Ethique Info

Accueil > Politique > Marius, Ministre des transports et navigateur intrépide

Un nouveau candidat

Marius, Ministre des transports et navigateur intrépide

Un grand homme est revenu

jeudi 15 avril 2010, par Picospin

Tous deux affirment en chœur qu’ils souhaiteraient que leur auguste fils et époux quitte le pouvoir pour se reposer de son immense fatigue et de sa lassitude après les dures années passées à l’Elysée pour dynamiser un pays qui avait été endormi, anesthésié par des prédécesseurs plus proches des rois fainéants, comme il l’a dit lui-même que d’actifs leaders capables d’impulser une énergie nouvelle à une population fatiguée.

Un candidat bien connu

Voici qu’un nouveau candidat se présente à l’horizon qui a l’énorme avantage d’être déjà connu pour ses nombreuses activités. Elles tiennent plus aux jeux en toutes catégories qu’à une saine réflexion sur la politique qu’il a déjà apprise sur le terrain. Et quels terrains ? Les surfaces vertes des pelouses naturelles ou artificielles où l’on joue au football en parlant trop gentiment avec des arbitres trop sévères, les scènes de théâtre et de music-hall sinon les casinos où l’on peut rencontrer des hommes aux grades élevés tels d’anciens ministres perdus quelque part dans le sport de haut niveau. Cette fréquentation ne peut que lui plaire en raison de son expérience dans tous ces domaines où il est susceptible d’exercer ses grands talents, unanimement reconnus ne serait-ce que dans le domaine des finances où il a largement fait ses preuves et celui de la justice. Dans ce domaine, il s’est forgé une réputation de grand expert surtout après les performances jugées insuffisantes par une lointaine dame, autrefois en odeur de sainteté, maintenant jetée aux orties au point que ses avantages matériels lui ont été retirés du jour au lendemain pour désamour, sinon incompétence.

La contemplation des sages

Les sages ont contemplé avec sidération les résultats de sa gestion dans les prisons, les dirigeants européens se sont livré à un bilan des réformes pour en conclure que la situation après elle était pire qu’avant son arrivée, même si ce désastre était compensé par une esthétique personnelle qui avait contribué à redresser l’image de la femme française dans l’opinion mondiale. Notre élégant candidat ministre aurait toutes ses chances dans une nouvelle compétition qu’il est certain de gagner tant son charme impressionne les politiques et les juges qui s’inclinent devant son savoir faire, son faire savoir, son innocence et la probité de ses intentions et des ses actions. Il parait donc bien la personnalité française la plus digne d’occuper un poste convoité et prestigieux au point de supposer que syndicats de la magistrature, magistrats de toutes sortes et juristes de tous bords se feront un plaisir d’accueillir parmi eux cet homme prestigieux dont le talent dans ses multiples facettes éclate au niveau des plus hautes instances de l’État. Dans ces conditions personne ne saurait décemment s’opposer réellement à sa candidature.

Une belle candidature

Cette dernière fait rêver ne serait-ce que par les perspectives qu’elle ouvre à un peuple déprimé, découragé par des expériences souvent négatives. Avec lui on verra encore davantage de football avec des équipes favorites qui ne cesseront de gagner et de remporter des trophées sous l’influence des actions d’un grand Ministre qui de plus se chargera d’emporter pour des voyages lointains et féériques des passagers qui ne seront plus des clandestins mais de riches propriétaires dispensés du bouclier fiscal. Il leur suffira de rêver au beau bateau partant de Marseille un jour pour en revenir chargé de marchandises et de souvenirs pour sa Fanny, à l’instar de Marius parti autrefois pour de longs trajets pleins de songes et d’espoir.

Questionnement éthique :

1. Est-ce que l’ambition personnelle, si elle est démesurée suffit à donner le bonheur à l’homme isolé ou doit-il être accompagné par le bonheur des êtres qui lui sont le plus chers ?

2. Que penser de l’éthique hédoniste d’Épicure selon laquelle la conception utilitariste part du principe que le plaisir est une valeur positive intrinsèque ?

3. De même quelle est votre opinion sur l’utilitarisme de Bentham défini comme "le plus grand bonheur pour le plus grand nombre" ?

4. Pensez-vous que ces valeurs ou ces motifs pour s’engager dans la vie politique correspondent bien à ceux qui guident les aspirants à une carrière politique active au service des autres pour tenter de leur apporter le bonheur ?