Ethique Info

Accueil > Politique > Les Grecs dans la crise

Grecs ou Troyens ?

Les Grecs dans la crise

Turcs et Grecs ?

dimanche 9 mai 2010, par Picospin

L’eurodéputé « d’Europe Ecologie » accuse Nicolas Sarkozy et François Fillon d’avoir fait pression sur le premier ministre grec, Georges Papandréou, en lui glissant sous forme de chantage lors d’une rencontre en marge du sommet de l’Otan à la mi-février : « Nous allons lever des sommes pour vous aider, mais vous devez continuer à payer les contrats d’armements qu’on a avec vous, signés par le gouvernement Caramanlis. Il affirme tenir ses propos de Georges Papandréou en personne, qu’il a rencontré la semaine dernière à Athènes. « Ça, c’est de l’hypocrisie, on veut faire de l’argent, voilà la réalité », a conclu Daniel Cohn-Bendit.

Hypocrisie ?

Hypocrisie car, en échange des 110 milliards d’euros prêtés à la Grèce par la zone euro et le FMI (dont 16,8 milliards d’euros par la France) pour l’aider à faire face à sa dette publique de 300 milliards d’euros, les Grecs sont soumis à de nombreuses mesures d’austérité « Papandréou, il va démentir, le pauvre, qu’est-ce qu’il peut faire ? » parie Daniel Cohn-Bendit à Rue89. Le leader d’Europe Ecologie qui annonce aussi qu’il va « demander la semaine prochaine à la Commission européenne de faire rapport sur les contrats d’armement de la Grèce ». Et de se montrer plus précis dans ses accusations : « Il faut que l’on ait les bons de ventes d’armes, nous on a que quelques informations. On sait que la France a obligé la Grèce à maintenir un contrat de 2,5 milliards d’euros sur des frégates françaises, un contrat de 400 millions d’euros sur des hélicoptères et un contrat sur plusieurs avions à 100 millions d’euros pièce. Il y a aussi en jeu des sous-marins allemands. » Un des problèmes de la Grèce, c’est son budget de la Défense : 4,3% du PIB de la Grèce passe à la Défense. Quel est le problème ?

Chypre, Turquie et quoi d’autre ?

C’est Chypre, c’est la relation avec la Turquie. » La justification de cette exacerbation des dépenses militaires est attribuée au risque permanent avec la Turquie, et à la partition de Chypre entre zones d’influence grecque et turque. Le paradoxe est que la Grèce et la Turquie appartiennent à la même alliance militaire, et que Chypre appartient également à l’Union européenne. Alors, au lieu de forcer la Grèce à acheter des armes, si on aidait la Grèce et ses voisins à ne plus avoir besoin de dépenser autant dans la défense quand ils doivent imposer des coupes sociales dramatiques pour leur population ? On aimerait entendre un autre son que celui des canons. Tous ceux que la Grèce ancienne a fait connaître au monde à travers les siècles et même si nombre de ces derniers sont parvenus de façon atténuée aux oreilles fatiguées des Européens assourdis par les bruits incessants des guerres et des combats fratricides livrés depuis si longtemps au lieu de prêter des tympans et cochlées attentifs aux inventions des Pythagore ou autres Aristoxène. Le premier avait mis en lumière les rapports étroits qui unissent les mathématiques à la musique, surtout au travers des intervalles. De cette idée fondamentale, il est passé à une conception du cosmos dans laquelle l’âme humaine, si elle existe, reposait sur les mêmes proportions harmoniques que la musique.

Faire de la musique

De là à conclure que la musique est le reflet de l’ordre du monde il n’y avait qu’un pas que cet esprit génial a franchi sans encombre. Si vous en voulez un exemple, qu’il suffise pour ceux qui se sont approché un instant seulement de la musique ne serait-ce qu’au cours de leur enfance de porter leur attention et surtout leur écoute et leur regard sur « le cycle des quintes » dans lequel la dernière note, soit le si # est légèrement plus haute que le Do initial alors que sur le clavier du piano les deux notes sont identiques. Pensez à ce que Pythagore et les siens ont moins inventé qu’observé avant d’établir les rapports inimaginables entre le monde et les sons qu’il émet ou reçoit. De son côté, Hippase de Métaponte – encore un Grec intelligent - ne s’est nullement laissé distancer lorsqu’il écrit que la moyenne harmonique se laisse soumettre par la formule 1/m=1/a+1/b. Et de poursuivre par ces vibrantes affirmations – c’est le cas de la dire – par lesquelles on stipule que les vibrations des cordes produisent des sons harmonieux quand les rapports des longueurs de cordes sont des entiers, définition transposable à tous les instruments, ou que deux notes sont identiques à l’octave du son produit par la corde complète qui représente le fondamental.

Pythagore, un remarquable candidat

Ce fameux Pythagore dont les Grecs auraient un grand besoin actuellement pour redorer leur blason avait certainement l’oreille absolue qui lui offrait la possibilité de reconnaître la position sur la gamme d’une note jouée isolément en dehors du contexte d’une gamme ou d’un diapason. Cet homme de science, de connaissance et d’intelligence avait compris beaucoup de choses en observant l’univers dans lequel il déambulait. Musique liée à la science des nombres et pourtant si simple quand on en a compris le mécanisme de production. Comment produire une quinte, en frappant l’enclume avec un marteau de 6, 8, 9 et 12 unités ou en faisant différemment selon les longueurs utilisées avec un monocorde dont la longueur peut être modifiée par un taquet mobile ? Simplement se servir des différents rapports entre des longueurs ou des poids variables. Quand je vous disais qu’il fallait élire Pythagore à la Présidence de la Grèce et faire du tribun de Hambourg son porte-voix pour sortir ce pays de la misère dans laquelle il risque de se trouver demain pour peu que le melteme tempête en Mer Égée emportant sur de frêles embarcations pilotées par un Ulysse de rencontre, les visiteurs et touristes d’occasion attirés par des richesses à acquérir, des divinités à emporter et des diplomates à séduire.