale qu’il s’agit d’oublier.

Aux origines

Concevoir le chant qui est aux origines, auquel on ajoute le processus de la culture qui est une dénaturation, alors qu’à l’origine des langues qui sont chantantes, elles se fragmentent, dans un arrachement au mythe. A l’origine, c’est l’ innocence absolue du chant qui dégénère en paroles, le bruit s’élève en harmonie, en communication en élévation, en sons articulés, on passe du cri brut des passions à la modulation purement humaine, le bruit a métabolisé ces séquences pour devenir signifiant. Le chant était un langage parfait, car quand on s’est mis à parler, on était en harmonie puis on déchante, on mûrit, on dit adieu à l’enfance. Dans la « Castafiore », Hergé décrit le personnage féminin qu’on ne voit que par les modulations qui déchirent et modulent, c’est formidable, terrifiant et grandiose à la fois, c’est chanter faux qui est atroce, car dans ce chant épouvantable, on exhibe une laideur, alors que le chanter juste est en accord avec la voix intérieure qui fait qu’on coïncide avec soi-même, comme l’est la communication juste qui est contraire à ce qui est fêlé.

Le fantôme

A l’opéra, tout le monde se précipite, dans un mouvement accablant pour le public car ce spectacle est une valeur sociale, à l’état d’art, qui aboutit au pire artificiel, et tout finit par des chansons. Il faut s’éloigner du chant pur, sublime, ce qui touche, ce n’est pas la voix parfaite, mais elle bouleverse, comme le fait Farinelli, le castrat, qui est sublime, qui produit sur les femmes une émotion d’ordre sexuel. L’ablation des testicules crée un monstre, un instrument qui produit du beau, qui est lié à l’idée que les voix pures doivent devenir des femmes. On invente un corps spécifique pour le chant qui déchaine les passions, avec quelque chose d’irrésistible, dans un geste de culture qui se trouve en amont de la culture, avec sa recherche du chant perdu, son retour vers l’origine car la première langue était déclamée et chantée à la fois. Le chant pur est le féminin, corps artificiel, au delà de la séduction, tessiture contre testicules, on s’en prend à la culture. « A la recherche du chant perdu ».

A la recherche du chant perdu

C’est à la fois une importance sociale, artificielle et quelque chose de négligeable. Le chant pur est ce qui nous tue, tandis que ce qui nous accroche, qui nous séduit c’est la voix singulière mais non parfaite qui bouleverse. Voix élevée, des rois, de guerriers, on a créé un espace artificiel, c’est la qui devient l’espace fondamental, même si Marguerite est incarnée par une tour, un univers est bâti par le chant. Sentiment d’exister, l’amour, la haine. « Tandis que j’agonise », quand on chante on expire, le chant est crépusculaire jusqu’à l’extrême expiration, c’est le chant du cygne, car chanter c’est expirer, le chant a quelque chose de crépusculaire, comme si chaque phrase chantée était un expiration, la dernière, phénomène qui est à la racine de l’existence, quand le chant exprime le premier sentiment d’exister et c’est en même temps la dernière modulation, l’expression de notre mortalité.

D’après Arte : Philosophie : Enthoven

Messages

  • "Vel, lærte meg hvordan Nike Free Run ferdigheter det !" Uansett, denne gangen også uten problemer, Nike Free Run også ønsker å prøve det. Men når praktisere etter, vet hvor vanskelig styrken på trening, den moderne hodet helt ulikt de gamle som bare satt der, er en halv dag fortsatt mindre enn hjertet, vanskelig å Nike Free roe ned litt, er utsiden kom de ulike støy, så han sa også at de ikke kunne gå inn Shuanger slags riket inne, endelig hadde ikke noe annet valg enn å gi opp. Kapittel 37 Lolita opplæringsplan Shuanger er virkelig en smart liten jente, under veiledning av Nike Sko, og snart er hun i utgangspunktet mestret bruken av noen datamaskin. Shuanger til nike free sa en kompetanse tilnærming til denne metoden er ikke vanskelig. men atmosfæren er å mobilisere kroppens sirkulasjon i kroppen, nfl jerseys også raskt husket. Ferdigheter selvfølgelig å stille, men nå datamaskinen er ekstremt Shuanger nysgjerrig, er nike free run lært Shuanger noen enkel bruk, du gikk til stuen for å gå dit for å meditere. rett og slett fordi når Shuanger deres lesing er rett og slett ikke lært pinyin, så ikke si at å bruke Wubi, er heller ikke med skrivemåten, Nike Free Run 2 måtte hjelpe til å ønske å se noe de ønsker å vite. " Nike Free Run Dame Brother, jeg husker da du først så meg, jeg vil snakke om ting hjemme, hvor det nå er å se det ?" Shuanger sitter foran datamaskinen, og snudde for å spørre Nike Free Run ineffektivt.