Ethique Info

Accueil > Société > Les voies de l’éducation et de la sagesse

Sur les trace d’Obama

Les voies de l’éducation et de la sagesse

Comment y parvenir ?

vendredi 16 octobre 2009, par Picospin

. Cette situation est encore plus difficile à supporter pour le fils de l’actuel Président, candidat à un poste très élevé et estimé dans le monde de l’économie, de l’urbanisme et de la cité.

Des dossiers de candidature trop minces

Certains estiment trop mince le dossier fourni par ce candidat qui a en sa faveur l’éclat d’une jeunesse impétueuse et d’une vie qu’il veut mordre à pleines dents à un âge où toutes les avenues s’ouvrent très grandes devant lui et rencontrent peu d’obstacles du fait du tapis le fleurs astucieusement placé sous ses pas par un père exemplaire, plus soucieux que beaucoup d’autres à placer sa descendance dans la position la plus favorable pour accéder aux responsabilités dont personne ne sait encore si l’impétrant sera capable des les exercer à la satisfaction des mandataires de cette aventure géante. la secrétaire d’Etat aux Sports, Rama Yade, a appelé à ne "pas ignorer l’émotion" suscitée dans le pays. La controverse sur la probable accession de Jean Sarkozy, à 23 ans, à la tête de la société d’aménagement du quartier d’affaires de la Défense, intervenant peu après celle sur les récits de tourisme sexuel du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand "interpelle dans l’opinion publique" et "on ne peut ignorer l’émotion" suscitée, a affirmé Mme Yade., Elle a souligné que les élus du département des Hauts-de-Seine chargés de désigner le président de la société d’aménagement devraient voter "en leur âme et conscience", sachant qu’ils devraient "rendre compte devant leurs électeurs". "Je pense qu’il faut que nous soyons attentifs à cette opinion, il ne faut pas donner le sentiment qu’il y ait une coupure entre les élites qui se protègeraient et puis les petits", a ajouté l’ancienne secrétaire d’État aux droits de l’Homme.

Front National ?

"Nous n’aurions pas intérêt à laisser le Front national profiter de ce contexte pour nous remettre en selle et vouloir incarner la majorité silencieuse", a-t-elle poursuivi. Le Front national avait été à l’origine des attaques contre Frédéric Mitterrand, après le soutien apporté au cinéaste Roman Polanski, arrêté en Suisse pour une affaire de relation sexuelle avec mineure datant de 1977 aux Etats-Unis. Rama Yade qui s’était maintenue au gouvernement, lors du dernier remaniement en juin, avait dû abandonner le secrétariat d’Etat aux droits de l’Homme, dans lequel elle s’était illustrée par un langage direct sinon parfois brutal.Voilà que l’on est puni par où l’on a pêché. La France a été choisie par l’actuel Président pour y exercer le pouvoir pour lui-même et ses proches, à condition que toutes les pièces soient fournies pour exciper de sa légitimité à assumer les plus hautes et les plus délicates responsabilités à la tête d’un des pays phares dans la conjoncture complexe d’une Europe toujours en construction.

Pays de sélection

Il se trouve que le pays ainsi dument sélectionné pour y exercer ses talents reconnus est celui où les diplômes jouent le rôle le plus décisif pour l’accès aux sommets des hiérarchies bien au-dessus et aux dépens des capacités, des dons, des efforts, des accomplissements, des compétences exhibées au cours le la carrière professionnelle, publique ou privée comme c’est le cas dans d’autres cultures. Ainsi le Président et les candidats présentés par lui sont victimes de cette tradition, de ces institutions au nom du principe intangible de l’égalité, de la fraternité sinon de la liberté. On peut sélectionner un autre modèle selon ses gouts personnels, ses convictions et ses responsabilités devant les communautés la cité et son administration. On peut préférer au système des concours anonymes, un choix plus personnel, plus direct, qui fasse appel à des aptitudes différentes des celles incluses dans les domaines du curriculum imposé par les universités, les écoles professionnelles, les facultés autonomes ou non.

Déstabilisation

Il sera néanmoins difficile de déstabiliser un régime aussi strictement encadré que celui de l’enseignement, verrouillé par des éducateurs figés, des syndicats immobiles, des politiques statufiés et sidérés par l’importance des réformes à promouvoir pour atteindre les sommets d’un monde moderne déjà en phase d’installation ailleurs et susceptible de concurrencer un jour celui, légèrement désuet, offert par un « vieux pays » comme le disait de Gaulle à une fraction de la jeunesse qui voyage, parle les langues étrangères, s’intéresse aux autres cultures et cherche désespérément à se libérer du carcan imposé par les mœurs, règlements et coutumes d’une nation vieillissante. Est-ce ainsi que l’on souhaite accéder à l’égalité des chances, à l’épanouissement des intelligences et des cœurs et aux domaines d’excellence d’une collectivité incommensurablement ambitieuse, fière des acquis de sa jeune population et orgueilleuse de damer souvent le pion aux plus grands ?