Ethique Info

Accueil > Société > Libre service

La médecine par portable

Libre service

Une nouvelle médecine sans médecins

mardi 1er mars 2011, par Picospin

Des Etats-Unis, nous parviennent des informations sur les nouvelles orientations que prend la médecine.

Colloque singulier

Elle sort du colloque singulier qui état autrefois sa singularité pour entrer dans le pur domaine du commerce et de l’instrumentation. Fini le nœud à l’estomac avant d’entrer dans la cabinet médical où un docteur risque de vous annoncer une mauvaise nouvelle qui coupe votre vie, réduit son espérance et vous condamne à la chimiothérapie, à la perte de votre chevelure et autres misères de cette sorte. Maintenant, vous devez vous débrouiller tout seul avec vos instruments, faire votre diagnostic, prévoir votre pronostic, estimer les risques des effets nocifs, délétères des médicaments auto prescrits. Vous êtes face à vous-même et n’aurez plus personne pour vous prendre en charge, quitte à oublier les bonnes intentions de Martine Aubry qui avait fait du « care » une partie de son programme électoral. Selon cette innovation, on ne prendra plus soin de vous faute de disponibilité en personnel médical. Cette évolution de la médecine, considérée tantôt comme un art, tantôt comme une science s’intitule sous les colonnes du respectable International Herald Tribune « la santé est désormais entre vos mains ».

Responsabilité ?

Cette nouvelle délégation de responsabilité pose sur vos fragiles épaules une chape de plomb moins pour vous protéger des rayons X que de retirer la profession médicale du champ d’action de la médecine ce qui représente à la fois une perte en pouvoir de soins et un allègement des procédures faites aux médecins qui ont failli ou étaient près de le faire. Finie la visite de contrôle chez votre médecin pour surveiller l’évolution de votre tension artérielle, de votre diabète, de votre condition physique et mentale, tout simplement de votre envie de vivre ou de mourir. Le relais sera pris par les téléphones intelligents qui fourniront les éléments nécessaires à l’exercice de votre nouvelle profession, la médecine dans laquelle vous n’avez naturellement aucune expertise, faute d’avoir essuyé vos pantalons sur les gradins des facultés de médecine et sur les paillasses des laboratoires de chimie ou de physique. Remarquez que cette tendance avait commencé d’être implantée dans l’exercice de la médecine moderne. Vous deviez aller chercher vos résultats dans les laboratoires où étaient analysées vos constantes biologiques, c’était à vous de découvrir les analyses « défectueuse » toujours soulignées ou teintées en rouge pour vous avertir de la médiocrité de votre comportement biologique.

Dehors !

Il était ainsi placé au ban de la société, vous étiez définitivement banni de la catégorie des bien portants pour entrer dans celle des pestiférés indignes de vivre en bonne santé et tout juste bons à achever vos rares jours de vie à terminer dans l’angoisse du lendemain pour vous-même sinon votre descendance. Vous devez être au courant des facteurs héréditaires qui gouvernent votre évolution biologique et entrer vite dans le cadre de la médecine préventive prête à vous accueillir pour vous aider à mieux vivre, à diminuer vos risques d’entrer dans le cycle infernal des pathologies et à faire de vous un être vivant résistant et vigoureux à condition aussi de vous inscrire dans un club de « body fitness » et d’éviter la sédentarité au profit de l’exercice et de la consommation régulière de fruits et légumes. Vous ne pourrez d’ailleurs pas respecter cette ordonnance car pour la respecter vos pauvres moyens financiers seront largement insuffisants. Les promoteurs de ces nouvelles techniques d’information sur votre santé ont déniché une énorme source de revenus – et ce qui est plus important à leurs yeux – avec la satisfaction d’avoir agi dans le sens de l’éthique médicale ce qui représente un facteur bénéfique pour la bonne conscience des acteurs des systèmes de santé.

Les mobiles

Cette évolution vers utilisation encore plus répandue des téléphones mobiles qui s’apprêtent à afficher instantanément vos constantes biologiques, attire un nombre de plus en plus grand de sociétés prêtes à offrir leurs services aux malades tout en permettant de réaliser de sensibles économies sur le coût de la santé. On sait combien a été difficile pour Obama de convaincre le Congrès d’étendre les bénéfices de l’assurance maladie à condition que son budget soit maintenu dans des limites décentes. Comme diraient des membres influents de notre équipe gouvernementale, « c’est gagnant gagnant ». Un grand bravo…

Questionnement éthique :

1. Comment peut-on appliquer par téléphone, sans l’entremise d’un être humain vivant les principes de base de la bioéthique : bienfaisance, justice, autonomie, consentement, risques/bénéfices ?

2. Sur quelles valeurs s’appuyer entre celles prônées par l’utilitarisme, la déontologie kantienne, l’autodétermination ?

3. Comment considérer les formes du paternalisme et de l’autonomie dans la relation médecin malade ?

4. Comment établir le rapport de confiance, indispensable entre médecin et malade dans une configuration purement technique où les voies de la relation sont drainées par une approche purement instrumentale ?