Ethique Info

Accueil > Sciences > Les tribulations de la mémoire

Joie ou culpabilité ?

Les tribulations de la mémoire

Des émotions salutaires ?

lundi 20 avril 2009, par Picospin

Si nous n’avions pas ces parasites constamment dans notre cerveau, ne pourrions-nous expurger notre mémoire des erreurs que nous avons commises, des traumatismes qu’elles ont laissées, pour empoisonner notre existence ? C’est évidemment une forte tentation que de pouvoir se débarrasser de nos scories, de pouvoir les jeter dans la poubelle de notre conscient et de notre inconscient à ceci près que sans mémoire, ne risquons-nous pas de nous sentir comme un être sans squelette, sans maintien, sans consistance ?

Nature de la mémoire

De plus en plus nombreux sont les articles, réflexions, essais consacrés à ce sujet en particulier celui de la nature de la mémoire, la manière dont elle évolue, comment elle sculpte notre identité et comment pourrait être imaginée une vie sans elle. Pour se rapprocher de ce sujet délicat, la pensée sur la mémoire a été transférée du vécu de l’homme à l’expérience sur l’animal en étudiant les effets d’une substance pharmacologique capable d’agir sur le cerveau en bloquant un produit indispensable à l’action et à la conservation de la mémoire. Quand on la fait agir directement sur des aires spécifiques du cerveau, elle se montre capable d’effacer des effets comme le terreurs chroniques sinon de véritables addictions. Le risque d’une telle action secondaire est d’effacer en même temps des souvenirs importants qui seraient liés aux structures et fonctions ainsi définitivement éradiquées. A l’appui de cette hypothèse, les chercheurs racontent l’histoire d’un patient qui avait été opéré du cerveau il y a fort longtemps pour des crises d’épilepsie survenues à la suite d’un traumatisme crânien.

Résultat d’une opération sur le cerveau

Le résultat inattendu et délétère de cette intervention se solda par l’oubli total des évènements et des sensations et sentiments de son existence, de ses rencontres, de ses expériences passées comme une promenade en forêt ou le goût d’une prune, comme si il les avait perçus pour la première fois. Ce qui a été perdu irrémédiablement par ce patient, c’est la partie la plus importante de son identité. Pour ceux qui traversent l’existence avec l’impression qu’ils n’ont conservé que de mauvais souvenirs, ces nouvelles sont plutôt rassurantes. On s’est en effet aperçu que les souvenirs stockés dans la mémoire le sont dans des endroits différents selon qu’il s’agit de sentiments ou émotions ce qui est le cas chez les plus jeunes ou bien de pensées rationnelles ce qui est le cas chez les personnes plus âgées. La découverte intéressante a consisté à montrer qu’à mesure que le cerveau vieillit, la réminiscence se place dans la partie du cerveau consacrée aux affects pour se terminer chez le sujet âgé dans la case des idées rationnelles. Il en résulte que les vieillards contrôlent mieux les émotions que les plus jeunes ce qui débarrasse le souvenir des données négatives.

Un filtre efficace

La capacité de filtrer les souvenirs au cours du temps aurait de notables avantages en particulier celui de passer d’une culpabilité ou d’une mauvaise impression de soi à une nette amélioration de cet objet jusqu’au point de se féliciter de ce qui a été accompli même peu de temps après s’en être plaint ou l’avoir profondément regretté. Une telle évolutions au cours du temps permet à l’être humain de renverser totalement les impressions, jugements et sentiments qu’il a exprimés et ressentis de lui-même après un acte considéré dans une premier temps comme culpabilisant ou au contraire susceptible de recevoir une rétribution positive. Si donc vous êtes tenté de regretter une action, de vous féliciter de l’avoir accomplie ou de vous fustiger à son sujet, ne vous inquiétez pas du ressentiment que vous risquez d’éprouver le lendemain. Ne tenez compte que du long terme ne serait-ce que de votre jugement lors de la décennie suivante.

C’est peut-être ainsi que nous devrions juger nos actes et nos actions, comme par exemple la qualité de ce qui est écrit dans ce site web depuis 2 ans dans la seule optique de vous informer, vous inciter à réfléchir sur les questions d’éthique et à vous faire profiter du bonheur de penser sans culpabilité ni honte mais avec la plus grande et la plus pure joie possible.