Ethique Info

Accueil > Société > Les générosités du Père Noël

Que de jouets !

Les générosités du Père Noël

Plaques multicolores

dimanche 3 janvier 2010, par Picospin

Sans doute, n’est-ce qu’une question d’adaptation des citoyens à un mode de vie plus sobre d’un côté mais riche en compensations puisque le bon Père Noël n’a pas hésité, dans sa grande générosité, à déposer dans chaque cheminée les automobiles si attendues après une longue période de frustration et de sevrage, intelligemment compensée par des cadeaux d’une telle magnitude qu’on se demande bien comment le grand barbu généreux s’y est pris pour emporter dans sa musette autant de nouvelles carrosseries, de plaques multicolores et de miniatures avec lesquelles il était plus facile et plus amusant de jouer qu’avec les mastodontes du passé fabriquées à Detroit.

Les jouets du Père Noël

Cette fois, les nouveaux jouets viennent d’Asie avec leurs dimensions réduites, leur légèreté, leurs couleurs chatoyantes et leurs formes si fluides qu’elles sont capables de se glisser dans les moindres rainures, les plus petites failles pour exploiter les espaces laissés vacants par les nouveaux trajets occupés par des transports publics qui relèvent le défi du transport même si ce dernier reste encore soumis aux aléas de l’organisation ou de la désorganisation sociale. Cette dernière ne manque pas de rejeter sur les quais les malheureux qui n’ont pas trouvé les ressources énergétiques de se lever encore plus tôt et de pousser encore avec plus de vigueur les obstacles humains qui s’opposent à l’accès aux rames ou wagons. En tout cas, on est content de pouvoir à nouveau saluer le lever aux couleurs tricolores des fabrications nationales même si ces dernières le sont en pays européen éloigné où les travailleurs astucieux sont soigneux, exploitent leurs dons et garantissent l’excellente qualité de leur accomplissement.

Entretien

C’est si vrai qu’une campagne d’information est en route qui vante de conserve le cout dérisoire de l’entretien de nouveaux véhicules et la conception performante des conceptions et des réalisations. Voilà donc l’automobile plus autonome que jamais même si elle réclame encore à boire des liquides fossiles en attendant le moment tant attendu et tant espéré de la fée électricité, dont la sacralisation avait été si solennelle au début du 20è siècle et l’illustration si célèbre sous les coups de pinceau énergiques, massifs et puissants d’un peintre au nom prédestiné qui s’appelait Léger. On attend donc que des inventeurs à l’affut offrent aux consommateurs requinqués la connectique nécessaire à recharger les batteries des nouveaux véhicules à une fréquence accrue ce qui devrait devenir une aubaine pour ceux qui s’endormant au volant, oublient de consacrer à Morphée les heures dues pour le sommeil réparateur, évitant de laisser par ci, par là les membres arrachés par les collisions, les ailes raccourcies par les chocs et les tôles froissées à force d’être agressées par la vitesse de course des concurrents en quête de renforcement de leur Ego sur des routes transformées en pistes de vitesse pour F1.

L’ordre est réabli

Tout devrait donc rentrer dans l’ordre après une phase de panique qui avait saisi l’ensemble des forces gouvernementales atterrées par la descente aux enfers de l’industrie automobile, fleurons nationaux qui ne devaient ni ne pouvaient perdre de leur superbe, mais étaient priés de redresser leur pavillon aux accents des hymnes nationaux même si ces derniers ne devaient se résumer qu’à un pot-pourri de mesures extraites des répertoires de Gershwin, de Haydn ou Wagner, de Morricone, de Yo-Yo-Ma, Lang Lang, ou Maurizio Pollini. Chacun maintenant a prélevé sa part du gâteau, dans l’harmonie retrouvée des instruments polluants aussi bien à terre que dans les airs même si dans cette phase gazeuse, vitesses et fréquences vont retrouver un peu de lenteur en raison de l’activité renforcée des fouilles et contrôles qui passeront du stade de la légèreté des rayons x à l’approfondissement indiscret des scanners qui vont faire perdre aux dames délicates et pudiques leur dernière réticence au voyeurisme des nouvelles technologies.