Ethique Info

Accueil > Politique > Les difficiles fins de mois

Politique, économie, désobéissance au menu

Les difficiles fins de mois

Faim de bonnes nouvelles ?

samedi 31 janvier 2009, par Picospin

On sait que les fins de mois sont difficiles pour tout le monde, peut-être moins pour les privilégiés de Davos que pour les sans logis d’en bas - on veut plutôt parler de ceux du Bois de Vincennes.

Vaches grasse, maigres ou hindoues ?

La période des vaches grasses est terminée, faisant suite à celle des vaches maigres telles qu’on peut les voir en Inde où elles déambulent tranquillement dans les rues des cités à l’abri de tout discours politique, de toute interview par des reporters de télévision en goguette à la recherche d’un sujet brulant, imaginaire, original et porteur comme aiment en lire les amateurs d’énigmes policières ou d’espionnage. Faut-il à cet effet livrer à la population des histoires toutes ficelées, comme on le fait en France dans la boucherie, des gigots d’agneau ou des rôtis de veau ou de boeuf ? Le problème n’est pas résolu mais il reste à dénouer, comme celui de l’origine des sifflets à l’égard du Président de la République lors de son passage à Saint-Lô, ville plus connue des anciens qui ont suivi les étapes tragiques et sanglantes du débarquement de la 2è guerre mondiale sur les plages de Normandie. Il se trouve que ces manifestations peu musicales mais qui auraient pu l’être pour peu que leurs auteurs et compositeurs se fussent entrainés assez longtemps avec des chefs d’orchestre compétents, reconnus comme tels, travaillant pour des salaires confortables mais n’ont pas été appréciés par le Président qui leur préfère sans doute les susurrements de son épouse dans des micros bien élevés et dressés pour son seul usage dans des studios d’enregistrement douillets où l’on sent la chaleur de l’accueil, on entend les appels de l’Italie des Michel-Ange, des Boticelli, des Vinci et l’on voit à travers les vitres tamisées la silhouette élégante et mince d’une artiste venue en France pour représenter et présenter la culture romaine, celle des peintres décoratifs vénitiens, des coloristes florentins ou des inventeurs de Toscane et d’Ombrie. Selon le porte-parole du gouvernement, l’accueil houleux réservé à Sarkozy, mais aussi « la façon dont avaient été traités les manifestants eux-mêmes » ont « pu être pris en compte lors du mouvement préfectoral ».

Inquiétude

Le PS exprime lui « son inquiétude répétée et grandissante devant la dérive des pratiques » du chef de l’Etat, déclaration confirmée par les qualifications prononcées contre ces deux décisions autoritaires et capricieuses » qui ont « vocation à exercer une pression très forte sur les hauts fonctionnaires » puis au sein même de l’UMP par des jugements négatifs comme « c’est scandaleux, c’est une pratique d’un autre temps, contreproductive d’un point de vue politique ». Contre ceux qui se révoltent, il y a ceux qui minimisent les circonstances et les conséquences de ces actes ou plus exactement de ce laisser-aller sinon de cette extrême tolérance comme la dénonce un partisan de Villepin Hervé Mariton, député UMP de la Drôme, qui stigmatise les agissements de son ancien rival pour affirmer que « le président nomme et dénomme qui il veut comme préfet », et dit craindre « qu’à vouloir trop préparer les choses et à proclamer « s’il y a une manif on vire le préfet” », les visites présidentielles vont devenir « aseptisées et n’auront plus aucun intérêt ». On passe ainsi de la politique et d’une certaine idée de la démocratie à la médecine préventive à force de la réduire à la simple hygiène ce qui est déjà beaucoup, qui est apte à sauver des patients de l’infection, sinon de la septicémie et peut-être d’une hospitalisation inutile en ces temps où les hôpitaux se font rares, les médicaments chers et les lits plus précieux que le diamant.

Voyages

De la Normandie à la Suisse, le chemin n’est pas si long qui permet à la Ministre des Finances, parlant en altitude et forcément sous hypoxie relative, mais emportée par ses amitiés d’Outre-Atlantique de féliciter les nouveaux amis américains pour leur projet protectionniste, « mal nécessaire » à condition d’avoir un « caractère temporaire et d’être mise en oeuvre de "manière concertée". » Sa collaboratrice, secrétaire d’Etat au Commerce Extérieur a démenti cette bienveillance pour condamner vertement le projet de Washington, - même et peut-être bien que – stimulé par le nouveau Président Obama en faveur des sidérurgistes américains qui se voient accusés puis condamnés en termes très durs « C’est extrêmement préoccupant que l’un des premiers actes de la nouvelle administration Obama puisse être une mesure clairement protectionniste et de distorsion de la concurrence", avait déclaré Idrac à Davos. Elle a invité le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, à se saisir de cette affaire. Est-ce que les fiançailles joyeuses suivies d’un mariage élégant seraient sur le point de se terminer sinon de se rompre ? Une bonne question à poser au nouveau président du parti républicain qui est noir comme son collègue Président des USA.

Questionnement éthique :

1. Que peuvent penser les pauvres gens des réunions des riches à Davos ?

2. Est-il surprenant qu’un contre-pouvoir se dessine qui cherche à rassembler les partisans d’une solution alternative aux exhibitions des grands de ce monde dans une station de ski huppée ?

3. Devrait-on attendre des explications plus claires de la part des participants et des négociateurs réunis en Suisse pour informer le peuple du contenu des discussions précédant les grandes décisions financières prises à l’issue de cette conférence internationale annuelle ?

4. Comment les responsables du maintien de l’ordre en Normandie devaient-ils s’y prendre pour faire cesser les sifflets des manifestants à moins de les écarter par la force de l’entourage immédiat du Président ?