Ethique Info

Accueil > Société > Civilisation > Les iles grecques disparaissent

Quelqu’un pour les ranimer ?

Les iles grecques disparaissent

Ou pour les euthanasier ?

dimanche 3 juillet 2011, par Picospin

Au cours de cette nouvelle orchestration, tout droit sortie de l’imagination prolifique de notre nouveau et génial compositeur d’opéras Pascal Dusapin, des chaises musicales ont été renversées d’autres ont été renversantes quand certaines ont préféré jouer faux quelle qu’ait été la tonalité choisie, depuis le do jusqu’au Si bémol.

C’est ainsi que Monsieur Léonetti, ci-devant cardiologue de ville à Antibes dont il est le Maire s’est vu propulsé aux affaires européennes dont apparemment il doit avoir une connaissance précise après une formation de médecin dont l’aboutissement a été de s’occuper de la fin de vie c’est à dire essentiellement des problèmes liés à l’euthanasie qui intéressent plus la population que ceux liés à la conservation et au confort des vivants. On chercherait en vain la relation qui existe entre ces deux derniers éléments et la gestion politique de l’Europe. Peut-être thanatos rode-t-il partout dans un continent si souvent et si longtemps touché par la mort qui n’a cessé de se présenter du nord au sud et surtout de l’est à l’ouest sous la forme de massacres guerriers, de camps de la mort, de fusillades urbaines, de batailles de rues, de champs cachés sous les neiges, de bombes tombées du ciel, par grappes ou de parachutistes abattus comme gibiers pendant leur lente descente d’un ciel qu’on souhaitait de gloire et qui n’a été en réalité que d’illusions perdues, de paix manquées et d’accords perdus. Que va faire le Dr. Leonetti dans cette Europe à peine convalescente des destructions de Dresde et de Londres, de Rotterdam et de Canterbury, d’un SIDA envahissant, d’une grippe sans vaccinations mais avec beaucoup trop de vaccins, d’un chômage récurrent et d’une Grèce malade, dont on espère qu’elle ne sera qu’une indisposition passagère pour peu qu’on trouve un bon Hippocrate pour traiter son aboulie chronique, sa dépression résistante à tous les euphorisants et psychotropes. On espère que le nouveau docteur de l’Europe saura établir les diagnostics utiles, les pronostics exacts et prescrire les traitements les plus efficaces avant de recourir à la chirurgie seule capable de procéder à des ablations territoriales insulaires. Les ilots s’effondreraient au fond de la mer Égée où ils ne pourraient plus respirer. Ils seraient condamnés à mourir. A moins que le bon docteur d’Antibes, dans une solidarité toute méditerranéenne parvienne à les réanimer et leur donner une jeunesse éternelle. Il ne resterait plus qu’à le béatifier ou à lui faire commettre le péché suprême : celui de sortir de l’eau avec sa nymphe pour un couronnement à Monaco sous la bénédiction du gardien de la paroisse de la Principauté.