Ethique Info

Accueil > Sport > Le vélo s’introduit aux Etats-Unis

Une nouvelle façon de se déplacer ?

Le vélo s’introduit aux Etats-Unis

Avec la bicyclette, le déplacement est moins cher, l’hygiène de vie améliorée et la pollution diminuée

dimanche 27 avril 2008, par Picospin

Une nouvelle société à la fois publique et privée offrira à sa clientèle la possibilité de bénéficier d’une location de bicyclettes qui seront au nombre de 120 dans toute la ville réparties sur 10 emplacements

Une nouvelle initiative mais pas une révolution

Cette initiative sera la première dans tout le pays après l’inauguration par Paris de ce mode de déplacement économique, hygiénique et peu polluant. Le système de location serait semblable à celui utilisé pour les automobiles. La diffusion de ce produit est assurée par un publicitaire qui sera chargé de l’organisation des dépôts sur les emplacements dans la ville. De la sorte pensant les officiels, la circulation aura de meilleures chances d’être significativement améliorée au moment où elle est gênée par les difficultés de garage, de circulation et de pollution. Cette nouveauté ne doit pas s’arrêter à la seule ville de Washington mais être répandue dans d’autres grandes villes du pays comme Chicago, San Francisco ou Portland.

Un tarif raisonnable

Pour une somme de 40$ par an, les usagers de ce nouveau moyen de transport auront droit à circuler pendant 3 heures consécutives. La sécurité ne sera pas assurée par la location de casques même si on encourage les clients d’en porter. Des programmes du même type ont déjà été couronnés de succès, assure le journal, dans des villes comme Paris ou Barcelone. Le promoteur de cette nouveauté assure qu’il compte bien mettre en place 1000 vélos en un an qui seront équipés de 3 vitesses. Ce programme de location n’est pas entièrement original puisque auparavant, il a déjà été utilisé à Milan, Amsterdam, ou Portland. Cette situation n’empêche pas certains responsables de ce commerce de réduire l’enthousiasme de la clientèle car les expériences précédentes ont montré que ces vélos subissaient des dégâts , étaient dérobés ou même jetés dans les canaux comme c’est le cas assez fréquemment en Hollande. Si le délai de location est dépassé trop souvent ou trop longtemps, les clients risquent de perdre leurs droits et interdits de locations dans l’avenir.

Protéger les bicyclettes

Les promoteurs cherchent maintenant à mieux protéger les vélos par de nouveaux dispositifs. Heureusement que les villes bénéficient de l’aide de sponsors car autrement, les mairies auraient à débourser des sommes importantes pour couvrir la totalité des frais. La location de vélos est devenue un service public couvert par la publicité, aux dires d’un collaborateur de la firme JCDecaux Amérique qui a introduit les vélos de location à Chicago. Ce qui n’empêche pas le responsable de la firme aux Etats-Unis de penser que si les clients étaient conscients de l’importance des sommes investies pour ce service, ils prendraient plus volontiers des taxis. A l’Université de Washington qui est un des sites proposés à la location des bicyclettes, les étudiants ne savent pas encore s’ils auront vraiment envie de les essayer pour leur transport mais pensent néanmoins que le prix relativement modéré de la location les encouragerait à tenter cet essai. Il est probable que je m’en servirais plus souvent en été qu’en hiver a expliqué un des étudiants interrogés mais à ce prix ça en vaut la peine car de toute façon ce mode de déplacement est moins cher que l’essence.

Questionnement éhique :

1. Est-ce que les restrictions sur les carburants et leur prix disproportionné pourrait constituer un bien pour l’homme qui serait encouragé par ces incitations à faire de l’exercice, éviter la pollution et faciliter une circulation plus fluide dans les grandes métropoles ?

2. Y a-t-il des travaux scientifiques susceptibles de montrer que les personnes qui font beaucoup de vélo comme les habitants d’Amsterdam bénéficient d’une meilleure santé que ceux qui habitent dans une ville polluée par la circulation automobile et qui ne sont pas encouragés à faire de l’exercice ?

3. Que penser des rapports signalant de nombreuses détériorations, vols, pertes de vélos ou actes gratuits sappaarentant au vandalisme ? Est-ce un manifestation de perte de civisme ?

4. Est-ce que le montage commercial de ce système de location doit être confié à une
agence publique ou une entreprise privée ? Quels seraient les avantages de l’une ou de l’autre ?

5. Doit-on demander l’aide des pouvoirs publics pour financer ce nouveau moyen de transport ?


Sources :
Becker, B. Bicycle sharing program to be first of kind in U.S. 27 Avril 2008, The New York Times