Ethique Info

Accueil > Education > Education > Les énigmes des origines

Un anneau de vitesse pour particules

Les énigmes des origines

Le sous-sol de la frontière

mercredi 10 septembre 2008, par Picospin

Depuis que cette planète existe des hommes de science, des philosophes, des historiens n’ont cessé de se poser la question de l’origine de l’univers en général, celui dans lequel vit l’hominidé, et celui plus particulier de notre planète terre où par hasard, par bonheur, par chance, nous avons trouvé les conditions favorables à notre existence même si certains pensent que nous avons émigré de la mer sur la terre à l’instar des mammifères marins pour trouver des conditions de vie plus adaptées à notre fonctionnement biologique, sinon psychique.

Quelles conditions de vie

Il est vrai que ce dernier est arrivé bien plus tard, à un stade de notre développement qui nous a permis de prendre possession progressivement de l’espace qui nous avait été attribué ou que nous avons simplement pris parce qu’il était disponible et que la station debout conquise récemment a permis aux membres supérieurs de développer des capacités inconnues jusqu’ici mais adaptables à la conquête par les armes, les outils, les subterfuges indispensables à la domination sur les autres espèces, qu’elles fussent végétales ou animales. A force, d’énigmes à résoudre, de dieux à convoquer, d’interrogations à formuler, la coupe de l’interrogation était devenue pleine. C’est alors que, saturé de monothéisme menaçant, de toute puissance représentée, de dogmes non vérifiés, la démarche du questionnement est entrée dans sa phase critique. Il n’était plus question de reculer une fois que engagé, le processus de la construction d’une machine à remonter le temps est arrivé à sa phase finale.

Remonter le temps

C’est celle de fabrication d’un circuit de vitesse à l’instar de celui que l’on destine aux automobiles. Si ceux-ci se multiplient à l’infini pour permettre aux mammifères que nous supposons être de se déplacer à grande vitesse, cette dernière n’a rien à voir avec celle de la lumière à laquelle on pense pouvoir créer des collisions entre les éléments les plus petits et les plus fractionnés de l’univers. Il y a dans cette quête une espérance folle, celle de partir à la découverte des premiers instants de la naissance de notre environnement. On s’attend à ce que, telle l’embryologie, cette analyse des mécanismes physiques révèle les processus, mécanismes, énergies libérées mises en cause dans la mise en place des structures et le fonctionnement initial des appareils destiné à faire tourner nos ellipses, nos particules les plus insaisissables pour dénicher celle ou celles qui permettront d’expliquer le monde. Cette recherche a été celle des cerveaux les plus intelligents depuis Aristote, Newton, et plus près de nous Einstein sinon Fermi, Hawking et combien d’autres.

Asymétrie et matière noire

Certains d’entre eux se déployaient dans un monde à demi obscurci par l’antimatière, cette substance, si l’on peut dire, totalement inconnue et qui doit être là, nichée quelque part, cachée aux yeux et aux capteurs des hominidés. Est-ce que cet anneau de 27 km suffira à dévoiler le dieu de la physique et à expliquer le monde ? Si oui, on peut supposer que ce serait la fin de tant de rêves, d’illusions, d’explications fallacieuses, sinon, il faudrait continuer les investissement dans l’organisation des courses folles entre bosons, hadrons, les accidents de la circulation créés pour expliquer, pour supposer, pour faire des hypothèses et finalement pour essayer de départager dieu et Darwin, comme dans un combat qui a déjà vu le jour aux Etats-Unis et d’où aucun vainqueur n’est encore sorti jusqu’à ce jour. Alors, il ne nous reste plus qu’à attendre avec angoisse, espoir, stupeur les résultats des premières courses pour recevoir, passivement pour les uns, plus activement pour les autres, les messages d’erreurs, les confirmations, les informations qui permettraient de reconstituer un univers plus cohérent, se conformant à une certains logique ou à défaut d’une autre à reconstituer.