Ethique Info

Accueil > Société > Les architectes d’Auschwitz

Venez, on va vous laver

Les architectes d’Auschwitz

Les surprises de l’horreur

dimanche 9 novembre 2008, par Picospin

Ces document viennent d’être révélés au grand public par le quotidien allemand « Bild » (image). Il se trouve que les principales victimes de ces massacres sont les Juifs pour lesquels un plan d’extermination avait été mis au point depuis longtemps pour éradiquer cette « race », cette ethnie, ou cette culture religieuse d’où est dérivée le christianisme apporté au monde par Jésus qui ne parlait ni le latin ni le grec mais l’araméen et l’hébreu à la rigueur.

Un juif nommé Jésus

On dit qu’il est resté juif jusqu’à la fin de sa vie de persécuté ce qui n’est guère en contradiction avec le destin réservé depuis son développement dans le monde chrétien au sort réservé aux hommes appartenant à cette religion. On continue de se perdre en conjectures sur les raisons de cet acharnement que l’on attribue plus souvent et plus volontiers aux traitements disproportionnés avec la gravité d’une maladie lorsqu’elle est ou devient incurable. On qualifie aussi cette attitude des médecins « d’obstination déraisonnable » pour souligner son caractère vain, inefficace et surtout contraignant sinon douloureux et générateur de souffrances pour le mourant qui y est soumis. Des plans de construction originaux du camp d’extermination nazi d’Auschwitz ont été retrouvés en vidant un appartement à Berlin, rapporte samedi 8 novembre le quotidien allemand Bild, qui reproduit, en pleine page, des fac-similés de plusieurs de ces documents. Il s’agit au total de 28 plans à l’échelle 1/100e, datés de 1941 à 1943 et estampillés "Direction de la construction des Waffen-SS et de la police". Certains sont signés d’anciens hauts responsables SS, l’un comporte les initiales de leur chef Heinrich Himmler, précise le Bild qui ne donne aucune précision sur le lieu, l’auteur et la date des ces découvertes. Pour le directeur des archives fédérales allemandes à Berlin, interrogé par le journal, "c’est la preuve authentique du génocide systématiquement planifié des juifs d’Europe". Certains documents reproduits évoquent la construction d’un "camp de prisonniers de guerre" à Auschwitz. Mais l’un représente clairement une chambre à gaz, intitulée comme telle ("Gaskammer"), de 11,66 m sur 11,20 m. Ce plan a été dessiné par le "détenu N. 127", le 8 novembre 1941, précise le journal. A cette date, des expérimentations du gaz Zyklon B étaient déjà en cours. En janvier 1942, la conférence de Wannsee avait organisé la "solution finale de la question juive", c’est à dire l’extermination des juifs. Un autre fac-similé montre le plan du célèbre bâtiment d’entrée du camp d’Auschwitz-Birkenau, où avaient lieu les exterminations dans des chambres à gaz et auquel la voie ferrée conduisait directement pour déverser ses chargements de victimes. Un plan montre également le premier crématorium.

Four crématoire

Cinq carrés y désignent les futurs fours crématoires. Le document annoté évoque la "L.Keller" pour "Leichenkeller", soit la "cave à cadavres", dont la longueur initiale prévue était de "8 mètres" mais pouvait être étendue "selon les besoins". Plus d’un million de déportés, essentiellement des Juifs, ont péri au "camp de la mort" d’Auschwitz, situé en Pologne, près de Cracovie. Plus de 6 millions de juifs sont morts sous le nazisme, selon les estimations les plus restrictives. La libération d’Auschwitz le 27 janvier 1945 par les troupes soviétiques a permis de révéler au monde l’ampleur monstrueuse des crimes nazis. Devant ce camp exemplaire, les témoins ont d’abord clamé leur stupeur, ensuite leur incrédulité, puis leur horreur et fait le serment qu’une telle aberration ne se voie plus jamais. Des croyants, des incroyants, des athées, des laïcs se sont prosternés pour vérifier la véracité de faits sans commune mesure avec tout ce qui a été réalisé dans le monde et sur la planète jusque là. Des philosophes convoqués ont discuté de la signification d’une construction dont il n’y a aucun autre exemple. Des visiteurs viennent du monde entier pour rendre visite, se souvenir, s’étonner et prononcer le serment de tout faire à l’avenir pour qu’une telle horreur ne se voie plus jamais. Cet ouvrage mortifère a réussi à éclipser tous les autres massacres perpétrés au cours de la même période de la tragique histoire survenue au cours de la deuxième guerre mondiale, en particulier les tués par balles gisant dans des fosses communes qu’ils devaient creuser avant d’y être précipités. Hans Jonas, philosophe allemand, né en 1903 en Allemagne, élève de Heidegger, engagé volontaire pendant la guerre dans l’armée britannique et enseignant à la New School of Social Research à New York, détenteur du Prix de la Paix en 1987, a écrit à ce sujet que « pour le juif, qui voit dans l’immanence le lieu de la création et de la rédemption divine, Dieu est éminemment le Seigneur de l’Histoire et c’est là qu’Auschwitz met en question, y compris pour le croyant tout le concept traditionnel de Dieu.

Seigneur de l’Histoire

A l’expérience juive de l’histoire, Auschwitz ajoute en effet un inédit, dont ne sauraient venir à bout les vieilles catégories théologiques. Mais quand on ne veut pas se séparer du concept de Dieu, comme le philosophe lui-même en a le droit, on est obligé, pour ne pas l’abandonner de la repenser à neuf et de chercher une réponse, neuve elle aussi, à la vieille question de Job. Dès lors, on devra certainement donner congé au seigneur de l’Histoire. Donc, quel Dieu a pu laisser faire cela ? » Dans le passé, les civilisations ont édifié des cités, créé des lieux de vie, dessiné des villages, des jardins, des parcs, édifié des châteaux-forts, creuse des cachots pour y enfermer des prisonniers de droit commun, des traitres ou des assassins. Personne n’a jamais édifié des bâtiments dont la seule destination était la mise à mort, l’irruption de gaz mortels à partir de pommeaux de douches annoncés comme instruments de nettoyage et d’épouillage.

Messages

  • Mais, coup de fatigue, alors il n’y a ugg 3.0 aucune façon comment réticents, Shen a ugg pas cher vait un petit chaussures d’été éteint, aller au uggs ltd femme lit, dormir. Elle s’endormit. Hazy semble entendre un son subtil. Je ne sais ugg 5.0 v4 pas à la fin combien de temps pour dormir, bottes ugg soudainement repris conscience. Elle uggs ltd 2 homme a d’abord la uggs main droite se sent comme si il ya quelque chose qui bouge, elle si réagir instinctivement à la route avec l’embrayage une ugg nouveau glands petite chose, et fermement pincé. Le sentiment est doux, très bottes ugg tn requin sensuel.