Ethique Info

Accueil > Education > Education > Les piliers de la sagesse

Longs à acquérir

Les piliers de la sagesse

Faciles à perdre

vendredi 20 mars 2009, par Picospin

Il gouverne le pays comme on pilote un voilier en fonction de la direction et de la vitesse du vent, de sa stabilité ou de son instabilité.

Bonnes leçons

Ces leçons, il les a sans doute apprises en admirant les performances des concurrents du Vendée Globe, course dans laquelle se sont illustrés de nombreux navigateurs et en particulier le vainqueur de cette année, Michel Desjoyaux, garçon expérimenté, sympathique, intelligent et qui semble maitriser tous les éléments constitutifs de la navigation à voile depuis le pilotage, l’observation de la mer et du ciel, les prévisions météorologiques et surtout les divers instruments de bord informatisés qui depuis quelques années sont devenus les aides et complices majeurs des marins qui traversent maintenant les océans en général et l’Atlantique en particulier comme nous le faisons de la rue en face de notre domicile. Il se trouve que le terme de navigateur s’applique aussi et encore mieux au logiciel qui permet d’explorer le réseau Internet et d’en retirer des informations souvent pertinentes. Navigant à vue, à condition que les brouillards du matin et du soir se soient levés, M. Sarkozy remonte au vent, borde les écoutes ou se laisse glisser tendrement au grand largue le long des Alizés, délivre quelques gifles à la mer démontée ou aux courtes vagues léchant avec trop de vigueur la coque fragile ou fragilisée du bateau et, par la même occasion, délivre de nouveaux permis en réglementant plus rigoureusement la navigation pour éviter toute collision, tout empennage susceptible de faire dévier les bateaux de leur direction initiale ciblée vers le nord ou le sud, l’Arctique ou l’Antarctique, tâche pour laquelle il a trouvé un vieux serviteur de la République qui avait fort envie de régler de nouveau la voilure après avoir épuisé ses dons pour les activités maritimes en dehors de ceux qu’il avait manifestés pour la négociation au fond des grottes dans d’autres îles.

Un entourage labile

A la veille d’un important mouvement social, M. Sarkozy, qui était entouré de la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, de la garde des sceaux, Rachida Dati, et du ministre de l’éducation, Xavier Darcos, a retrouvé sur la sécurité des accents de sa campagne électorale de 2007. Il est vrai que cet entourage déjà partiellement en partance, ne risquait guère de lui rappeler prudence et républicanisme. Ecole, police : pour le chef de l’État, "nous sommes confrontés à des phénomènes de haine aveugle dirigés contre deux piliers de la République". Des deux piliers, un au moins est déjà sévèrement touché puisque dépouillé d’une partie de ses forces vives par suppressions de postes et de ses chapiteaux par défauts d’entretien et qui faisaient autrefois l’admiration des connaisseurs. Il s’agit évidemment de celui de l’enseignement qui, autrefois aussi avait permis l’excellence dans tous les compartiments de l’apprentissage, de la pédagogie dans les domaines des sciences, de l’écriture sinon de la sagesse, cette dernière risquant de s’effondrer sous les coups de la folie, de l’incompétence, de l’irrationalité alors que 6 piliers sur 7 étaient toujours prêts à soutenir cette qualité si longue à acquérir mais si facile à perdre.

Questionnement :

1. Est-il sage d’alerter l’opinion publique sur les défauts de structure et de fonctionnement de la société française et en particulier sur le désastre scolaire avec ses suppressions de postes, la médiocre intégration des élèves dans les quartiers difficiles et les tensions entre jeunes qui y règnent ?

2. Est-il nécessaire d’envoyer autant de forces armées pour séparer les combattants adolescents et d’édicter dans l’urgence de nouvelles lois nécessaires au maintien de la paix entre bandes ?

3. Est-il licite de comparer le calme, la sérénité, la "force tranquille" des concurrents du Vendée Globe à l’agitation qui règne en haut lieu et qui risque d’être contreproductive dans une ambiance d’irritation et d’angoisse déjà établie en raison de la situation financière explosive économique menaçante ?

4. Quel sang-froid faut-il montrer pour conduire un voilier autour du monde en comparaison de celui qu’il serait opportun d’exhiber aux moments difficiles de la conduite d’un pays ?