Ethique Info

Accueil > Société > Mimétisme et contagion

Les malheurs de Mimésis

Mimétisme et contagion

Imitation du Héros

vendredi 11 mai 2012, par Picospin

Rien d’étonnant à ce que les admirateurs, courtisans et bénéficiaires du régime instauré par l’heureux élu passé plus que présent de la 5è République n’aient de cesse à reproduire les actes, intentions, pensées et concepts de leur héros, même si ce dernier a présenté vers la fin de sa carrière, une certains tendance à commettre des erreurs.

Celles-ci n’ont pas échappé à la sagacité d’un de ses conseiller les plus avisés, les plus équilibrés et les moins fanatiques. Il ne cesse de dénoncer les aberrations intellectuelles, politiques et tactiques de son vénéré maitre qui, d’après lui, ont précipité les fragiles fondements du précédent gouvernement battu à plate couture, au fond du gouffre d’où il aura beaucoup de mal à se tirer, a moins que des puisatiers en contact avec des compagnies pétrolières n’entreprennent dès demain des opérations de forage pour tenter de remonter à la surface les corps et les âmes perdues de la récente catastrophe politique survenue en France. René Girard observe que le désir mimétique peut-être catastrophique. « Je veux ton mec et donc je te le prends et puis j’entre dans une rivalité avec toi qui tourne mal parce que forcément tu t’en prends à moi. Entre toi et moi le conflit s’aggrave et finalement dans cette histoire de rivalité, on ‘oublie le mec, on oublie l’objet car le désir n’a pas d’objet puisqu’il est mimétique et on ne pense plus qu’à l’obstacle du désir. En désirant ton mec j’ai imité ton désir, c’est ça le désir mimétique. En désirant ton mec, j’ai fait de toi une force hostile, qui est devenue un obstacle. Tu finis par m’obséder à force de me le faire payer et moi, en retour, je ne fais que te rendre les coups et ne pense plus qu’à toi, alors que je finis par oublier le mec. La relation soi-disant érotique c’est avec toi que je l’ai. Si tu es du même sexe que moi, alors, c’est de l’homosexualité. Les tentations de te soumettre ou de jouir en me soumettant à toi deviennent grandes. Le désir a perdu son objet. Les passions primitives, qui toutes tendent directement à notre bonheur, ne nous occupent que des objets qui s’y rapportent et, n’ayant que l’amour de soi pour principe, sont toutes aimantes et douces par leur essence ; mais quand, détournées de leur objet par des obstacles, elles s’occupent plus de l’obstacle pour l’écarter que de l’objet pour l’atteindre, elles changent de nature pour devenir irascibles et haineuses. Et voilà comment l’amour de soi qui est un sentiment bon et absolu devient l’amour-propre, c’est-à-dire un sentiment relatif par lequel on se compare, qui demande des préférences, dont la jouissance est purement négative et qui ne cherche plus à se satisfaire par notre propre bien, mais seulement par le mal d’autrui. Étonnez-vous qu’ensuite, des ministres, des serviteurs, des membres des institutions choisies, sélectionnées par le grand homme moralement et intellectuellement imitent les exemples venus d’en haut et, ce titre adorés, magnifiés, encensés, idolâtrés. Vous ne pouvez pas ne pas vous souvenir des études interrompues des uns, des diplômes universitaires malencontreusement égarés par d’autres, des faibles niveaux obtenus par d’autres encore, à l’instar d’un modèle au-dessus de tout soupçon qu’on croyait immortel comme des dieux, puissant comme Zeus, fort et influent comme Prométhée qui a pourtant succombé à la condamnation du premier, séduisant comme pouvait l’avoir été Vénus, déesse de la beauté, mère de Cupidon, dieu de l’amour et d ’Énée, fille de Gaïa et d’Ouranos, ayant peut-être vécu, batifolé, immigré en Europe avant d’avoir été enlevé par un des taureaux ayant sillonné le continent dont ils viennent de disparaître, frappés par l’interdiction de combattre les hommes, toréadors qui s’imaginaient pouvoir les vaincre avec une élégance ayant rapidement évolué vers la sauvagerie. Et voilà pourquoi des Ministres éphémères de la Justice ayant pris la forme d’une déesse femme, ont succombé à leur tâche en remplissant les prisons, désorganisant son administration et préférant les condamnations brutales à la douceur des médiations ou du respect des droits de l’Homme.

Messages